Christopher Lee tagged posts

Le Train des Epouvantes

Category: Films Comments: No comments

trainepouvanteteaser

Quatrième Amicus dans l’ordre des éditions ESC, Le Train des Epouvantes est le premier des omnibus produits par la firme, le premier de cordée comme indiqué au frontispice du livret. Sorti en 1965 chez nos amis anglais, Dr. Terror’s House of Horrors (son titre original) inaugurait en effet le cycle qui fit la renommée de la firme, et l’on peut dire encore une fois qu’ESC fait le taf, et plutôt bellement : travail impeccable sur l’emballage – mediabook sublimé par un artwork inspiré de l’affiche anglaise, avec Peter Cushing en produit d’appel -, combo DVD / Blu-ray avec options VF ou VOSTF (ce qui suffit bien), livret toujours signé Marc Toullec et modules vidéo toujours assurés par Laurent Aknin. Oui c’est cher (une trentaine d’euros à chaque fois), mais rien n’est gratuit en ce bas-Monde, et si nous ne brûlerons pas l’antique coffret Peter Cushing paru chez Aventi (qui contenait donc Le Train des Epouvantes), force est de constater qu‘il n’y pas photo...

Read More

Dracula 73

Category: Films Comments: One comment

dracu72teaser

L’époque victorienne, notre vieux Drac’ en a ras la cape ! Et c’est donc tout naturellement qu’il entre en hibernation durant cent longues années, histoire de laisser derrière lui les timides et apeurées villageoises d’antan, les remplaçant par les libres hippies des seventies. Flower power ? Gothic power, ouais !

Read More

Les Cicatrices de Dracula

Category: Films Comments: No comments

scarsteaser

Le roi des fainéants s’offre un retour supplémentaire dans les locaux de la Hammer et ça ne surprendra personne. Car oui, braves gens, Dracula est la feignasse ultime, quelqu’un qui dort toute la journée pour n’ouvrir ses yeux rouges qu’une fois le soleil couché ne pouvant qu’être considéré comme un ado passant ses nuitées devant Jersey Shore ou en boîte pour draguer la belette. Et la drague, ça le connaît le vieux Drac’, qui s’ajoute quelques cicatrices de guerre en se mettant à dos des fiancés jaloux…

Read More

Les Deux Visages du Dr Jekyll

Category: Films Comments: 3 comments

jekyllteaser

A force de déterrer les monstres sacrés des années 30 et 40, la Hammer allait bien finir par tomber sur le cadavre encore chaud du Dr Jekyll. A moins que ce ne soit celui de son pendant négatif, le sinistre Mr Hyde ? Espérons car dans Les Deux Visages du Dr Jekyll, Terence Fisher nous prouve que le praticien est aussi ennuyeux que sa part maléfique est amusante !

Read More

La Maison Ensorcelée

Category: Films Comments: 4 comments

manoirteaser

Lorsque l’on apprend que logent dans La Maison Ensorcelée des légendes comme Christopher Lee, Boris Karloff, Michael Gough ou Barbara Steele et que tout ce beau monde se retrouve autour d’une nouvelle du copain Lovecraft, la tentation de louer une chambre est forte. Malheureusement, on ne fait pas que de beaux rêves dans cette demeure où l’ennui règne…

Read More

Une Messe pour Dracula

Category: Films Comments: 8 comments

tastebloodteaser

Qui aime aller à la messe, à part le curé et quelques vieilles trouvant là un bon moyen d’occuper leurs humides matinées ? Pas les enfants de cœur ressortant de l’église avec un remake du trou de la couche d’ozone en guise de trou de balle, en tout cas ! Mais lorsque la messe fait honneur au tout puissant Dracula, la donne change forcément et le bisseux ne lâche plus son missel et se voit même prêt à écarter les fesses à son tour…

Read More

Dracula et les Femmes

Category: Films Comments: 2 comments

draculafemmesteaser

Toujours aussi chaud-lapin pour une chauve-souris, le vieux Drac’ sort une fois de plus de la tombe, la libido toujours pointue, pour aller séduire de force quelques jolies nanas. Mais alors que ses rivaux étaient jusqu’ici de vieux moines à la chique molle, le vampire de ces dames affronte cette fois un véritable casanova !

Read More

La Crypte du Vampire

Category: Films Comments: 6 comments

crypteteaser

Halloween approche à grands pas et il est dès lors nécessaire de se préparer à voir déambuler dans nos rues petites sorcières, vampires minuscules et jeunes bossus. S’ils en veulent moins à nos vies qu’à nos bonbons Haribo, mieux vaut s’habituer à leur présence… Ca tombe bien, Artus Films dispose dans son catalogue de La Crypte du Vampire, joyeux fourre-tout disposant de toutes ces créatures !

Read More

La Malédiction des Pharaons

Category: Films Comments: 6 comments

maledictionteaser

Le retour du fanzine Hammer Forever ne fait pas que donner des ailes aux bisseux assoiffés d’épouvante gothique, il leur donne également envie d’aller fouiner dans les tombes de quelques pharaons qui n’aiment guère qu’on les sorte de leur torpeur. Mais tant mieux si les Egyptiens ont la malédiction facile : avec la Hammer, c’est si bon d’être maudit !

Read More

RIP Christopher Lee

Category: News Comments: 10 comments

leeteaser

Et voilà, nous y sommes. Le moment tant redouté est arrivé : Christopher Lee est décédé. Nous avions beau nous y préparer en raison de son âge vénérable (il nous a quittés à 93 ans), cela surprend tout de même. Et fait bien évidemment assez mal. De toute évidence, tous les bisseux du monde se sentent désormais orphelins, le temps ayant fini par éteindre l’une des plus brillantes étoiles de notre monstrueuse constellation. Une étoile si étincelante qu’elle montra la route à bien des bergers du fantastique, qui ne se perdront plus jamais…

Christopher Lee était un personnage important de notre cinéphilie, un homme fait de chair et de sang mais qui pourtant devint aussi mythologique que les multiples créatures qu’il incarna. Le bougre avait, et a heureusement toujours, en effet une filmographie qui laisse rêveur… Et une galerie de personnages entrés dans la légende. Créature de Frankenstein la plus dégoutante jamais créée dans Frankenstein s’est échappé, Comte aux dents longues dans une ribambelle de Dracula, pas toujours de la Hammer par ailleurs, momie à l’amour toujours ardent dans La Malédiction des Pharaons, le célèbre mystique Raspoutine, le Moine Fou, un Sir Henry frappé par la malédiction des Baskerville dans Le Chien des Baskerville, le défiguré Erich de La Vierge de Nuremberg, le trouble et nécrophile Comte Drago du splendide Le Château des Morts-Vivants, le sadique et fantomatique Kurt du tout aussi beau Le Corps et le Fouet, le mal de l’Orient dans plusieurs Fu Manchu, le Comte Regula dans la beauté bis Le Vampire et le Sang des Vierges, le magique Duc de Richleau des Vierges de Satan, l’impitoyable juge George Jeffreys dans The Bloody Judge, le mémorable Lord Summerset du splendide The Wicker Man, le culte Scaramanga qui donna bien du mal à James Bond dans L’Homme au Pistolet d’Or, l’hilarant Dr. Catheter de Gremlins 2 et, plus récemment, le mal incarné dans les sagas Star Wars et Le Seigneur des Anneaux/Le Hobbit. Christopher Lee incarna souvent des monstres, ou des héros maléfiques comme il aimait les appeler, quand bien même il en affronta à son tour, se frottant à la gorgone, combattant une créature diabolique dans un train ou tentant de mettre fin aux meurtres perpétrés par des enfants pas très nets… Et malgré tout, Christopher Lee ne se fit jamais vampiriser par ces quelques rôles titanesques (impossible d’ailleurs de tous les citer, cela me prendrait la semaine), restant un personnage à part entière. Christopher Lee n’était pas qu’un acteur, il était un mythe, il le restera. Un homme à la vie bien remplie, qu’il serait criminel de résumer à sa vie dans le cinéma, qui affronta les Nazis dans sa jeunesse puis, une fois devenu plus âgé, se lança dans la musique, d’abord en faisant quelques narrations pour le groupe de heavy metal très porté sur l’Heroic-Fantasy Rhapsody of Fire, ensuite via son propre projet, Charlemagne. Il n’y a pas d’âge pour apprécier le metal, Sir Christopher Lee l’a prouvé. Il enregistrait encore il n’y a pas si longtemps quelques chants de noël métallisés…

A un moment de sa vie, Lee en avait un peu marre d’être constamment lié à la cape de Dracula, dont l’ombre semblait trop envahissante pour celui qui clamait haut et fort qu’il avait incarné bien d’autres figures importantes, du fantastique ou non. Mais souvent du fantastique quand même ! Il sera en tout cas parvenu à extraire ses dents pointues, une nouvelle génération de fantasticophiles l’ayant découvert pour ses rôles de Saroumane et du Comte Dooku, ainsi que pour ses apparitions dans les films plus récents de Tim Burton, tandis que les bisseux plus anciens savent fort bien qu’il s’est mué en bien des personnages mémorables… Tristement, sa disparition signe également la fin définitive d’un âge d’or, Lee étant le dernier des grands acteurs de l’horreur, de ces comédiens comme son ami Peter Cushing, Vincent Price, Bela Lugosi ou Boris Karloff qui, sur leurs seuls noms, parvenaient à amasser les bisseux devant les cinémas de quartier. Quel acteur de cinéma horrifique peut, en 2015, se vanter de faire pareil ? Le cinéma bis ne façonne plus de légendes depuis quelques décennies déjà et aucune relève ne semble prête à se faire connaître. Le tact, l’élégance, la diction et la présence de Christopher Lee et des siens sont désormais plus lointains que jamais… Ce phare qu’était l’Anglais s’est éteint, nous qui nous dirigions vers les bandes auxquelles il était à l’affiche, nous faisant parfois avoir (Funny Man, aie…) mais qu’importe, la joie de retrouver cette personnalité effrayante mais si rassurante étant toujours bien là, tangible. Christopher Lee était une figure familière, paternelle même, un visage avec lequel nous avons toujours vécu, que nous avons toujours connu. Un être immortel, qui mourra à chaque fin de film… pour ressusciter au début d’un autre. Encore et encore… Les légendes ne meurent jamais. Et c’est très bien ainsi.

Rigs Mordo

christopher leeMerci à Chris Steadyblog pour cette belle mise en page! (cliquez pour agrandir)

Read More