Brad Sykes tagged posts

Hi-8 (Horror Independant 8)

Category: Films Comments: No comments

Tout le monde le sait, les réunions d’anciens élèves ne sont pas pour les cancres, de toute façon en trop mauvais termes avec la scolarité pour faire une rechute, fût-elle le temps d’un soir. C’est d’ailleurs dans ces cas-là que se montent les contre-soirées, bringues bruyantes au sol collant de vieille bière, où hurlent les barbaries, a contrario des échanges de CV et des flots de serrages de main dans lesquels se jettent les premiers de la classe dans leur ancienne cour de récré. Hi-8 (Horror Independant 8), sorti en 2013, ne sera pas tout à fait de la trempe de Masters of Horror, puisque se réunissent sous sa bannière les parias du shot-on-video, les gros dégueux des vidéoclubs, les pervers du caméscope.

Read More

Goth

Category: Films Comments: No comments

Si le film favori de tous les temps de Phoebe Dollar est Autant en emporte le Vent, la comédienne ajoute sans se faire prier que sur sa table de chevet gisent surtout des The Devil’s Rejects, Evil Dead et autres Tueurs Nés. Des préférences qui la dirigèrent comme de juste vers tout ce que l’industrie de la pelloche visqueuse compte de petits artisans à la scie facile, comme Joe Castro (pour Butchered) ou son éternel copain Jeff Leroy (sur Hell’s Highway, Charlie’s Death Wish, Creepies et on en passe). En 2003, c’était pour le très dépourvu Brad Sykes (Camp Blood et sa suite directe, Death Factory : des fonds de verre plutôt que des cruches bien pleines) et son Goth que la sympathique Phoebe se trémoussait, devenant la star d’un Goth ne pouvant exister que dans une fenêtre temporelle très étroite. Soit entre 1998 et 2003 (ouf, quelques mois de plus et le coche était loupé), période dorée pour un Marilyn Manson encore branché et celle voyant des hordes d’ados tout de noir vêtus envahir les rues. Un temps que les moins de 15 ans ne peuvent connaître, et que tous les autres ont largement oublié. Goth et sa piqûre de rappel tombent donc à point nommé.

Read More

Death Factory

Category: Films Comments: No comments

Pour le producteur David Sterling, le démoulage de Séries Z, c’est un peu comme le boulot à l’usine : on enchaîne, on enchaîne, on enchaîne ! Est-ce là l’inspiration pour Death Factory (2002), pas la plus mauvaise des quelques 120 autres petites bandes qu’il a sorties depuis 1993 ? Sans doute pas, même si Tiffany Shepis y fait les 3×8 pour liquider de l’ado teubé.

Read More