Vampires tagged posts

El Vampiro y el Sexo (Santo et le Trésor de Dracula)

Category: Films Comments: No comments

Dans la famille Cardona, je demande le grand-père : René Senior donc, aïeul défunt des René Cardona 2 et 3, et réalisateur majeur du cinéma populaire mexicain. Pour s’en convaincre, il suffit de mirer la filmographie du gazier, immense inventaire de titres qui couvre au moins cinquante ans d’histoire, du début des années 30 jusqu’à l’orée des années 80… Impressionnant...

Read More

Blacula, le vampire noir

Category: Films Comments: No comments

Il est black, il est criminel, il a principalement sévi dans les années 70 et a laissé des traces dans la nuque de tous les malheureux qui ont un jour croisé son chemin. Qui est-il ? Mais non pas Bill Cosby ! Blacula ! Le seul et unique dark prince of darkness, le vampire afro qui aura laissé tranquilles les forêts de Transylvanie et les vieux manoirs décorés de gargouilles fissurées pour mieux hanter les usines désaffectées et les ruelles sombres de Los Angeles. Rencontre avec une terreur plus sympathique qu’il n’y paraît.

Read More

Vampire Sisters

Category: Films Comments: No comments

Principalement connu pour ses monster movies de la fin des années 70 ou du début des eighties comme The Alien Factor, Fiend, Nightbeast ou The Galaxy Invader, Don Dohler s’est glissé dans les années 2000 dans les draps de satin du softcore horrifique avec Vampire Sisters (2004). Une production riquiqui mais très dans l’air du temps puisqu’il y est question d’un trio de vampirettes se servant de la Toile pour attraper de pervers moucherons, qu’elles suceront entièrement…

Read More

Cérémonie Sanglante

Category: Films Comments: No comments

Quelques semaines à peine après sa visite au Moulin des Supplices, Artus remet ça avec Cérémonie Sanglante (1973), bisserie gothique partie vérifier si une certaine Comtesse Bathory récure correctement sa baignoire. Ce n’est pas vous gâcher la surprise que de préciser qu’on y trouve encore quelques traces de la sève écarlate des vierges du voisinage…

Read More

Capitaine Kronos, Tueur de Vampires

Category: Films Comments: 3 comments

Souvent considérées comme un simple bonus visant à prolonger une expérience sixties jugée comme largement supérieure, les années 70 selon la Hammer sont pourtant loin de démériter. Mieux : si la période ne fut pas la meilleure du studio sur le plan pécuniaire, elle vit les Anglais expérimenter, mixer les saveurs et saupoudrer leur cinéma gothique d’aromates psychédéliques (le sous-estimé et pas moins bon que ses grands frères Dracula 73), d’un petit regain de cruauté bienvenu (Le Cirque des Vampires), de bastons orientales (La Légende des Sept Vampires d’Or) ou même de pincées du film de cape et d’épées. Ce sera le cas sur Capitaine Kronos (shooté en 72 pour sortir deux ans plus tard), sur lequel la firme prouvait qu’elle pouvait encore montrer les crocs et pondre l’une de ses meilleures productions.

Read More

Nosferatu.com

Category: Films Comments: No comments

Nosferatu.com… Tout est dans le titre en réalité – qui désigne ici le blog de Jérémy, héros du film et passionné par le vampirisme : la tradition immémoriale d’un mythe fondateur, mariée à la modernité numérique de notre ère, à ses réseaux et à ses canaux. Le plan liminaire du film – en amorce, un crucifix brandi par un chasseur de vampires qui progresse dans les couloirs d’une usine désaffectée – prend alors valeur militante. Comme une double profession de foi finalement, portée en étendard par le réalisateur Julien Dève : revitaliser le motif primordial du non mort dans les espaces de notre modernité, et entretenir la flamme d’un fantastique à la française qui s’assume fièrement. Tel est bien le sens de cette note d’intention mise en avant dans le communiqué de presse : « faire un [Rec] made in France« , objectif homothétique aux souhaits de Julien Dève, qui « rêve d’une french touch du cinéma fantastique« . En réalité, cette french touch existe déjà depuis des lustres (malgré les idées reçues), mais nous ne refuserons pas une nouvelle ...

Read More

The Creeps

Category: Films Comments: 3 comments

On parie combien qu’un beau jour Charles Band, comme chacun sait maître ès Série B à la tête de feu Empire et de Full Moon, s’est installé devant Monster Squad et s’est dit que ce serait pas con de copier l’excellent cocktail de monstres de Fred Dekker ? Et donc de foutre dans le même film les streums classiques que sont Dracula, la créature de Frankenstein, la momie et le loup-garou. Problème : les siens chaussent du 28.

Read More

La Maison qui Tue

Category: Films Comments: 8 comments

Les éditions ESC ne pouvaient décemment zapper La Maison qui Tue dans leur déclinaison de l’épouvante anglaise, d’autant que le film compte parmi les plus célèbres de la Amicus, considéré souvent comme le top de l’omnibus et chaleureusement accueilli lors de sa sortie, en 1971. Pas toujours un signe de bonne tenue, mais quand même…

Read More

Le Train des Epouvantes

Category: Films Comments: No comments

Quatrième Amicus dans l’ordre des éditions ESC, Le Train des Epouvantes est le premier des omnibus produits par la firme, le premier de cordée comme indiqué au frontispice du livret. Sorti en 1965 chez nos amis anglais, Dr. Terror’s House of Horrors (son titre original) inaugurait en effet le cycle qui fit la renommée de la firme, et l’on peut dire encore une fois qu’ESC fait le taf, et plutôt bellement : travail impeccable sur l’emballage – mediabook sublimé par un artwork inspiré de l’affiche anglaise, avec Peter Cushing en produit d’appel -, combo DVD / Blu-ray avec options VF ou VOSTF (ce qui suffit bien), livret toujours signé Marc Toullec et modules vidéo toujours assurés par Laurent Aknin. Oui c’est cher (une trentaine d’euros à chaque fois), mais rien n’est gratuit en ce bas-Monde, et si nous ne brûlerons pas l’antique coffret Peter Cushing paru chez Aventi (qui contenait donc Le Train des Epouvantes), force est de constater qu‘il n’y pas photo...

Read More

Castlevania, Saisons 1 et 2

Category: Dossiers Comments: No comments

Véritable arlésienne, le Castlevania sans manettes et pixels a longtemps fait partie de ces projets sans cesse annulés, mais que le septième art n’a pour autant jamais véritablement arrêté de draguer. Il faut dire qu’avec son décorum hammerien, ses personnages dramatiques et ses promesses d’une action fouetteuse (comprendra qui y joua), le jeu-vidéo phare de Konami qui poussa une génération entière à pester contre la Nes de Nintendo avait tout pour  muer en plaisir pelliculé. Surprise, c’est à Netflix de récupérer la bête pour une version animée plutôt extrême…

Read More