70’s tagged posts

Satan’s Black Wedding

Category: Films Comments: No comments

Nous ne le cherchions pas particulièrement, mais nous l’avons trouvé quand même : le chaînon manquant entre les ricains loqueteux Al Adamson ou Andy Milligan et le français mi-poète mi-vicelard Jean Rollin rejoint notre musée, se nomme Satan’s Black Wedding (1975) et n’est pas cousu d’or. Petite diablerie d’une heure à peine, la cérémonie se prive donc de grand buffet et de lune de miel mais n’esquive pas les cryptes vampiriques et les mortels suçons, blood suckers et goules grignoteuses de chair obligent.

Read More

The Twilight People

Category: Films Comments: No comments

Fausse bande d’horreur et vrai film d’aventure, The Twilight People (1972) nous ramène sur la fameuse île du Dr. Moreau ; mais chut, il ne faut pas le dire, c’est un secret. De polichinelle alors, car même si l’îlot ne dit pas son nom et que le savant fou y rôdant ne porte pas le nom de jeune fille de ma grand-mère (oui, ma grand-mère s’appelait Moreau. On est prédestiné au fantastique ou on ne l’est pas), le Philippin Eddie Romero (Beast of the Yellow Night, Beast of Blood, Brides of Blood… un auteur aussi sanguinaire que bestial, donc) reprend le principe de la nouvelle de Wells pour la transformer, sans en avoir trop l’air, en un survival d’action.

Read More

Je suis un Monstre

Category: Films Comments: One comment

Je suis un Monstre (1971) nous crie Christopher Lee, ce que l’on savait déjà depuis qu’il s’était enroulé dans des bandelettes jaunâtres, qu’il s’était collé pustules et sutures suintantes et qu’il avait laissé pousser ses crocs. Sauf que cette fois, ce ne sera ni un mauvais coup du destin, ni les expérimentations d’un démiurge baron, ni sa nature profonde de créature de la nuit qui en feront une vilaine bête, mais bien sa propre envie d’éveiller le Mal assoupi en lui…

Read More

Schoolgirls in Chains

Category: Films Comments: No comments

Contrairement à la croyance populaire, la mode de la salopette poussiéreuse et du tablier souillé n’a pas été lancée par Massacre à la Tronçonneuse (1974), et une petite année avant que Leatherface ne montre de quel croc de boucher il se chauffe, c’était déjà journée portes ouvertes aux fermettes de la terreur. Les bouseux voyaient donc rouge dans Schoolgirls in Chains (1973), et kidnappaient déjà de la mamzelle pour former un harem dans leurs caves et celliers.

Read More

L’Homme à la Tête Coupée

Category: Films Comments: 6 comments

Que Paul Naschy n’avait pas la tête bien vissée sur les épaules, on le savait depuis le bon Horror Rises from the Tomb (1973). La même année, on nous informait que la même binette dégringolait à nouveau dans L’Homme à la Tête Coupée, alias Crimson – The Man with the Severed Head, alias aussi Le Viol et l’Enfer des X ! Pourquoi un titre si dépravé ? Parce que c’est Eurociné qui régale, tiens !

Read More

Till Death

Category: Films Comments: No comments

Jusqu’à ce que la mort nous sépare… Le fantastique des nécropoles étant ce qu’il est, il ne faut jamais attendre bien longtemps pour qu’il mette en pratique cette formule d’épousaille et réunisse morts et vivants. Till Death, tout petit budget pétri en 74 mais seulement arrivé sur les étals en 78, prolonge ainsi les amours perdus au beau milieu d’un mausolée fait prison de leurs âmes.

Read More

The Prey

Category: Films Comments: 3 comments

Le casque de spéléologue vissé au caillou, les petits Anglais d’Arrow Video continuent de donner dans l’excavation, remontant des entrailles de l’enfer toujours plus de Série B que l’on pensait condamnées à en rester à l’état de VHS surmenées. Voilà une paire de printemps, c’était au slasher The Prey qu’ils offraient leurs bon traitement habituel, plaquant sur une galette HD l’habituel jeu de massacre entre quelques campeurs du dimanche et un grand brûlé lassé d’avoir à se nourrir d’écureuils et de ragondins. Arrow ne faisant jamais les choses à moitié, il fut même décidé d’allonger l’expérience via quelques séquences supplémentaires que la version cinéma ignorait. Pas sûr qu’on y soit gagnants, cependant…

Read More

Dr. Black, Mr. Hyde (The Watts Monster)

Category: Films Comments: No comments

Si le réalisateur William Crain restera principalement connu pour avoir rempli les telloches d’épisodes de Starsky and Hutch, The Mod Squad ou Shérif, fais moi peur, les rongeurs des nécropoles que vous êtes doivent plutôt voir en lui l’un des fers de lance de la blaxploitation horrifique des années 70. Après avoir fait bronzer du vampire via Blacula, le voilà qui rend plus funky l’oeuvre de Robert Louis Stevenson, son Dr. Black, Mr. Hyde (1976) abandonnant le vieux Londres pour les ghettos de Los Angeles, et la canne plombée pour les grosses patouilles d’un docteur dont l’âme s’enténèbre en même temps que son écorce se blanchît.

Read More

Barracuda

Category: Films Comments: 4 comments

A considérer que Les Dents de la Mer fait figure de plongeon de haut-vol dans les thermes romains les plus luxueux, cela fait de Barracuda (1978) un vilain plat dans la pataugeoire municipale. A sa décharge, cette énième baignade interdite joue assez peu le jeu du animal attack, préférant se faire polar des plages et déplier un complot si tiré par les cheveux que l’on finit chauve à l’issue de la séance.

Read More

Crypt of Dark Secrets

Category: Films Comments: 3 comments

Sortez les bottillons de pêche, on retourne s’encrasser aux bayous du Z. A la faveur de Crypt of Dark Secrets (1976), Série B mineure d’un Jack Weis (Mardi Gras Massacre, 78) lui-même loin de mériter la sacralisation. Pas de bol, il n’y a pas plus de crypte là-dedans qu’il y a de vannes originales dans un spectacle de Gad Elmaleh. Mais contrairement au roi du plagiat, Weis a la bonne idée de détourner l’attention par quelques seins huilés.

Read More