Zombies tagged posts

Natas : The Reflection

Category: Films Comments: No comments

C’est à croire que les indiens d’Amérique étaient, dans les années 80, maudits et destinés à trimballer leurs coiffes de plumes dans tout ce que la production horrifique pouvait avoir de cheap. Après les appréciables à leur façon Scalps de Fred Olen Ray et le slasher Ghost Dance, c’est au tour de Natas : The Reflection (1983, mais à priori sorti en 86 en VHS) de montrer que le genre savait être très à l’ouest.

Read More

Ne Coupez Pas! (One Cut of the Dead)

Category: Films Comments: 2 comments

Levons notre saké à Ne Coupez Pas ! (2017), titre francophone cachant le japonais Kamera wo tomeruna!, mondialement reconnu en tant que One Cut of the Dead. Un petit film de rien du tout à la base (son budget équivaut plus ou moins a 25 000 euros chez nous, ce qui fait moins cher que la BMW de votre patron), sorti en catimini chez lui avant de profiter des standing ovations offertes lors des festivals du monde entier. Des applaudissements résonnant si forts que le micro-budget de Shin’ichirô Ueda, basé sur une pièce de théâtre, eut les honneurs d’une ressortie dans son pays d’origine. Mérités les honneurs, tant cette gentille farce fait chaud au coeur et parvient même à nous faire réviser notre intérêt, auparavant très en berne, pour la comédie morte-vivante. Le fait que One Cut of the Dead n’en soit pas vraiment une joue probablement beaucoup…

Read More

The Night of the Sorcerers (La noche de los brujos)

Category: Films Comments: No comments

Un Amando de Ossorio abandonnant ses chevauchées de morts-vivants pour se faire le chorégraphe des endiablées danses nocturnes d’une tribu vaudou, ça vous chante ? Ca me chantait aussi avant que je ne découvre que le père des blind dead s’est trébuché puis vautré dans une pâle Série B avec The Night of the Sorcerers (1974), pantouflarde tentative d’ensanglanter la savane.

Read More

Scary Stories to tell in the Dark

Category: Films Comments: 2 comments

Attendu au tournant après l’excellent The Autopsy of Jane Doe (2016), sans conteste l’un des uppercuts des années 2010, le Norvégien André Øvredal s’allie au maître du labyrinthe de Pan Guillermo del Toro pour tenter d’enfoncer le clou trois ans plus tard au détour de l’halloweenesque Scary Stories to tell in the Dark (2019). Et si ce coup de hache automnal du viking ne tranche pas aussi net que le précédent, souffrant notamment d’un gros manque de caractère, il prouve toujours sa bonne forme et la capacité qu’à le pote à Hellboy de sortir de jolies monstruosités de son chapeau claque.

Read More

Let’s Scare Jessica to Death

Category: Films Comments: 4 comments

Tout culte soit-il pour une poignée de cinéphiles bien informés, Let’s Scare Jessica to Death (1971) n’en reste pas moins l’un des secrets les plus jalousement gardés de l’épouvante, malgré des rumeurs fréquentes de remake. Peu étonnant que cette frousse psychologique attire les chantres de l’elevated horror : le film de John D. Hancock – un temps engagé pour shooter Les Dents de la Mer 2, dont il finira viré – ne manque pas de méninges et soigne autant son atmosphère que sa pesanteur. Attention, chef d’oeuvre en approche.

Read More

Zombie Ass : Toilet of the Dead

Category: Films Comments: No comments

Repéré en 2008 grâce à son salissant manga live The Machine Girl, Noboru Iguchi n’a depuis jamais vraiment cessé de retourner dans la maison hantée du splatter façonné avec les doigts, malgré quelques récréations sucrées car plus romantiques ou dramatiques. Un fumet de fleur d’oranger qui ne saurait venir étouffer celui de sang coagulé, de ferraille meurtrière et de sous-vêtements trempés par la sueur après d’inimaginables batailles. A sa collections de notes olfactives, le Japonais ajoutait en 2011 la douce odeur du pet foireux via Zombie Ass : Toilet of the Dead, petit monument de mauvais goût tout entier dédié aux plaisirs de la mouscaille.

Read More

Zombie Nightmare

Category: Films Comments: No comments

Si le canadien Zombie Nightmare (1987) nous aura appris quelque-chose, c’est que mieux vaut éviter le délit de fuite lorsque l’on vient de renverser le costaud Jon Mikl Thor, culturiste et (petite) star du heavy metal, puisque ce blond Musclor se fera Skeletor et sortira du cercueil pour forger sa vengeance d’outre-tombe à la batte de base-ball. Songez-y la prochaine fois que vous ferez des dérapages sur le passage clouté.

Read More

Undead Pool – Attack Girls Swim Team vs the Unliving Dead

Category: Films Comments: No comments

Pas tout à fait la trilogie zombiesque la plus prisée des bouffeurs de viande morte, la saga Nihombie, débutée avec Zombie Self Defense Force (2006) et close avec Zombie Hunter Rika (2008). Il faut dire que pour un public plein de vers dans les oreilles et élevé au grain Romero, et dès lors habitué à une certaine conscience sociale et politique, ce volet du milieu qu’est Undead Pool (2007), où ça se tripote entre sœurs soi-disant jumelles entre deux décapitations à la règle à mesurer, a tout de la régression mentale, voire morale. C’est probablement pour ça que c’est si bien, d’ailleurs.

Read More

Wyrmwood – Road of the Dead

Category: Films Comments: 2 comments

Les Australiens ont le sens de l’hommage, et savent rendre à Humungus ce qui lui appartient. Du coup, lors des quatre années aux week-ends bien chargés qu’il passe à forger son Wyrmwood : Road of the Dead (2014), le réalisateur du pays des kangourous Kiah Roache-Turner ne manque pas de payer son dû à Mad Max alors qu’il partait pourtant pour le cimetière Romero.

Read More

Slaughterhouse Slumber Party

Category: Films Comments: 2 comments

Si la célèbre psychanalyste Françoise Dolto avait pu étudier le cas Dustin Mills, heureux papa d’un peu moins d’une trentaine de low budgets tous nés ces dix dernières années, elle l’aurait probablement classé parmi ces trentenaires coincés au stade anal. C’est que l’un de ses petits derniers, Slaughterhouse Slumber Party (2019), non content de rendre hommage à sa manière aux Slumber Party Massacre et autres Night of the Demons, cumule tant de plans nichons, de foufounes poilues, de gags scatophiles et de scènes gore qu’il finit par ressembler à un remake des Griffes de la Nuit tourné par Beavis et Butthead pour le compte de Pornhub. C’est dire si c’est bien.

Read More