Zombies tagged posts

Curse of the Blind Dead

Category: Films Comments: No comments

Ils ont beau être miros de chez miros, plus secs qu’une cacahuète et vifs comme des escargots sous Tranxène, les templiers zombies imaginés par Amando de Ossorio n’en sont pas moins des figures cultes de la terreur européenne. Et si chez nous on se lamente encore à l’idée que leurs cavalcades hantées soient toujours indisponibles sur galette, l’Italie se bouge et joue les prolongations avec un Curse of the Blind Dead (2020) moins passéiste qu’on aurait pu le supposer, puisqu’il décide au contraire de propulser nos tas d’os dans un futur post-apocalyptique.

Read More

Zombie Rampage

Category: Films Comments: No comments

Plutôt calme dans les années 2000 après des eighties et nineties bien remplies question bifteck saignant, Todd Sheets semble désormais très décidé à rattraper le retard pris lors de sa décennie sabbatique, et enchaîne les projets depuis 2013. Clownado, Bonehill Road, Hi-Fear, Final Caller… et un certain Zombie Rampage 2 ficelé en 2018, signe d’un retour espéré dans un charnier qu’il avait visité à ses tout débuts. Et dont il ne gardait pourtant pas un souvenir impérissable…

Read More

Tales from the Hood

Category: Films Comments: No comments

Les voies de la distributions sont impénétrables, et on ne compte plus les joyaux que l’on a criminellement omis de porter jusqu’à nous alors que sont quotidiennement importés de vilains cailloux. Pour certaines raisons que l’on aimerait un jour voir éclaircies, les anthologies horrifiques sont particulièrement mal loties de notre côté du globe, à plus forte raison si elles sont réussies. Un constat qui ne date pas d’hier, et remonte même jusqu’au Tales from the Hood (1995) produit par Spike Lee, sans nul doute l’un des plus habiles héritiers de la méthode EC Comics.

Read More

House II : La Deuxième Histoire

Category: Films Comments: 4 comments

Joli petit succès bien plus influent que ce que l’on a bien voulu le dire, au point qu’il n’est pas certain que sans lui Evil Dead 2 ou Beetlejuice aient été les mêmes, le premier House ne pouvait décidément pas refermer la porte à double tour derrière lui. Et Sean S. Cunningham, producteur heureux depuis que le bon Jason Voorhees lui ramène autant de caboches piétinées que de liasses de gros billets, garde son sens des affaires intact en commandant une séquelle à Ethan Wiley (Children of the Corn V en 98, Brutal en 2007). Pour un résultat, si fidèle à l’esprit du premier volet, autrement plus familial que le film de Steve Miner.

Read More

Aquarium of the Dead

Category: Films Comments: 5 comments

Une fois le tour du monde zombiesque terminé, et les macchabées voraces posés dans tous les lieux possibles et imaginables, de l’avion en déroute aux stades de foot, les studios orientés petits budgets se mirent tous d’accord pour quitter les cimetières et vider du baril radioactif dans les fermettes. Et après les castors back from the dead, les dinos en décomposition et les cerfs galopant trompant leur trépas en galopant à travers bois, voilà que la faune des mers s’y met avec Aquarium of the Dead (2021). Une production The Asylum. Donc toute pourrie.

Read More

Les Orgies Macabres

Category: Films Comments: 2 comments

Ah, Paul Naschy… Dans les seventies, il était pour ainsi dire impossible de trimballer ses guêtres dans une crypte sans tomber à un moment ou un autre sur la truffe de l’Espagnol, toujours dans les bons coups bis. On ne s’étonnera donc pas outre mesure de le retrouver accoudé à une pierre tombale dans le séduisant Les Orgies Macabres (1973, alias Orgy of the Dead, alias The Hanging Woman, alias La orgía de los muertos), mais on se laissera surprendre par son statut de petit rôle, le costaud étant à la même époque fort occupé par un autre tournage et ne pouvant donc pas faire acte de présence bien longtemps au bout de cette corde tressée par José Luis Merino. Pas grave, avec ou sans le loulou préféré des bissophages, la fête funéraire reste mieux que belle.

Read More

Le Cadavre qui Tue (Doctor Blood’s Coffin)

Category: Films Comments: No comments

Ce n’est pas parce que la Hammer mettait tout le monde d’accord et régnait d’une poigne de fer sur le fantastique de la fin des 50’s et du début des 60’s que tout le monde devait se courber et lui baiser les pieds, et la rébellion vint finalement de ce que l’on pourrait appeler les réseaux parallèles, ceux n’appartenant ni à la Amicus ni à la Tigon et refermant généralement les volets et rendant les clés de l’appartement après cinq ou six films maximum. C’est le cas de la petite baraque Caralan Productions, à laquelle on doit The Snake Woman (1961) et Le Gang de l’Oiseau d’Or (1969), mais aussi un Doctor Blood’s Coffin (1961) permettant à Sidney J. Furie de parfaire son métier avant qu’il ne rejoigne, casque de combat vissé au caillou, les champs de bataille du film de guerre des seventies.

Read More

Screamtime

Category: Films Comments: 2 comments

Derrière son titre particulièrement bateau, l’anglais Screamtime (1983) cachait le retour de Michael Armstrong aux affaires sérieuses, quelques treize années après le méritoire La Marque du Diable. Cette invitation aux hurlements est aussi, accessoirement, le dernier wagon accroché à la locomotive du film à sketchs made in Britain. Ou plutôt l’une des voitures situées juste derrière un certain Creepshow (1982), succès commercial qui donna, on le devine, des idées au père Armstrong.

Read More

Natas : The Reflection

Category: Films Comments: No comments

C’est à croire que les indiens d’Amérique étaient, dans les années 80, maudits et destinés à trimballer leurs coiffes de plumes dans tout ce que la production horrifique pouvait avoir de cheap. Après les appréciables à leur façon Scalps de Fred Olen Ray et le slasher Ghost Dance, c’est au tour de Natas : The Reflection (1983, mais à priori sorti en 86 en VHS) de montrer que le genre savait être très à l’ouest.

Read More

Ne Coupez Pas! (One Cut of the Dead)

Category: Films Comments: 2 comments

Levons notre saké à Ne Coupez Pas ! (2017), titre francophone cachant le japonais Kamera wo tomeruna!, mondialement reconnu en tant que One Cut of the Dead. Un petit film de rien du tout à la base (son budget équivaut plus ou moins a 25 000 euros chez nous, ce qui fait moins cher que la BMW de votre patron), sorti en catimini chez lui avant de profiter des standing ovations offertes lors des festivals du monde entier. Des applaudissements résonnant si forts que le micro-budget de Shin’ichirô Ueda, basé sur une pièce de théâtre, eut les honneurs d’une ressortie dans son pays d’origine. Mérités les honneurs, tant cette gentille farce fait chaud au coeur et parvient même à nous faire réviser notre intérêt, auparavant très en berne, pour la comédie morte-vivante. Le fait que One Cut of the Dead n’en soit pas vraiment une joue probablement beaucoup…

Read More