Savant Fou tagged posts

Return of the Ape Man

Category: Films Comments: No comments

Nouvelles singeries pour Bela Lugosi avec Return of the Ape Man (1944) ! Une fausse suite du The Ape Man sorti une année auparavant, vu que ce prétendu retour remet en vérité les compteurs à zéro. Pas la peine d’avoir vu le précédent pour profiter de celui-ci, donc. Et pas la peine d’y chercher George Zucco (les films de momies de la Universal, The Mad Ghoul), haut-placé à l’affiche mais désespérément absent à l’écran…

Read More

The Ape Man (L’Homme-singe)

Category: Films Comments: No comments

Tout comme on n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace, on ne se risquera pas à expliquer à Bela Lugosi comment jouer les sinistres, le Hongrois n’ayant jamais véritablement laissé tomber les smokings sombres comme ses intentions cachées et les sourires sardoniques. The Ape Man (1943), ou L’Homme-Singe en VF, apporte cependant le toujours bienvenu changement dans la continuité, notre prince des ténèbres y traînant une déprime carabinée depuis une expérimentation lui offrant des rouflaquettes à la Dick Rivers et une barbe de hipster. Un spleen bien compréhensible.

Read More

Lady Frankenstein

Category: Films Comments: 4 comments

« Only the monster she made could satisfy her strange desires ! » Dans le genre tagline vous accrochant la gueule comme un croc de boucher à visée laser, on a rarement fait mieux que Lady Frankenstein (1971), promesse d’orgies monstrueuses passées entre deux flacons à bouillir et trois éprouvettes gorgées de jus de cervelet. Et le tout sous un orage tonitruant, cela va sans dire. Si cette production italienne rendant toujours plus floues les différences entre les films du pays et la production anglo-saxonne ne va pas aussi loin qu’on l’aurait imaginé dans les ébats fétides, elle n’en garde pas moins de fiers et solides arguments sous ses boulons.

Read More

Frankenstein’80

Category: Films Comments: 4 comments

En vieux renard spécialiste de l’erreur médicale, l’ami Frankenstein ne pouvait s’en tenir à attendre que la foudre tombe sur son vieux château, et c’est dans une logique de modernisation de ses activités qu’il s’en est allé rapiécer des cadavres dans un hôpital de Munich. Et puisque c’est un Italien, le peu prolifique Mario Mancini (directeur de la photographie sur une bonne poignée de westerns spaghetti), que l’on retrouve à la barre, on a l’assurance que les blouses blanches ne vont pas le rester longtemps…

Read More

La Fiancée du Monstre

Category: Films Comments: 2 comments

Pour à peu près tout le monde, et surtout pour ceux qui ne voient pas beaucoup de films, Ed Wood est le pire charlot ayant un jour gueulé « Action ! » au milieu d’un attroupement de techniciens. Bon c’est pas Jacques Tourneur, on est d’acc-o-d’acc là-dessus, mais la seule vue de La Fiancée du Monstre (1955) suffit à prouver que l’homme dont la garde-robe contenait plus de pulls en agora que de chemises de bûcherons n’a jamais été ce que le cinoche horrifique aura engendré de plus embarrassant.

Read More

Sting of Death

Category: Films Comments: No comments

Après tout, pourquoi les swinging sixties ne seraient-elles réservées qu’aux ados aux brushing impeccables et dès lors interdites aux hommes-méduses ? Pour William Grefé, spécialiste du cinoche grindhouse pensé pour les drive-in les plus sales, auxquels il offrit Death Curse of Tartu et Mako : The Jaws of Death, il est évident que les monstres doivent être invités à la fête. Même s’ils la font tourner court…

Read More

Les Maîtresses du Dr. Jekyll

Category: Films Comments: No comments

Tel un Baron Frankenstein incapable de mettre le feu à sa monstrueuse création, le mad director Jess Franco n’en finissait plus de retourner dans le laboratoire de son cher Dr. Orloff pour de nouvelles expérimentations que la morale réprouve. Une habitude prise dès les débuts du réalisateur. La preuve avec Les Maîtresses du Dr. Jekyll (1964), pas le moindre de ses méfaits.

Read More

The Body Shop (Dr. Gore)

Category: Films Comments: 4 comments

Pour l’horror addict désireux de passer une soirée dans la salle d’opération d’un médecin plus doué pour les ablations que les greffes, il y a généralement du choix dans les hôpitaux de l’épouvante, avec des dentistes arracheurs de langues et des docteurs aux rictus mémorables. Nettement moins connu que ses illustres confrères, le Dr. Gore (1972) est aussi l’un de ces praticiens dont le maigre bouche à oreille ne plaide pas en sa faveur. Il se dirait même qu’il est pauvre au point d’avoir troqué sa BMW pour une trottinette d’occasion…

Read More

El Vampiro y el Sexo (Santo et le Trésor de Dracula)

Category: Films Comments: No comments

Dans la famille Cardona, je demande le grand-père : René Senior donc, aïeul défunt des René Cardona 2 et 3, et réalisateur majeur du cinéma populaire mexicain. Pour s’en convaincre, il suffit de mirer la filmographie du gazier, immense inventaire de titres qui couvre au moins cinquante ans d’histoire, du début des années 30 jusqu’à l’orée des années 80… Impressionnant...

Read More

The Corpse Vanishes (Le Voleur de Cadavres)

Category: Films Comments: No comments

Planquez vos filles, Bela Lugosi sort de la nuit ! Et s’il a laissé tomber la cape ou ses jeux de regards hypnotiseurs, il n’a rien perdu de sa volonté à ramener dans son antre les plus jolies fiancées du comté. The Corpse Vanishes (1942), alias Le Voleur de Cadavres, la version moderne des Mariés au premier regard et autres émissions pour célibataires en quête de gros calinous ? Plutôt une énième variation sur le thème de la old dark house, à vrai dire.

Read More