Zombies tagged posts

Repose en Paix

Category: Films Comments: 2 comments

De José Ramon Larraz, on connaît généralement les belles œuvres 70’s (Deviation, Symptoms, Vampyres…) ou celles de son retour à l’épouvante au début des eighties (Black Candles et Estigma). Autant de films marqués par un fantastique ambiancé et des donzelles peu farouches, qui font de Larraz (ou de Joseph Braunstein, si l’on préfère son pseudonyme) l’un des réalisateurs les plus intéressants de la période, partagé entre son Espagne natale et l’Angleterre de son cœur. Voilà bien un cas à part dans la bisserie internationale, qui sut varier les plaisirs et les tons dans une filmographie plus riche qu’on ne le dit généralement. Un drôle d’oiseau quoi qu’il en soit, indépendant et inclassable en réalité, lequel refusait d’ailleurs d’être assimilé aux autres artisans de l’épouvante espagnole quand on l’interrogeait sur la cinématographie de son pays…...

Read More

The Basement

Category: Films Comments: 2 comments

Les voies de l’horreur homemade en provenance des saintes 80’s sont impénétrables. Quelquefois, leurs obligatoires tares et bévues transforment un banal film de vacances tapissé de ketchup en une charmante curiosité, éventuellement capable de dépasser de plusieurs têtes bien des Séries B autrement plus fortunées. Et à d’autres occasions, ces petits films budgétés à dix dollars flirtent avec le calvaire le plus total, sans que le résultat final collé à nos écrans soit véritablement plus foireux que celui des bandes du même tonneau sur lesquelles on écrase pourtant une larmichette de tendresse. Allez comprendre… Vous nous voyez probablement venir : The Basement tient plus du seau de gerbe que l’on peine à renifler plutôt que du délicieux ballotin de pralines faites maison.

Read More

Battlefield Baseball

Category: Films Comments: No comments

Ils ont toujours de bonnes idées au Japon. Comme par exemple celle de pimenter un sport (par définition chiant à regarder, comme tous les sports) comme le baseball en le mixant avec la comédie et la baston. D’ailleurs, tant qu’à faire, pourquoi encore mettre du sport dans un film sportif ? Pas la peine, et Battlefield Baseball (2002), en bonne dinguerie qui se respecte, bafoue ses propres règles à peine arrivé sur le terrain.

Read More

Suffer Little Childern

Category: Films Comments: No comments

Le cinoche fantastico-horrifique déborde tellement de sales garnements qu’il faudrait probablement une armée de Super Nanny ou de Pascal le grand frère pour ramener toutes ces petites têtes blondes dans le droit chemin. Pas sûr que les stars du petit écran parviendraient à corriger la vilaine Elizabeth en lui faisant faire la vaisselle ou en la forçant à enchaîner les pompes dans le jardin, cependant : possédée par le Diable lui-même, il lui suffirait d’un regard pour les priver d’antenne. Vous l’aurez compris, Suffer Little Children contient du problem child au kilo.

Read More

The Black Gate

Category: Films Comments: One comment

A mes mirettes enthousiastes, The Black Gate fut d’abord une belle affiche et un CD soundtrack sous cellophane : sympathiques goodies gentiment offertes par le réalisateur du film, Fabrice Martin, que je rencontrai à la convention du Bloody Weekend. C’était en 2017 si mes souvenirs sont exacts. Puis vinrent les promesses d’une bande annonce sur YouTube, qui fleurait bon les effluves lovecraftiens du cinéma de Lucio Fulci, mais dans une manière de filmage nerveux et de photo presque pop : au sommaire, une porte inter dimensionnelle, des souterrains obscurs, des zombies décanillés, des gerbes de sang, un livre maudit… et les accents Metal de la BO. Illusions de la bande annonce ou sincère esquisse du film à venir ?

Read More

The Child

Category: Films Comments: 2 comments

L’odeur de l’enfant vient du paradis, dit-on. A priori, celle de la jeune Rosalie sortirait plutôt du puits des enfers, la vilaine, malgré ses airs d’angelot aux poches pleines de bonbons, s’étant fait quelques bons copains parmi les zombies du cimetière d’à côté. Et puisqu’elle les nourrit en chatons, les revenants acceptent de l’aider à se débarrasser de tous ceux qui la gênent… Bienvenue dans The Child (1977), nouvelle preuve que le cinéma fantastique n’aime pas toujours les plus petits.

Read More

Frayeurs

Category: Films Comments: No comments

Et hop, nouvelle sortie de terre pour Fulci, légende du bis transalpin qui n’en finit plus de ressusciter de sorties en sorties, la haute-définition lui servant de bonne excuse pour jouer les phénix et faire son nid dans nos petits cinémas privés. Devenu un auteur dont la présence fantomatique nous semble constamment collée aux basques, apparaissant et disparaissant de nos étagères après nous avoir retourné le bide ou nous avoir aéré le cervelet, le grand Lucio nous rappelle qu’il avait déjà appris par coeur son tour de spectre immortel avec Frayeurs (1980).

Read More

Bad Trip 3D

Category: Films Comments: No comments

En direct de l’apéro, Artus quitte un temps ses sandales d’éditeur et prend la casquette de producteur, et tout cela pour le bien de Bad Trip 3D, unique tentative de found-footage en relief au monde. Une première qui s’arrose… au point de mal tourner dans un dernier quart d’heure horrifique, Artus oblige.

Read More

Flesh Eater

Category: Films Comments: No comments

Bill Hinzman, décédé en 2012 à l’âge de 75 ans, restera donc à jamais l’homme d’un seul rôle. Mais quel rôle ! Soit celui du zombie number one comme on dit, le premier mort-vivant à s’échapper du cimetière Night of the Living Dead (1968) et à aller foutre les chocottes à une pauvre Barbara pas encore au bout de ses peines. Vingt ans plus tard, le même Bill décide d’enfiler à nouveau son vieux veston poussiéreux pour Flesh Eater (1988) et prouver qu’il peut toujours tituber comme au bon vieux temps. Normal, il a plus d’un ver dans le nez.

Read More

Maleficia

Category: Films Comments: No comments

On l’a vu il y a quelques temps : le cabinet d’Antoine Pelissier est toujours ouvert, que ce soit pour soigner une vilaine toux ou pour y dérouler des kilomètres de saucisses, en vue de reproduire une éviscération en bonne et due forme. Et avec Maleficia, le bien nommé Dr. Gore rappelle que ses patients, il les préfère en très mauvaise santé…

Read More