80’s tagged posts

Aerobic Killer (Killer Workout / Aerobicide)

Category: Films Comments: 2 comments

Tapez le pied sur le côté, tendez le bras devant, descendez le bassin en rythme, sautez sur place et n’oubliez surtout pas de découvrir vos seins avant de vous prendre un coup d’épingle à nourrice dans la jugulaire ! Bienvenue dans le monde tout en camel toe multicolores et en choucroutes impeccablement ciselées du B-Movie Aerobic Killer (1987), alias Aerobicide, alias Killer Workout, alias l’un des slasher movies les plus cons de la planète. Rien que ça.

Read More

House

Category: Films Comments: 2 comments

Il y a des films comme ça qui semblent vous échapper toute votre vie. Me concernant, le House (1985) de Steve Miner est de ceux-là, découvert en bas âge à travers quelques photos au dos de la VHS, que mon père ne put louer parce que nous étions loin du nid et qu’il ne se sentait pas de retraverser le pays le lendemain pour rapporter la précieuse cassette. Et depuis, impossible de remettre la main dessus malgré un DVD sorti chez TF1 Video. Merci Arrow Video dès lors, best editor in ze woooorld quand il s’agit de dépoussiérer du cult movie. Et il n’est pas spoiler de dire d’entrée de jeu que l’attente en valait la peine, House s’affichant comme l’une des meilleures entrées du très peuplé sous-genre de la maison hantée.

Read More

Shocking Dark (Terminator II)

Category: Films Comments: No comments

La blague est connue, mais elle reste bonne et légitime : un soir, alors qu’ils lançaient le Aliens de James Cameron, Bruno Mattei et son bras droit Claudio Fragasso ont piqué du nez et se sont réveillés devant le Terminator du même Cameron. Pensant qu’il s’agissait d’un seul et même film, ils ont décidé de le remaker à la sauce Marinara. Shocking Dark (1989) ou l’histoire d’un vol insensé.

Read More

Twisted Nightmare (Au-delà du Cauchemar)

Category: Films Comments: No comments

Le cycle de la vie du slasher, on le connaît : un pauvre petit puceau weirdo comme pas deux se fait chambrer par les jolies meufs et leurs copains sportifs, la victime des moqueries prend inexplicablement feu dans une grange maudite par les peaux rouges, revient deux ans plus tard avec la tronche d’une lasagne bolo trop cuite et la force d’un catcheur mexicain, et envoie dans la tombe les jeunes cons contre lesquels il a gardé rancune. Eux, par contre, ne reviendront pas à la vie avec la dose de biceps de fer et des restes de moussaka sur les joues. C’est injuste, c’est Au-delà du Cauchemar, ou en VO Twisted Nightmare (shooté en 85, sorti en 87).

Read More

The Strangeness

Category: Films Comments: No comments

Sous-genre trop souvent résumé à The Descent (2005), le film d’horreur caverneux n’a pourtant pas attendu que Neil Marshall balance ses petites Anglaises au fond du trou pour exister. Nous avions déjà parlé du méconnu et très bon The Boogens (1981), délicieuse attaque de vermisseaux préhistoriques, nous creusons aujourd’hui encore un peu plus profond avec The Strangeness, sorti sur le tard en 1985 mais dont le tournage remonte à 1979.

Read More

Demented

Category: Films Comments: No comments

Si Alex Rebar doit imprimer un jour la conscience collective, ce sera plus volontiers pour son rôle d’astronaute peu à peu transformé en compote d’entrailles dans The Incredible Melting Man (1977) que pour ses épisodes scénaristiques. Nous avions flairé que le bonhomme n’était pas le nouveau Truman Capote à l’occasion de son slasher hivernal To All a Goodnight (1980), uniquement réservé aux plus tolérants des slasherophiles. La même année, Rebar rajoutait un psychokiller à son arc via Demented, qui quitte le giron des copies d’Halloween pour se faire sous-I Spit on your Grave. Sans plus de résultats, malheureusement.

Read More

Hobgoblins

Category: Films Comments: No comments

On ne se prenait pas trop la tronche dans les années 80 : si vous aviez été sage toute l’année, alors le Père-Noël consentait à vous glisser sous le sapin la VHS de Gremlins (1984). A l’inverse, si vous ne faisiez rien que de tirer les couettes de votre cousine, fortes étaient les chances que le gros barbu tout de rouge vêtu vous punissait sévèrement avec Hobgoblins (1988), garanti sans Mogwai mais fort en boules de poils livrées sans piles.

Read More

Honeymoon Horror

Category: Films Comments: No comments

Toujours en quête de fêtes à saborder et de grands jours à torpiller, le slasher finit par s’attaquer aux lunes de miel via Honeymoon Horror (1982), tordant par la même occasion le cou à l’idée reçue voulant que, dans le genre, le sexe avant le mariage équivaut à un aller simple pour le charnier. Et pas en première classe, ce seul et unique méfait du Texan Harry Preston rejoignant, on s’en doutait, la division des psychokillers sans le sou et donc particulièrement cheesy.

Read More

Cannibal Hookers

Category: Films Comments: 2 comments

Elles monnaient leur cul avant de vous bouffer le vôtre, ont la gorge profonde mais le ventre vide, font le trottoir pour ce vieux mac de la Série B qu’est Donald Farmer (Demon Queen, Scream Dream, Shark Exorcist) et ne peuvent pas vraiment dire à leurs clients « ne t’en fais pas chéri, je ne mords pas. » Yep, les Cannibal Hookers (1987) sont de sortie, putes affamées de salaison humaine, à la tête d’une secte certes démoniaque mais aussi chaudes comme la braise – cela va souvent de pair – et starlettes d’un shot-on-video rapidement devenu culte dans les temples de la grasse cassette.

Read More

Murder Weapon

Category: Films Comments: No comments

Un titre fleurant bon la poudre chaude et le biceps huilé, la danseuse des cimetières Linnea Quigley (Le Retour des Morts-Vivants) et la brune incendiaire Karen Russell (Vice Academy, Memorial Valley Massacre) prêtes à en découdre dans leurs vestes en cuir, les boobs en avant et l’arme au poing, une accroche vantant à la fois leurs qualités sous la couette et leurs talents létaux… C’est clair, Murder Weapon (sortie : 1989) fait de l’oeil aux boustifailleurs cherchant un Cobra ou un Commando à la mâchoire moins carrée et aux formes plus arrondies. Une vaste tromperie, car David DeCoteau, comme de juste à la barre de strip-tease, n’entend pas shooter de l’actioner à la mode girl power, mais bien un petit slasher psychologique indécis quant à sa tenue de soirée : bonnet d’âne ou cravate bien serrée ?

Read More