Grande-Bretagne tagged posts

Dans les Griffes de la Momie

Category: Films Comments: No comments

Peut-être pour tromper sa routine prise en Transylvanie, la Hammer décidait à intervalles plus ou moins réguliers de quitter les cryptes vampiriques pour aller se dorer la raie à quelques mètres des pyramides. Osiris ne veillait cependant pas toujours sur les Anglais, et pour un La Malédiction des Pharaons immédiatement entré au panthéon de la terreur égyptienne, le studio a ensuite souffert de mummy movies certes jamais détestables, mais jamais ébouriffants non plus. Et du lot, Dans les Griffes de la Momie (1967) est malheureusement le moins intéressant.

Read More

Hush, en route vers l’enfer

Category: Films Comments: No comments

Être bon ne suffit pas toujours, et qui n’a pas la providence de son côté risque bien de finir ses jours au fin fond d’un vieux bac à soldes, enseveli sous une tapée de DVD d’Antitrust, sans espoir d’une réhabilitation future. Si Hush (2008) n’est jamais vraiment tombé dans ces tréfonds, il n’a jamais atteint les cimes non plus malgré sa bonne réception à sa sortie. Et comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, on se paie un petit retour sur l’un des favoris des années 2000 de la crypte, et sans aucun doute l’un des meilleurs survival de son époque.

Read More

Censor

Category: Films Comments: 3 comments

Longtemps indissociable du cinéma horrifique, la censure a pourtant rarement été traitée par celui-ci, et plus rarement encore de manière frontale. C’est désormais chose faite avec Censor (2021), retour dans l’Angleterre des années 80, lorsque politiciens, journaleux et têtes pensantes de Scotland Yard faisaient de quelques VHS sanglantes l’ennemi numéro un de la société toute entière. Comme vecteur d’un climat de folie, la réalisatrice Prano Bailey-Bond choisit la triste Enid, jeune femme décidant des coupes à opérer dans les Séries B enragées qui lui sont soumises, troublée à la fois par la disparition vingt ans plus tôt de sa sœur et par un fait divers meurtrier, peut-être lié à un film qu’elle n’aurait pas assez charcuté.

Read More

La Révolte des Triffides

Category: Films Comments: 2 comments

Dites-le avec des fleurs. Dont acte pour le vétéran hongrois Steve Sekely et le forgeur de frousses Freddie Francis, revenus du potager de la science-fiction avec dans leur pot une sacrée mauvaise herbe, née à la suite d’une chute de météores et désormais occupée à se nourrir de l’être humain, rendu aveugle par la luminosité des étoiles filantes. Bienvenue dans la triste serre de La Révolte des Triffides (1962), rare film de science-fiction qu’aurait pu commanditer la cancérigène firme Monsanto.

Read More

Une Fille… pour le Diable

Category: Films Comments: 4 comments

Descendre dans la fournaise pour y pactiser avec le Seigneur des Mouches ne réussit pas à tout le monde, et certains diraient que la Hammer Films y laissa son âme. Une Fille… pour le Diable (1976) est effectivement leur ultime long-métrage horrifique avant de rejoindre son sépulcre, et ce jusqu’à une résurrection mi-figue mi-raisin dans les années 2000. Est-ce à dire que la première partie de l’histoire du studio anglais se termina sur une fausse note ?

Read More

Benny t’aime très fort

Category: Films Comments: 4 comments

La bonne nouvelle venue avec le Covid pour les réalisateurs indépendants, c’est que depuis que le géant Hollywood laisse refroidir ses machines par peur de les faire tourner pour rien, les chaînes télévisées s’en remettent à leurs bons services pour livrer du divertissement tout neuf et pas cher à leurs abonnés. Dernièrement, c’est le britannique Karl Holt qui a décroché la timbale avec son Benny Loves You (traduit en Benny t’aime très fort chez nous), oeuvrette de 2019 venue tenter de déloger Chucky la balafre de son trône de plastoc.

Read More

Le Cadavre qui Tue (Doctor Blood’s Coffin)

Category: Films Comments: No comments

Ce n’est pas parce que la Hammer mettait tout le monde d’accord et régnait d’une poigne de fer sur le fantastique de la fin des 50’s et du début des 60’s que tout le monde devait se courber et lui baiser les pieds, et la rébellion vint finalement de ce que l’on pourrait appeler les réseaux parallèles, ceux n’appartenant ni à la Amicus ni à la Tigon et refermant généralement les volets et rendant les clés de l’appartement après cinq ou six films maximum. C’est le cas de la petite baraque Caralan Productions, à laquelle on doit The Snake Woman (1961) et Le Gang de l’Oiseau d’Or (1969), mais aussi un Doctor Blood’s Coffin (1961) permettant à Sidney J. Furie de parfaire son métier avant qu’il ne rejoigne, casque de combat vissé au caillou, les champs de bataille du film de guerre des seventies.

Read More

Grim

Category: Films Comments: No comments

Il faut croire que les Anglais, en plus des saucisses au petit-déjeuner et de la bastonnade à l’entrée des stades ou à la sortie des pubs, sont particulièrement fiers de leurs grottes et souterrains, surtout lorsqu’ils sont malfamés. Ainsi, bien avant que Neil Marshall ne pousse ses petites copines dans l’antre de mutants chauves aux oreilles pointues et à la truffe de vieille chauve-souris pour le bien de The Descent (2005), l’ignoré Paul Matthews organisait une soirée spéléo dans une caverne où rôde une créature médiévale, croisement improbable entre le démon de Rawhead Rex, le chat roux éternellement comparé à Ron Perlman sur Twitter et la bestiole velue de L’Aventure des Ewoks.

Read More

Le Fantôme de l’Opéra

Category: Films Comments: No comments

De tous les Universal Monsters, le fantôme de l’opéra a toujours eu le statut de parent pauvre, celui que l’on invite aux soirées dans l’espoir qu’il ne bousille pas trop vite l’ambiance avec ses peines de coeur et qu’il jouera les taxis en utilisant sa vieille calèche pour ramener les plus cuits dans leurs mausolées maudits. Le défiguré romantique de Gaston Leroux, si ce n’est lorsqu’il était incarné par l’homme aux mille visages Lon Chaney, a donc toujours dû composer avec un rôle d’éternel bouche-trou, et c’est sans stupeur que l’on apprit que même sa version Hammer Films n’a jamais véritablement déchaîné les passions. Pire, alors que la plupart des bandes sorties des fourneaux anglais trouvaient public et succès sans même avoir à se faire suer, la version 62 de Terence Fisher fut bien vite considérée comme un échec. Un naufrage mérité ? Pas totalement.

Read More

Screamtime

Category: Films Comments: 2 comments

Derrière son titre particulièrement bateau, l’anglais Screamtime (1983) cachait le retour de Michael Armstrong aux affaires sérieuses, quelques treize années après le méritoire La Marque du Diable. Cette invitation aux hurlements est aussi, accessoirement, le dernier wagon accroché à la locomotive du film à sketchs made in Britain. Ou plutôt l’une des voitures situées juste derrière un certain Creepshow (1982), succès commercial qui donna, on le devine, des idées au père Armstrong.

Read More