2020’s tagged posts

Curse of the Blind Dead

Category: Films Comments: No comments

Ils ont beau être miros de chez miros, plus secs qu’une cacahuète et vifs comme des escargots sous Tranxène, les templiers zombies imaginés par Amando de Ossorio n’en sont pas moins des figures cultes de la terreur européenne. Et si chez nous on se lamente encore à l’idée que leurs cavalcades hantées soient toujours indisponibles sur galette, l’Italie se bouge et joue les prolongations avec un Curse of the Blind Dead (2020) moins passéiste qu’on aurait pu le supposer, puisqu’il décide au contraire de propulser nos tas d’os dans un futur post-apocalyptique.

Read More

Censor

Category: Films Comments: 3 comments

Longtemps indissociable du cinéma horrifique, la censure a pourtant rarement été traitée par celui-ci, et plus rarement encore de manière frontale. C’est désormais chose faite avec Censor (2021), retour dans l’Angleterre des années 80, lorsque politiciens, journaleux et têtes pensantes de Scotland Yard faisaient de quelques VHS sanglantes l’ennemi numéro un de la société toute entière. Comme vecteur d’un climat de folie, la réalisatrice Prano Bailey-Bond choisit la triste Enid, jeune femme décidant des coupes à opérer dans les Séries B enragées qui lui sont soumises, troublée à la fois par la disparition vingt ans plus tôt de sa sœur et par un fait divers meurtrier, peut-être lié à un film qu’elle n’aurait pas assez charcuté.

Read More

Vampires vs. The Bronx

Category: Films Comments: 6 comments

En attendant qu’un zig un peu plus aventureux que la moyenne se décide à sortir les momies et autres créatures de Frankenstein de leur habitat naturel, c’est à nouveau aux siroteurs d’hémoglobine de goûter à un milieu qui leur est à priori étranger. Ca déménage donc des vieux castels des Carpates pour traîner dans les rues d’un Bronx aux couleurs de Disneyland, où même les dealers et membres de gang se disputeraient pour savoir lequel aidera votre grand-mère à traverser la rue. Normal : Vampires vs. The Bronx (2020) fait dans la flippe pour mômes et s’assure de ne jamais être plus noir que ses nuits.

Read More

Naked Cannibal Campers

Category: Films Comments: 2 comments

Peut-être lassés de leur vallée des dinosaures natale ou de leur jungle amazonienne rebâtie en écorcherie, les cannibales se sont emparés d’un camping de la région de Tampa et ont décidé d’y changer de look. Dorénavant les anthropophages seront exclusivement de sexe féminin, ces gloutonnes seront tatouées de l’orteil aux oreilles, solliciteront Satan sur leur temps libre et joueront de leurs charmes pour attirer le jeunot ivre dans leur cabine pour mieux l’y goûter. Bienvenue dans Naked Cannibal Campers (2020), douzième livraison d’un Sean Donohue (Death-Scort Service, Zed’s Dead) très occupé à honorer l’éternel triptyque entrailles fumantes/gonzesses à poil/fêtards un peu cons.

Read More

Aquarium of the Dead

Category: Films Comments: 5 comments

Une fois le tour du monde zombiesque terminé, et les macchabées voraces posés dans tous les lieux possibles et imaginables, de l’avion en déroute aux stades de foot, les studios orientés petits budgets se mirent tous d’accord pour quitter les cimetières et vider du baril radioactif dans les fermettes. Et après les castors back from the dead, les dinos en décomposition et les cerfs galopant trompant leur trépas en galopant à travers bois, voilà que la faune des mers s’y met avec Aquarium of the Dead (2021). Une production The Asylum. Donc toute pourrie.

Read More

Becky

Category: Films Comments: 2 comments

Déjà coupable d’avoir refilé une rage toute zombiesque aux petiots au détour de la récréation Cooties (2014), le tandem Jonathan Milott/Cary Murnion se fait la puberté sur Becky (2020), home invasion mettant face à face une ado hargneuse et des nazillons tout juste évadés de leur cellule. Autant dire que ça rigole déjà moins.

Read More

The Mortuary Collection

Category: Films Comments: 4 comments

Depuis quelques temps, Shudder, le Netflix de la miquette, s’ingénie à tirer profit de l’amour renouvelé du public fantastique pour les anthologie, réactivant là Creepshow via une série, et prenant ici rendez-vous avec le croque-mort pour The Mortuary Collection (2020). Et celui-ci est plutôt une très bonne nouvelle pour le genre, enfin réhabilité après quelques VHS et ABC of Death tout sauf glorieux et des amas de courts-métrages attendrissants mais trop fauchés pour toucher au formidable (Scarewaves). Mieux, le nouvel espoir du genre Ryan Spindell nous ramènerait presque dans les sombres mausolées jadis érigés par Don Coscarelli.

Read More

Psycho Goreman

Category: Films Comments: 6 comments

Psycho Goreman (2021), nouvelle idole des jeunes ? Cela aurait pu au beau milieu des nineties, où notre sauvageon tombé d’une lointaine nébuleuse aurait fort bien pu jouer des coudes dans les Toys’R’us avec les dernières figurines Beetleborg et quelques Toxic Crusaders invendus. Il aurait dans tous les cas côtoyé ses influences principales, le nouveau méfait d’un Steven Kostanski embrassant l’aventure du solo, après avoir partagé le siège de réalisateur sur Father’s Day et The Void, piochant autant dans l’imagerie des sentaï que dans le gore nucléaire et impoli de Troma.

Read More

The Last Thanksgiving

Category: Films Comments: No comments

Pour nos amis Américains, le quatrième jeudi de novembre est et restera toujours celui de la volaille fourrée à la carotte et au céleri. Et puisque le slasher a toujours eu à coeur (ouvert) de souiller les jours fériés et que Thanksgiving ne saurait y échapper (il n’y échappa d’ailleurs pas durant les saintes 80’s, voir Home Sweet Home (81) et Blood Rage (87) pour s’en convaincre), on ne découpe pas que la dinde dans The Last Thanksgiving (2020), micro-budget plein de bonne volonté et étalant toute la reconnaissance qu’il porte à ses aînés.

Read More

Le Diable, tout le temps

Category: Films Comments: 2 comments

Noir c’est noir cette année sur Netflix, le géant du streaming ayant à l’approche de l’automne déposé sur sa plate-forme un onyx du nom de Le Diable, tout le temps (2020), réalisation d’un Antonio Campos abonné aux drames pelliculés et adaptation du premier roman de Donald Ray Pollock, « jeune » auteur 65 ans occupé à décharger les espoirs brisés au pied de la croix du mensonge.

Read More