USA tagged posts

Assmonster : The Making of a Horror Movie

Category: Films Comments: No comments

Qui de mieux que Bill Zebub, dont le passe-temps (on n’ose parler de job) est de buriner de microscopiques productions amateures qu’il ira ensuite vendre aux conventions horrifiques du pays, pour envoyer un tacle filmique à ces réalisateurs improvisés fauchant la caméra de beau-papa pour torcher, en une matinée grand max, une zéderie qu’ils refourgueront pour 30 dollars à ces mêmes conventions ? Personne, d’autant que conscient de ce qu’il est, le diablotin du Z à court de petites coupures fait de lui-même la première cible de son Assmonster : The Making of a Horror Movie (2006).

Read More

Doctor Death : Seeker of Souls

Category: Films Comments: No comments

Lancer une franchise horrifique menée par une figure maléfique reconnaissable entre mille, parcourant toujours plus de nuits de pleine lune au fil de séquelles toujours plus nombreuses, et collecter les droits d’auteur à chaque nouvelle sortie de tombe, n’est-ce pas là le rêve ultime de tout réalisateur et producteur donnant dans le putride ? Mais n’est pas la Toho ou la Hammer qui veut, et bien qu’il soit tiré à quatre épingles, qu’il s’y connaisse en punchlines assassines et semble prendre un plaisir réel au morcellement de bimbo, l’immortel savant de Doctor Death : Seeker of Souls (1973) voit sa vie soi-disant éternelle s’éteindre dès son premier opus, resté trop obscur pour entraîner une quelconque suite. C’est d’ailleurs bien dommage.

Read More

Butchered (The Hazing)

Category: Films Comments: No comments

Toujours flanqué d’un sourire large et avenant, Joe Castro n’a pourtant jamais été du genre à le dire avec des fleurs. Il ne faut donc surtout pas se fier à la jaquette très néo-slasher de son Butchered (2003, parfois appelé The Hazing), sur laquelle on aligne quelques teens très propres sur eux en faisant croire que ceux-ci, et le film avec eux, pourraient sortir de la même promotion que Neve Campbell et Jennifer Love Hewitt. La tactique de l’arbre feuillu cachant (mal) la forêt incendiée, tant ici on charcute, on taillade, on découpe et on déchiquette comme à l’abattoir. A ce répertoire des savoir-faire du père Castro (Terror Toons et ses suites, of course) ne semble guère manquer que l’échaudage…

Read More

Shriek of the Mutilated

Category: Films Comments: No comments

C’est bien connu : le yéti, personne ne l’a jamais vraiment vu, et d’ailleurs ceux qui l’ont vu ne l’ont pas vraiment vu non plus. Le bourlingueur des cinémathèques branchées Z et des vidéoclubs les plus pisseux sait bien qu’il ne trouvera pas la bête à poil long dans une VHS, puisque les Séries B des 70’s branchées snowbeast et compagnie, et il y en a, se sont le plus souvent refusées à le mettre sur le devant de la scène, le laissant à l’ombre des conifères. Plus courageux que le reste du peloton duveteux, Shriek of the Mutilated (1974) ose le filmer sans détour… pour mieux dévoiler les imperfections du costume. Surprise, c’est très volontaire de la part des époux Findlay.

Read More

Jack Frost 2  : Revenge of the Mutant Killer Snowman

Category: Films Comments: No comments

Après tout, pourquoi un bonhomme de neige adepte de l’exécution sommaire ne pourrait-il pas profiter de vacances sous le soleil des Bahamas ? Parce qu’il risque de finir en flaque de flotte ? Allons, pas dans un gros Z des familles voyons… Ainsi, après une courte hibernation de trois années à peine, Jack Frost s’arme à nouveau de sa carotte et gèle les miches à quelques vieilles connaissances tout en refroidissant du teen ardent. Same old, same old… Mais cette fois avec encore plus de second degré et beaucoup moins de moyens, Jack Frost 2 : Revenge of the Mutant Killer Snowman (2000), dont le titre en dit déjà long sur le sérieux de l’entreprise, pouvant être considéré comme un Z de luxe.

Read More

Toys of Terror

Category: Films Comments: No comments

Un titre bateau sans doute décidé en un centième de seconde, un principe archi-rabattu (des jouets pas zentils, bouh!), un casting composé d’inconnus d’ordinaire bloqués dans la petite lucarne… C’est sûr, la fiche technique de Toys of Terror (2020) n’entraîne pas le rêve humide et ne nous pousse pas à déballer cet énième christmas horror movie à toute berzingue. N’entrons pas dans un suspense de toute façon inexistant : non, le bazar n’entrera jamais au panthéon. Et oui, tout cela est plutôt quelconque. Pas de quoi défriser le barbu de Madame Noël, mais tout cela n’est pas dérangeant non plus. Et peut même gagner son poids en ganache au chocolat question old-school.

Read More

Two Front Teeth

Category: Films Comments: No comments

S’en remettre au petit papa Noël pour remplir nos chaussettes de petits films d’horreur nous amène à des mises dangereuses. Avec le gros rougeaud, c’est 50/50. 50 % de chances d’avoir une vraie bonne Série B dans la besace, 50 de se ramasser un morceau de charbon. Nous n’avons probablement pas été assez sages cette année puisqu’on se retrouve avec Two Front Teeth (2006), récit chtarbé bien comme il faut d’un Père Noël vampire, ne disposant que de ses deux dents de devant. Heureusement, le charbon peut aussi réchauffer nos petits coeurs gelés.

Read More

Christmas Evil

Category: Films Comments: 5 comments

Débarqué à l’orée des années 80, ce qui en fait bien malgré lui l’un de ces pionniers ayant creusé du bout de leur lame le genre du slasher flick, Christmas Evil (1980) est aussi de ces maniaques restés à se les geler sur le porche pendant que ses camarades plus fructueux faisaient à l’intérieur une bringue dont les échos se font toujours entendre aujourd’hui. La faute à un terrible quiproquo : malgré ses haches et poignards fermement tenus sur les différents visuels du film, celui qui fut tourné sous le titre Better Watch Out doit plus aux nocturnes flâneries de Martin Scorsese qu’aux coups de surins dans le névé de Bob Clark.

Read More

Douce Nuit, Sanglante Nuit 5 : Les Jouets de la Mort

Category: Films Comments: No comments

La dernière fois que l’on avait pris le poux de la franchise Douce Nuit, Sanglante Nuit, elle pulsait aux rythme macabre que lui imposait Brian Yuzna, qui après trois chapitres ne formant qu’un seul et même gros slasher enneigé s’en remettait à des histoires de sectes sataniques, d’insectes putrides et de sexe déviant. Noël en plein, donc. Moins branché crasse et plus orthodoxe en apparence, Les Jouets de la Mort (1991) ne s’en ménage pas moins quelques scènes gentiment désaxées, faisant en cela honneur à ces Silent Night, Deadly Night tous marquants d’une manière ou d’une autre.

Read More

Jack Frost

Category: Films Comments: One comment

Il y a un passif entre Jack Frost (1997) et moi-même. Ou plutôt un rendez-vous manqué à la fin des années 90, alors que mon père me fit le plaisir de m’amener à l’un des deux vidéoclubs de ma petite ville locale, où je pus traîner, des étoiles morbides plein les yeux, au rayon horreur à la recherche d’une nouvelle VHS sanguine, d’un noir monolithe à enchâsser dans notre vieux magnétoscope. Le choix fut vite fait : sourire carnassier fait de stalactites et de stalagmites, donnant à sa bouche grande ouverte des airs de caverne prête à s’effondrer sur la jeune chair, le regard rieur de celui prêt à éviscérer son prochain, visage autant squelettique que neigeux, Jackie le frigide me semblait particulièrement avenant. Et à sa risette je ne pouvais que succomber. C’était sans compter sur l’intervention de l’employé de la boutique, accouru pour susurrer aux oreilles de mon père que la Série B hivernale en question était un sacré navet et qu’il valait mieux se rabattre sur une pelloche plus convenable. Genre Hantise. Oui, la grosse baudruche avec Liam Neeson et Catherine Zeta Jones, dont on ne se souvient que de la décapitation du pauvre Owen Wilson, pas encore devenu le clown triste de la comédie américaine. L’arnaque.

Read More