SF tagged posts

La Révolte des Triffides

Category: Films Comments: 2 comments

Dites-le avec des fleurs. Dont acte pour le vétéran hongrois Steve Sekely et le forgeur de frousses Freddie Francis, revenus du potager de la science-fiction avec dans leur pot une sacrée mauvaise herbe, née à la suite d’une chute de météores et désormais occupée à se nourrir de l’être humain, rendu aveugle par la luminosité des étoiles filantes. Bienvenue dans la triste serre de La Révolte des Triffides (1962), rare film de science-fiction qu’aurait pu commanditer la cancérigène firme Monsanto.

Read More

Le Retour de la Mouche

Category: Films Comments: No comments

Coriace la mouche, insecte dont le grand talent se trouve dans son art d’éviter la tape, et dont on sait qu’une fois effacée d’un bon coup du plat de la main elle sera remplacée par dix camarades bourdonnantes. A peine écrasée à la fin du fabuleux La Mouche Noire (1958), la revoilà à tourner autour d’un Vincent Price de retour dans la franchise, séduit par un script dont il apprécie tout particulièrement la première moitié. Malheureusement pour lui, à l’heure des coupes budgétaires faites par des producteurs à priori pas trop sûrs des qualités du moucheron nouveau, c’est justement sa partie favorite du scénar’ qui saute. Qu’il repose néanmoins en paix : sans atteindre le niveau bien trop élevé de son aîné, Le Retour de la Mouche (1959), pour de la Série B sortie des fours à la hâte, se grignote sans difficultés.

Read More

Les Envahisseurs de l’Espace

Category: Films Comments: No comments

Ils sont des Envahisseurs de l’Espace (1970), ils sont Japonais et ils ne viennent pas pour déposer un ballotin de pralines sur le pas de la porte. Logique qu’ils ne soient pas du genre à le dire avec des fleurs puisqu’ils sont tirés du vivier de sales bêtes du grand Ishirō Honda, celui qui dompta la premier le roi des monstres, j’ai nommé Godzilla, et ce dès 1954. Fidèle à son style, le voilà associé une ultime fois à la Toho pour sortir des eaux un calmar, un crabe et une tortue comme de coutume pris de gigantisme.

Read More

Tag

Category: Films Comments: 2 comments

Courant 2020, Toxic Crypt vérifia à plusieurs reprises, au cours d’un Undead Pool où le problème de l’invasion zombie était réglé d’un tir de laser sorti du vagin d’une pro de la natation, ou encore du pétomane Zombie Ass dont tout était dans le titre, que les Japonais versant dans la Série B ont un profond mépris pour le qu’en dira-t-on. Moins coquin, même s’il ne résiste pas à la tentation de soulever une ou deux jupettes de lycéenne, mais pas forcément plus sage puisqu’il garde ce bel amour pour l’envolée de viscères, Sono Sion tente, si ce n’est d’élever le débat, de l’attendrir avec Tag (2015), qu’il adapte d’une nouvelle de Yusuke Yamada.

Read More

Vivarium

Category: Films Comments: 2 comments

Une maison, c’est pour la vie. Imogen Poots (Green Room) et Jesse Eisenberg (The Social Network, Batman v Superman) en font la douloureuse expérience dans Vivarium (2019), où la banlieue vous avale tout cru et ne se presse pas de vous recracher. Heureusement qu’il n’est pas déplaisant de se laisser mâcher par le film de Lorcan Finnegan…

Read More

Blood Red Planet

Category: Films Comments: No comments

L’an 2000 n’avait qu’un mot à la bouche : Mars, planète rouge alors plus peuplée par le gratin hollywoodien que Sunset Boulevard lui-même. On se souvient évidemment de Mission to Mars avec Gary Sinise et Connie Nielsen, du Planète Rouge avec un Val Kilmer encore svelte, et surtout du plus prestigieux du lot, le Blood Red Planet co-réalisé par les frères Polonia (Splatter Farm, Lethal Nightmare) et Jon McBride (Cannibal Campout, Woodchipper Massacre), union sacrée déjà à la base du culte Feeders quatre ans plus tôt. On rigole bien sûr, tant cette énième virée dans l’espace le plus fauché ressemble bel et bien à ce que l’on pouvait attendre des Polonia Brothers : un cosmos sans le sou fabriqué à base de barquettes d’oeufs et de cannettes de Fanta vides.

Read More

Shocking Dark (Terminator II)

Category: Films Comments: No comments

La blague est connue, mais elle reste bonne et légitime : un soir, alors qu’ils lançaient le Aliens de James Cameron, Bruno Mattei et son bras droit Claudio Fragasso ont piqué du nez et se sont réveillés devant le Terminator du même Cameron. Pensant qu’il s’agissait d’un seul et même film, ils ont décidé de le remaker à la sauce Marinara. Shocking Dark (1989) ou l’histoire d’un vol insensé.

Read More

Stakes

Category: Films Comments: No comments

Si le regretté Don Dohler (Nightbeast, Galaxy Invader) avait principalement le regard tourné vers les étoiles, d’où tombaient de nocturnes créatures prêtent à éviscérer les pères de famille moustachus, son acolyte des années 2000 Joe Ripple, ancien flic reconverti en faiseur de terreurs indépendantes, surveillait plutôt les canines parfaitement aiguisées des jolies demoiselles. Vampires, vous avez dit vampires ? Oui, mais à la sauce science-fictionnelle, Stakes (2002) lorgnant aussi du côté d’un certain Terminator

Read More

Phantasm : RaVager

Category: Films Comments: 2 comments

Dix-huit ans après un Phantasm IV (1998) faisant office de traversée du désert pour le pauvre Reggie, alors parti à la rescousse de son éternel petit frère de substitution Mike, kidnappé par l’increvable Tall Man, Don Coscarelli revient enfin à la saga si chère à son coeur. Mais non sans mélanger son sang à celui plus neuf de David Hartman, spécialiste des séries pour enfants (Monsieur a roulé sa bosse sur la version animée du Godzilla ricain de 98, Extreme Ghostbusters, Spider-Man version 2003, Transformers Prime et Jackie Chan Adventures) et collaborateur du Don depuis Bubba Ho-Tep. Mais est-ce que ce mélange de globules rouges fonctionne réellement sur le tant attendu Phantasm : RaVager (2016) ?

Read More

In the Shadow of the Moon

Category: Films Comments: 2 comments

Puisque nous ne sommes pas spécialement portés sur les séries dans la crypte toxique, et que nous n’avons pas pris le train Hap and Leonard (2016-2018) en marche, ce qui ne nous empêchera pas d’y réserver une couchette lorsque l’envie nous en prendra, pour nous Jim Mickle fut comme aspiré dans une faille temporelle entre son dernier long-métrage, l’excellent polar Cold in July (2014) et In The Shadow of the Moon (2019), beau petit dernier dans lequel il est justement question de course contre la montre. Comprendra qui l’aura vu, et serait bien inspiré le lecteur n’ayant pas encore appuyé sur la touche « play » de le faire avant de continuer cette chronique, sujette aux spoilers. Vous voilà avertis.

Read More