Sorcières tagged posts

Honeyspider

Category: Films Comments: 4 comments

Ca y est, c’est le grand jour. On a allumé les Jack-O-Lantern, planté nos canines dans de la gomme à l’orange, accroché les magiciennes au nez crochu aux fenêtres et nous nous sommes installés avec notre chat noir sur les genoux. Reste le plus compliqué : décider de notre amusette du soir, de la goule filmique avec laquelle nous allons passer deux petites heures en espérant qu’elle nous fasse frissonner bien comme il faut. Pas toujours facile, d’ailleurs, de savoir quel potiron soulever dans le champ des halloween movies, et qui s’est déjà retrouvé plusieurs fois devant ces anthologies nous contant encore et encore les mêmes historiettes ou face à une énième copie carbone des jeux de couteaux du Myers qui ne fait jamais risette sait que la méfiance est de mise. Ouf, aux bonnes petites surprises appartient Honeyspider (2014), petite production d’un Josh Hasty déjà de retour dans la tornade de feuilles mortes quatre années plus tard avec Candy Corn, et nous fait plaisir ici car il ne nous sort pas la même soupe à la citrouille pré-chauffée que les autres cuistos saisonniers.

Read More

Naked Cannibal Campers

Category: Films Comments: 2 comments

Peut-être lassés de leur vallée des dinosaures natale ou de leur jungle amazonienne rebâtie en écorcherie, les cannibales se sont emparés d’un camping de la région de Tampa et ont décidé d’y changer de look. Dorénavant les anthropophages seront exclusivement de sexe féminin, ces gloutonnes seront tatouées de l’orteil aux oreilles, solliciteront Satan sur leur temps libre et joueront de leurs charmes pour attirer le jeunot ivre dans leur cabine pour mieux l’y goûter. Bienvenue dans Naked Cannibal Campers (2020), douzième livraison d’un Sean Donohue (Death-Scort Service, Zed’s Dead) très occupé à honorer l’éternel triptyque entrailles fumantes/gonzesses à poil/fêtards un peu cons.

Read More

The Disco Exorcist

Category: Films Comments: No comments

Dépoussiérez votre moumoute la plus bouffante, repassez votre veston aux effets kaléidoscopiques, cirez bien vos boots argentées et travaillez votre déhanché parce que ce soir on danse avec Richard Griffin. Les boules à facettes, le bonhomme connaît d’ailleurs depuis Splatter Disco (2007), mais pressé de retourner gigoter sur des sons voisins de ceux de Donna Summer et Boney M, il met au point The Disco Exorcist dès 2011. Surprise, moins que la messe improvisée entre deux torrents de vomi de Friedkin ou les pas de danse suaves du père Travolta, c’est le porno 70’s et ses seins pendants que le poto Richie s’empresse de retrouver.

Read More

The Witchmaker

Category: Films Comments: No comments

Satan peut bien se la couler douce et se laisser masser les doigts de pied par les âmes en peine qui jonchent son petit enfer personnel : vu le nombre de vils dévots peuplant le cinoche d’exploitation et trimant pour lui sans même qu’il le leur demande, Monsieur n’a pour ainsi dire même pas à lever la fourche. Il devrait pourtant mettre en place un petit contrôle qualité, car The Witchmaker (1969), malgré un décorum séduisant et de jolies prémices, ne peut s’empêcher de se prendre les pieds dans le tapis et se péter une corne au sol.

Read More

The Witch

Category: Films Comments: No comments

« Un film apte à redorer un peu le blason d’un genre dont on vérifie chaque semaine l’état de déliquescence avancé », « Il y a longtemps qu’on n’avait vu film d’horreur aussi beau que The Witch », « L’impression d’assister à la renaissance du cinéma d’épouvante », « Robert Eggers signe ainsi l’un des films fantastiques les plus marquants de cette dernière décennie tant par ses partis pris formels que par son engagement politique. » Que n’a-t-on pas lu sur The Witch (2015), petit film indépendant de Robert Eggers défrayant la chronique à sa sortie et occasion d’une petite bagarre entre conquis et insoumis (de ceux-ci, on pu lire que notre mégère n’était « qu’un petit piège à geeks », « un film grandiloquent qui s’étire », « un film d’une lenteur accablante » ou encore que « le cinéma d’horreur est mort avec ce film ! »). En somme, à The Witch, on dit « oui » ou « non » mais jamais « peut-être ». Par chez nous, disons qu’on ne dit ni oui ni non.

Read More

The Wretched

Category: Films Comments: 2 comments

« The Wretched », ou « le malheureux » selon notre ami Google Translate. Un adjectif collant assez mal aux frères Brett et Drew Pierce, connus d’une audience pas encore écœurée en 2011 par la comédie zombiesque grâce à leur Deadheads, et que l’on devine plutôt ravis par l’accueil fait à leur petit dernier The Wretched (2019), budget modique ayant tout de même, et par surprise, rapporté dans les 66 millions de dollars. Un bon placement, mais un bon film à l’arrivée ?

Read More

Blood Sabbath

Category: Films Comments: No comments

Sacré destin que celui de Brianne Murphy, petite Anglaise née à Londres le premier avril 1933 et décédée au Mexique en 2003. Entre les deux, Madame vécut plusieurs vies, devenant clown, photographe, épouse de deux personnalités de la Série B (Jerry Warren, réalisateur de Frankenstein Island et Teenage Zombies, et Ralph Brooke, auteur de Bloodlust!) et reste à ce jour reconnue comme la première femme à avoir tenu le rôle de directrice de la photographie sur un gros film (Fatso en 1980), ce qui lui permettra de gagner quelques médailles. Accessoirement, elle se charge aussi de la mise en scène du Blood Sabbath (1972) écrit par William A. Bairn (auquel on devait la version anglaise du Baron Vampire de Bava), petite pelloche de rien du tout profitant des circuits grindhouse pour raconter l’histoire d’une magicienne méchante aux gros nichons. Yeah !

Read More

La Nuit des Damnés (Les Nuits Sexuelles)

Category: Films Comments: No comments

C’est clair, Filippo Walter Ratti n’est pas de la Champions League en cinéma bis, réalisateur méconnu souvent planqué derrière le pseudo de Peter Rush. Mais ce n’est sûrement pas une raison pour snober le bonhomme, auteur – entre autres – d’un sympathique Mondo erotico (1973) : un docu menteur et sexy sur les caprices d’Eros around the World. On connaît cette musique. Mieux encore, Filippo commit le très décadent I Vizi morbosi di una Governante en fin de carrière, ou Crazy Desires of a Murderer à l’export (1977) : ambiance lascive au programme, plantée par une intrigue sise dans un castel mystérieux avec de jolies donzelles qui se dénudent à tout-va… avant d’être énucléées par le maniaque de service. C’est un peu bavard (l’enquête policière), même si le film réserve son lot de beaux moments pour qui sait apprécier le giallo fin de série.

Read More

La Soeur de Satan (The She Beast / Revenge of the Blood Beast)

Category: Films Comments: No comments

Etoile trop filante du cinéma bis européen, Michael Reeves n’aura eu le temps d’illuminer le ciel noirâtre de l’épouvante qu’à trois reprises : via La Soeur de Satan en 66 tout d’abord, puis au détour de La Créature Invisible (aka The Sorcerers avec Boris Karloff) en 67 et, surtout, du beau classique Le Grand Inquisiteur avec Vincent Price en 68. C’est le premier du trio, plus connu sous ses noms américain (The She Beast) et anglais (Revenge of the Blood Beast), qui passe au billard aujourd’hui pour révéler des premiers pas trébuchants mais néanmoins prometteurs.

Read More

Slaughterhouse Slumber Party

Category: Films Comments: 2 comments

Si la célèbre psychanalyste Françoise Dolto avait pu étudier le cas Dustin Mills, heureux papa d’un peu moins d’une trentaine de low budgets tous nés ces dix dernières années, elle l’aurait probablement classé parmi ces trentenaires coincés au stade anal. C’est que l’un de ses petits derniers, Slaughterhouse Slumber Party (2019), non content de rendre hommage à sa manière aux Slumber Party Massacre et autres Night of the Demons, cumule tant de plans nichons, de foufounes poilues, de gags scatophiles et de scènes gore qu’il finit par ressembler à un remake des Griffes de la Nuit tourné par Beavis et Butthead pour le compte de Pornhub. C’est dire si c’est bien.

Read More