Zombies tagged posts

Let’s Scare Jessica to Death

Category: Films Comments: 2 comments

Tout culte soit-il pour une poignée de cinéphiles bien informés, Let’s Scare Jessica to Death (1971) n’en reste pas moins l’un des secrets les plus jalousement gardés de l’épouvante, malgré des rumeurs fréquentes de remake. Peu étonnant que cette frousse psychologique attire les chantres de l’elevated horror : le film de John D. Hancock – un temps engagé pour shooter Les Dents de la Mer 2, dont il finira viré – ne manque pas de méninges et soigne autant son atmosphère que sa pesanteur. Attention, chef d’oeuvre en approche.

Read More

Zombie Ass : Toilet of the Dead

Category: Films Comments: No comments

Repéré en 2008 grâce à son salissant manga live The Machine Girl, Noboru Iguchi n’a depuis jamais vraiment cessé de retourner dans la maison hantée du splatter façonné avec les doigts, malgré quelques récréations sucrées car plus romantiques ou dramatiques. Un fumet de fleur d’oranger qui ne saurait venir étouffer celui de sang coagulé, de ferraille meurtrière et de sous-vêtements trempés par la sueur après d’inimaginables batailles. A sa collections de notes olfactives, le Japonais ajoutait en 2011 la douce odeur du pet foireux via Zombie Ass : Toilet of the Dead, petit monument de mauvais goût tout entier dédié aux plaisirs de la mouscaille.

Read More

Zombie Nightmare

Category: Films Comments: No comments

Si le canadien Zombie Nightmare (1987) nous aura appris quelque-chose, c’est que mieux vaut éviter le délit de fuite lorsque l’on vient de renverser le costaud Jon Mikl Thor, culturiste et (petite) star du heavy metal, puisque ce blond Musclor se fera Skeletor et sortira du cercueil pour forger sa vengeance d’outre-tombe à la batte de base-ball. Songez-y la prochaine fois que vous ferez des dérapages sur le passage clouté.

Read More

Undead Pool – Attack Girls Swim Team vs the Unliving Dead

Category: Films Comments: No comments

Pas tout à fait la trilogie zombiesque la plus prisée des bouffeurs de viande morte, la saga Nihombie, débutée avec Zombie Self Defense Force (2006) et close avec Zombie Hunter Rika (2008). Il faut dire que pour un public plein de vers dans les oreilles et élevé au grain Romero, et dès lors habitué à une certaine conscience sociale et politique, ce volet du milieu qu’est Undead Pool (2007), où ça se tripote entre sœurs soi-disant jumelles entre deux décapitations à la règle à mesurer, a tout de la régression mentale, voire morale. C’est probablement pour ça que c’est si bien, d’ailleurs.

Read More

Wyrmwood – Road of the Dead

Category: Films Comments: 2 comments

Les Australiens ont le sens de l’hommage, et savent rendre à Humungus ce qui lui appartient. Du coup, lors des quatre années aux week-ends bien chargés qu’il passe à forger son Wyrmwood : Road of the Dead (2014), le réalisateur du pays des kangourous Kiah Roache-Turner ne manque pas de payer son dû à Mad Max alors qu’il partait pourtant pour le cimetière Romero.

Read More

Slaughterhouse Slumber Party

Category: Films Comments: 2 comments

Si la célèbre psychanalyste Françoise Dolto avait pu étudier le cas Dustin Mills, heureux papa d’un peu moins d’une trentaine de low budgets tous nés ces dix dernières années, elle l’aurait probablement classé parmi ces trentenaires coincés au stade anal. C’est que l’un de ses petits derniers, Slaughterhouse Slumber Party (2019), non content de rendre hommage à sa manière aux Slumber Party Massacre et autres Night of the Demons, cumule tant de plans nichons, de foufounes poilues, de gags scatophiles et de scènes gore qu’il finit par ressembler à un remake des Griffes de la Nuit tourné par Beavis et Butthead pour le compte de Pornhub. C’est dire si c’est bien.

Read More

La Création (Zombies : The Beginning)

Category: Films Comments: 2 comments

« Lorsque les morts ont marché pour la première fois, ils n’avaient pas le temps pour un apéritif » nous balance l’accroche de La Création (ou Zombi : La Creazione, voire Zombies : The Beginning à l’international, 2007), ultime péché du bon Bruno Mattei. Et tant mieux si les walking deads en question désirent attaquer le plat principal sans s’arrêter devant les petits fours salés, on a toujours un peu de place pour un plat de rigatoni à la sauce purulente.

Read More

La Bimba di Satana (Satan’s Baby Doll)

Category: Films Comments: 4 comments

Mario Bianchi avait de qui tenir si l’on en croit sa généalogie : d’après les RG, fils de Roberto Bianchi Montero (entre milles choses, le bon giallo La Peur au ventre), à la filmo barrée d’un gros X surtout… Parmi des titres hauts en couleur, j’avais été harponné par un Sexy Killer prometteur (1997) : j’y prédisais les parfums du thriller italien marié au porno 90’s. Mais après vérif’, rien à signaler de plus que des enfilades bourrines et viandardes…. Pendant plus de 2H30 en plus ! Même chose avec ce Lucretia – una stirpe Maledetta (ou L’Héritage de Lucrèce Borgia par chez nous) : les charmes de l’histoire italienne et les frasques de la famille Borgia ? Tu parles, Roberto Malone dans ses œuvres surtout, et les costumes n’y changent pas grand-chose…

Read More

The Dead Don’t Die

Category: Films Comments: 2 comments

Jim Jarmusch, coqueluche des bobos et auteur toujours accueillis par de solennelles courbettes sur le sable Cannois, marchant sur les plates bandes de Saint Romero et donc à la tête d’un escadron de zombies ? Autant dire que l’idée n’avait pas de quoi enjôler les habitués des cimetières radioactifs et que bien des barbus dont le mot « Fulci » se trouve marqué au fer rouge sur la poitrine regardaient avec suspicion l’arrivée sur nos pierres tombales de l’auteur punk (mais du punk aux bulles Moët & Chandon, pas celui qui pue la bière bon marché). Alors, faut-il se méfier de The Dead Don’t Die (2019), fausse zom-com mais véritable coup d’oeil désabusé à une humanité trop idiote pour voir sa fin arriver ?

Read More

Dreamaniac

Category: Films Comments: No comments

Si pour le commun des mortels Dreamaniac (1986) est et restera une banale Série B tentant, avec une adresse à géométrie variable, de piquer son fond de commerce du deadly dream à Freddy Krueger, pour son désormais légendaire réalisateur David DeCoteau cette petite bande était surtout l’occasion de laisser derrière lui, pour un temps du moins, le porno gay. En pause, le tamponnage entre jouvenceaux au fil de films x à la devanture très claire (Never Big Enough, Making it Huge, Boys just wanna have Sex… peu de chances de se tromper et penser louer La Petite Sirène quoi), et donc en route pour le gloubiboulga pas toujours très digeste, où se percutent le slasher surnaturel, le zombie flick et les rituels démoniaques !

Read More