Blaxploitation tagged posts

Black Vampire (Ganja and Hess)

Category: Films Comments: 2 comments

A la question « Mais qu’a donc fait le rare Duane Jones, premier bad mofo à avoir bousillé du revenant, après La Nuit des Morts-Vivants ? », la réponse est « Il se la jouait blood sucker dans Black Vampire (1988), croisement improbable entre la blaxploitation et le cinéma d’auteur. » Black Vampire, ou plutôt une ressortie VHS sacrément cut (de 110 minutes on passe à 88, autant dire qu’on a lâché du lest) de Ganja and Hess (1973), amputé dans tous les sens pour faire passer sa drôle de love story pour un concentré 100 % black de suçons sanglants.

Read More

Cryptz

Category: Films Comments: No comments

Toujours en quête de modernisation, le vampire, après avoir infiltré les soirées entre jeunes cons et s’être répandu sur Internet (remember le très Z mais très bon Vampire Sisters de la paire Joe Ripple/Don Dohler), se lance avec Cryptz (2002) dans le commerce du corps huilé. Plus une occasion d’attirer les chauds lapins dans un strip-club improvisé pour leur mordiller la nuque que celle de dévoiler les poitrines généreuses, et surtout l’opportunité pour l’éternel roi du Z moderne qu’est Charles Band de surfer tardivement sur la seconde vague de blaxploitation lancée par les Menace II Society et autres ghetto flicks.

Read More

Blacula, le vampire noir

Category: Films Comments: No comments

Il est black, il est criminel, il a principalement sévi dans les années 70 et a laissé des traces dans la nuque de tous les malheureux qui ont un jour croisé son chemin. Qui est-il ? Mais non pas Bill Cosby ! Blacula ! Le seul et unique dark prince of darkness, le vampire afro qui aura laissé tranquilles les forêts de Transylvanie et les vieux manoirs décorés de gargouilles fissurées pour mieux hanter les usines désaffectées et les ruelles sombres de Los Angeles. Rencontre avec une terreur plus sympathique qu’il n’y paraît.

Read More

Black Mama, White Mama

Category: Films Comments: 2 comments

« Libéréééeeee, délivrééééeeee » chante à tue-tête cette connasse de reine des neiges parce qu’elle a enfin pu tester ses talons aiguilles dans la poudreuse. C’est que chez Disney, on ne sait pas ce que c’est que d’être vraiment enfermé, alors que les héroïnes de chez Roger Corman connaissent leur petit manuel de la captive rebelle sur le bout des doigts. Et avec Pam Grier et Margaret Markov, on apprend même à s’évader d’un camp de redressement pour vilaines filles !

Read More