Animalier tagged posts

Long Weekend (2008)

Category: Films Comments: 3 comments

Soyons honnêtes : ce n’est pas tous les jours qu’on chante les louanges de l’époque, surtout dans notre univers de bisseux (Gaulois) réfractaires, voire conservateurs… voire réactionnaires. Oui mais voilà, l’exception confirme la règle quand on cause Ozploitation, car il est un fait que la nouvelle génération n’a vraiment pas à rougir dans le bush, loin s’en faut même, rendant sacré bel hommage aux glorieuses décennies 70’s et 80’s. Qu’on en juge par les Wolf Creek ici, The Reef là-bas (dans le genre requins, on a vu mieux cela dit… ndRigs) et autres Needle, Black Water ou The Loved Ones… Bref, sur terre ou sur mer, dans l’Outback ou sur les campus, l’Aussie horror se porte bien en nos années, même très bien qualitativement parlant… si l’on accepte  l’alignement global d’une production locale sur les canons américains de l’horreur, qui perd alors un peu de son âme et de son charme sauvage : de son pittoresque en un mot, et du sang de sa terre. Les dommages collatéraux du format des coproductions ? Très sûrement. Note Quite Hollywood (pour reprendre le titre du documentaire sacrifié à The Wild, Untold Story of Ozploitation en 2008) ? Plus vraiment donc, car la globalisation a aussi vaincu dans l’horreur et le fantastique, qui gagnent en efficacité ce qu’ils perdent parfois en originalité…

Read More

Long Weekend

Category: Films Comments: 5 comments

Au pays des kangourous, Long Weekend n’est peut-être pas roi mais il n’est pas loin du trône, décrété film culte des antipodes et véritable emblème de cette Ozsploitation qui battit son plein au cours des années 70 et 80. Pas un hasard, d’ailleurs, si Jamie Blanks rendit au film un vibrant hommage trente ans plus tard, en signant un très chouette remake… Mais nous en recauserons bientôt. Heureux Français, donc, qui comme bibi purent le voir en VHS au début des eighties (cassettes estampillées D.E.C et Polygram), ou même au cinéma puisque le film sortit sur les écrans en 1980, après un passage remarqué au Festival du Film Fantastique de Paris, en 1979… Mais bon, tout cela remonte désormais, et les souvenirs s’estompent. De là ce conseil, amis cinéphages : nous vous dirigerions bien vers la cassette D.E.C ou la réédition Fil à Film, mais cela risque de vous coûter en temps – et peut-être même en fifrelins. Les amateurs iront donc chercher du côté de chez Synapse Films ou de Second Sight, et ils y trouveront sûrement leur bonheur en rayon bleu, se remémorant avec délice les charmes d’un film qui n’a jamais vieilli et que l’on connaît mal cependant.

Read More

Les Contes aux Limites de la Folie

Category: Films Comments: No comments

Avec la série British Terrors, les éditions ESC auront largement réussi leur coup : redorer le blason des films à sketches de la Amicus (on attend encore La Maison qui Tue, ce qui ne saurait tarder), et faire un peu d’archéologie en exhumant une petite rareté du rayon, Les Contes aux Limites de la Folie (1973). D’ailleurs, Tales That Witness Madness n’est pas une production Amicus au sens strict du terme, film parmi les moins connus du rayon omnibus de la période. Et pour cause : sa distribution fut largement salopée par la Paramount qui ne crut jamais vraiment au potentiel commercial du film, au point qu’il est resté inédit sur les écrans français. Ce qui en fait sûrement le titre le plus intéressant de la collection : pas le plus réussi objectivement, mais certainement le plus énigmatique pour le quidam… Un sans faute donc pour ESC, exception faite du Caveau de la Terreur peut-être, qu’on aurait aimé (re)voir dans sa version uncut. Mais bon, la perfection n’est pas de ce Monde.

Read More

Killer Crocodile

Category: Films Comments: No comments

Le départ récent de Nicolas Hulot de l’équipe du petit Manu a réveillé chez nous l’envie de nous envoyer dans les gencives une bonne petite bisserie écolo. Est-ce que Killer Crocodile  (1989), avec son saurien nourri aux déchets radioactifs et sa bande d’utopistes, partis à la chasse aux pollueurs, ferait vibrer le petit coeur d’Eva Joly ? Plutôt celui des gros bourrins en quête de membres arrachés dans de l’eau croupie, à dire vrai…

Read More

Blood Surf

Category: Films Comments: 2 comments

Si Studio Canal nous surprend agréablement en sortant le classique Six Femmes pour l’Assassin de Mario Bava, antique giallo que l’on n’attendait plus, on n’oublie pas non plus qu’il était devenu rare que l’éditeur se frotte au bis ou à la Série B. Alors que dans une période pas si lointaine, mais qui nous semble déjà être une autre vie, celui-ci n’hésitait pas à balancer dans les bacs tout et n’importe-quoi. Tel ce Blood Surf (2000) de James D.R. Hickox jouant la carte du gros crocrodile pas zentil zentil…

Read More

Les Bêtes Féroces Attaquent !

Category: Films Comments: 4 comments

Peut-être lassée de servir de bétail ou de simple amusement pour les plus petits au zoo ou au cirque, la faune se réveille et décide de renverser la chaîne alimentaire dans Les Bêtes Féroces attaquent ! Une bisserie ritale comme on n’en fait plus – et comme on ne pourrait plus en faire – permettant à l’auteur de Mondo Cane de ramener la savanes dans les cités.  

Read More

Le Spectre du Chat

Category: Films Comments: 2 comments

La Hammer met les pieds dans la litière pour le bien du Spectre du Chat, production restée méconnue au sein du pied-à-terre anglais de Dracula et Frankenstein. On en miaule de plaisir ? Ca reste bien évidemment à voir…

Read More

La Folle Escapade

Category: Films Comments: 2 comments

Si Pâques est censé être le jour de la résurrection d’un demi-fou prétendant que le pain de mie que s’avale sa bande de potes est une partie de son corps, c’est aussi et surtout la fête des petits lapins qui viennent cacher des œufs en chocolat dans vos rosiers, histoire que vos mouflets s’éraflent les mimines bien comme il faut. Comme on veut participer aux festivités, on vous propose aujourd’hui un drôle d’hommage à nos petits amis aux longues oreilles avec La Folle Escapade, qui n’est pas enfant non-admis mais devrait peut-être le devenir…

Read More

Tentacules

Category: Films Comments: 2 comments

La trempette, le producteur Ovidio G. Assonitis connaît mieux que personne. Ainsi, bien avant de faire boire la tasse à un James Cameron pas encore intouchable pour mieux lui piquer son Piranha 2 : Les Tueurs volants, notre Italien enfilait déjà sa bouée pour aller donner la becquée à un gros poulpe dans Tentacules (1977).

Read More

Primal Rage

Category: Films Comments: 2 comments

Primal Rage, ou Rage – Furia Primitiva dans la langue de Dante, c’est l’histoire d’un prêté pour un rendu, ou d’un échange de bon procédé : tu m’écris mon scénar’, je t’écris ton histoire… Comprendre qu’Umberto Lenzi rédigea le script de Primal Rage pour Vittorio Rambaldi, alors que Vittorio Rambaldi imagina la trame du slasher Nightmare Beach pour Umberto Lenzi. Deux films jumeaux donc, réalisés dans les mêmes eaux (la fin des années 80… mortelle pour le cinéma bis italien), produits par les mêmes margoulins, et shootés dans les mêmes décors : ceux, ensoleillés, de la Floride, quand l’Italie délocalisait ses tournages à la recherche d’une légitimation toute ricaine, à grands coups de pseudos (Harry Kirkpatrick = Umberto Lenzi), d’emprunts tous azimuts et d’acteurs du cru ; les mêmes d’un film à l’autre d’ailleurs, parmi lesquels Sarah Buxton (Debbie la copine contaminée), avec en sus la guest-star qui va bien : Bo Svenson ici, qui cachetonnait comme un dingue à cette période (du Bruno Mattei avec Double Target, de l’Eurociné avec Maniac Killer, ou du Fred Olen Ray avec L’Invasion des Cocons : ouais, ça vole pas toujours très haut…). Dans Primal Rage, le grand blond endosse la blouse du scientifique inconscient, énième avatar d’un Docteur Maboule dont l’hybris lui coûtera la vie.

Read More