Psychopathes tagged posts

Nightmare Detective

Category: Films Comments: No comments

Un rêve sans étoile est un rêve oublié. Et un cauchemar sans cruel détraqué est un cauchemar perdu. Ce n’est pas Shin’ya Tsukamoto, réalisateur du culte Tetsuo (1989), qui le dit, mais il n’en pense certainement pas moins. En sera témoin son Nightmare Detective de 2006, film de commande plus qu’oeuvre personnelle, ce que l’on ressent parfois dans ces sombres songes…

Read More

Honeyspider

Category: Films Comments: 4 comments

Ca y est, c’est le grand jour. On a allumé les Jack-O-Lantern, planté nos canines dans de la gomme à l’orange, accroché les magiciennes au nez crochu aux fenêtres et nous nous sommes installés avec notre chat noir sur les genoux. Reste le plus compliqué : décider de notre amusette du soir, de la goule filmique avec laquelle nous allons passer deux petites heures en espérant qu’elle nous fasse frissonner bien comme il faut. Pas toujours facile, d’ailleurs, de savoir quel potiron soulever dans le champ des halloween movies, et qui s’est déjà retrouvé plusieurs fois devant ces anthologies nous contant encore et encore les mêmes historiettes ou face à une énième copie carbone des jeux de couteaux du Myers qui ne fait jamais risette sait que la méfiance est de mise. Ouf, aux bonnes petites surprises appartient Honeyspider (2014), petite production d’un Josh Hasty déjà de retour dans la tornade de feuilles mortes quatre années plus tard avec Candy Corn, et nous fait plaisir ici car il ne nous sort pas la même soupe à la citrouille pré-chauffée que les autres cuistos saisonniers.

Read More

Le Sorcier Macabre

Category: Films Comments: 2 comments

S’il n’a jamais profité de la même aura d’intouchabilité que les Carpenter, Hooper, Craven et Romero, H.G. Lewis n’en a pas moins été « honoré » autant qu’eux par la vague de remakes frappant de plein fouet les années 2000. Et si ses plus vénérés confrères ont parfois vu leur héritage souillé par de la marchandise de consommation courante à mille lieues de la rugosité de ses modèles, le père éternel du gore qui ordonne le port du tablier s’en est tiré plus honorablement, les deux 2001 Maniacs respectant à la lettre les volontés du vieux Lewis en se roulant dans les entrailles et en riant de leur débilité profonde. Pas de ça pour le plus cérébral Jeremy Kasten, qui s’attaquait en 2007 à The Wizard of Gore avec l’objectif d’élever un peu le belliqueux tour de magie d’antan.

Read More

Schoolgirls in Chains

Category: Films Comments: No comments

Contrairement à la croyance populaire, la mode de la salopette poussiéreuse et du tablier souillé n’a pas été lancée par Massacre à la Tronçonneuse (1974), et une petite année avant que Leatherface ne montre de quel croc de boucher il se chauffe, c’était déjà journée portes ouvertes aux fermettes de la terreur. Les bouseux voyaient donc rouge dans Schoolgirls in Chains (1973), et kidnappaient déjà de la mamzelle pour former un harem dans leurs caves et celliers.

Read More

House 3 – The Horror Show

Category: Films Comments: No comments

Sean S. Cunningham, apôtre du changement et de la redéfinition perpétuelle, ou capitaine privé de sa boussole naviguant à vue ? Dans tous les cas, après deux House tous publics, et dont le sympathique second volet flirtait avec l’enfantin en convoquant une chenille à tête de chien et un mignon ptérodactyle, le producteur braque dès le troisième opus et mise sur la découpe de gosses. Sans doute un reste de ses dernières vacances à Crystal Lake, et a tous les coups une envie de toiser Freddy Krueger sur son propre terrain.

Read More

Bangin’Vengeance!

Category: Films Comments: No comments

Les poitrines ne sont jamais assez lourdes, c’est bien connu, et l’actrice dont le balconnet déborde de chair laiteuse peut être sûre que sa place de parking est déjà réservée devant chaque studio donnant dans la Série B. C’est pas avec ça qu’elle deviendra la cent-cinquantième petite copine du père Di Caprio, et c’est plutôt dans un star system au rabais que la mamzelle paradera un temps. Mais c’est déjà ça. Et surtout ce à quoi aspire l’héroïne de Bangin’ Vengeance (2011), prête à se faire gonfler les mamelles si cela peut l’aider à se trouver une place dans de petites productions. Mais lorsque l’opération lui écorche les seins plutôt qu’elle les embellit, all hell breaks loose

Read More

Cure

Category: Films Comments: No comments

Le détour par la boîte aux lettres tient rarement du grand moment, tant celle-ci a pour habitude de nous vomir dans les mains son flot de factures et courrier indésirable, mais il lui arrive aussi de nous déposer un baiser glacé. Celui de la semaine se nomme Cure (1997), thriller japonais le dos collé au mur qui le sépare du fantastique, et l’un des opus les plus vantés de Kiyoshi Kurosawa (Creepy, Charisma, Kaïro, Loft). Rien de plus logique d’ailleurs que de le voir renaître cet été au format Blu-Ray grâce aux bons soins de l’éditeur Carlotta Films, dont le catalogue s’enrichit toujours plus de délices nippons.

Read More

Censor

Category: Films Comments: 3 comments

Longtemps indissociable du cinéma horrifique, la censure a pourtant rarement été traitée par celui-ci, et plus rarement encore de manière frontale. C’est désormais chose faite avec Censor (2021), retour dans l’Angleterre des années 80, lorsque politiciens, journaleux et têtes pensantes de Scotland Yard faisaient de quelques VHS sanglantes l’ennemi numéro un de la société toute entière. Comme vecteur d’un climat de folie, la réalisatrice Prano Bailey-Bond choisit la triste Enid, jeune femme décidant des coupes à opérer dans les Séries B enragées qui lui sont soumises, troublée à la fois par la disparition vingt ans plus tôt de sa sœur et par un fait divers meurtrier, peut-être lié à un film qu’elle n’aurait pas assez charcuté.

Read More

The Ghastly Ones

Category: Films Comments: 5 comments

« Des crétins avec une caméra. » Voilà comment Stephen King rabaissait Andy Milligan et son équipe après avoir vu The Ghastly Ones (1968), sans nul doute l’un des efforts les plus connus d’un auteur ayant connu le goudron et les plumes, parce que considéré comme l’un des pires qui soient. Je ne me hasarderai d’ailleurs pas à prétendre que les horribles du titre forment une belle escouade, le premier film de l’Andy à prendre des couleurs, même si c’est pour épouser une fade palette, restant effectivement un canard sacrément vilain, mais la bonne foi m’oblige à le voir comme plus qu’une crotte de nez collée sur la gigantesque fresque du cinéma fantastique. Oui, The Ghastly Ones est fin nul, mais il est aussi de ces quelques bandes d’exploitation à faire la bascule entre un âge d’or tout en retenue et l’ère des sauvages à venir, les meurtres ici perpétrés par un spadassin encapuchonné annonçant même la venue future du slasher flick.

Read More

Le Cri des Ténèbres (Funeral Home)

Category: Films Comments: 2 comments

Si le Canadien William Fruet a passé une bonne partie des années 90 à secouer les plus petits avec la série Chair de Poule, il n’en essayait pas moins d’aussi faire frémir les poilus. Voir son rape and revenge Death Weekend (1976) pour s’en assurer. Mais plutôt que de se faire un billet facile en s’acharnant dans le sordide, Fruet opte en 1980 pour un retour aux fondamentaux avec Le Cri des Ténèbres (aka Funeral Home), sur lequel plane l’ombre d’un certain Alfred H.

Read More