60’s tagged posts

El Vampiro y el Sexo (Santo et le Trésor de Dracula)

Category: Films Comments: No comments

Dans la famille Cardona, je demande le grand-père : René Senior donc, aïeul défunt des René Cardona 2 et 3, et réalisateur majeur du cinéma populaire mexicain. Pour s’en convaincre, il suffit de mirer la filmographie du gazier, immense inventaire de titres qui couvre au moins cinquante ans d’histoire, du début des années 30 jusqu’à l’orée des années 80… Impressionnant...

Read More

La Planète des Hommes Perdus

Category: Films Comments: No comments

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, science-fiction ne rimait pas forcément avec coup de sabres laser dans le derrière, ni grosses machines pensées pour vendre des tonnes de popcorn. La SF, c’était aussi de la débrouille, du bricolage avec fils et frigolites, ce que La Planète des Hommes Perdus se plaît à rappeler. Plus charmant que les ballets spatiaux sortis des usines Disney, certainement, mais pas plus trépidant pour autant, malheureusement…

Read More

Ôgon Batto

Category: Films Comments: 2 comments

Devinette : si demain l’Atlantide était miraculeusement repêchée du fin fond de son bassin, qu’y trouverions-nous ? De jolies Atlantes aux culs de sirène ? Un Jason Momoa au torse bien huilé ? Une réserve sans fin de fish-ticks amoureusement préparés par ce bon vieux Captain Igloo ? Tout faux, dans les ruines de la cité des mers se cache en vérité Ôgon Batto, squelette aussi doré que capé faisant partie du cercle très select des tout premiers super-héros jamais imaginés. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le gazier aime bien rigoler…

Read More

Le Moulin des Supplices

Category: Films Comments: No comments

S’il ne devait en rester qu’un… Le Moulin des Supplices (1960) ne serait peut-être pas le premier choix de la majorité des bissophiles en matière de gothique italien, et on le verrait probablement devancé par quelques Bava fouetteurs ou des Freda formateurs. N’empêche que comme l’écrit Alain Petit dans la nouvelle édition fraîchement sortie par Artus, il est improbable qu’un amoureux du genre ne le place pas dans son top 5 personnel. Soixante ans après la sortie du film de Giorgio Ferroni, cela se vérifie encore et toujours…

Read More

Le Peuple des Abîmes

Category: Films Comments: No comments

C’est à croire que la Hammer était prise de panique dès que l’une de leurs productions ne libérait pas les monstres. Ainsi, alors que Le Peuple des Abîmes (1968) naviguait à son rythme sur les mers du drame nautique, avec ses bisbilles dans les couchettes et ses mutineries nées en salle des machines, voilà que le studio britannique envoie valdinguer marins et passagers sur l’un de ces fameux lost continent, dès lors retrouvé ! Mais qui pour s’en plaindre puisque ces terres préhistoriques sont aussi le terrain de jeu de crabes mutants et de scorpions taille XXL ?

Read More

Le Croque-Mort s’en mêle

Category: Films Comments: 2 comments

Il y a des additions qui ne peuvent qu’accoucher d’un gros numéro. Prenez Le Corque-mort s’en mêle : en cumulant les présences de Jacques Tourneur, Richard Matheson, Vincent Prince, Peter Lorre, Basil Rathbone, Boris Karloff et ces braves gars d’AIP à la production, il était forcé que l’on se retrouve avec le film d’épouvante ultime dans les mimines, non ? Ben non, justement, car comme son titre original l’indique, The Comedy of Terrors (1963) cherche plus volontiers le rire que le frisson. Et le pire c’est que ça marche.

Read More

Le Jardin des Tortures

Category: Films Comments: No comments

En partant pique-niquer dans Le Jardin des Tortures (1967) de la Amicus, on savait que l’on reviendrait avec un bouquet d’histoires sinistres dans le panier. Mais avec sa tendance à se foirer de temps à autres (remember le pénible Frissons d’Outre-Tombes), le studio so british nous apprit à nous méfier de ses projets, parfois trop beaux pour être vrais. Heureusement pour nous, et s’il ne casse pas pour autant la baraque, Torture Garden fait plutôt partie des bonnes pioches.

Read More

Gungala, la panthère nue

Category: Films Comments: No comments

Le cinéma est un art certes, mais c’est surtout une industrie : Gungala – La Vierge de la Jungle remporta un beau petit succès, et c’est en toute logique fiduciaire qu’une suite fut mise en chantier l’année suivante, avec Gungala – La Pantera Nuda (1968), disponible chez Artus Films bien entendu. Retour sous la canopée donc, et retour de la sculpturale sauvageonne devant la caméra, cette jungle girl toujours aussi bandante (pléonasme) puisqu’on retrouve l’immensément belle Kitty Swan dans la même tenue d’Eve. Derrière l’objectif, le débutant Ruggero Deodato prit le relais de Romano Ferrara comme l’explique le fameux réalisateur dans l’entretien proposé en bonus : un incapable a priori ce Ferrara, même si l’auteur du Monstre aux Yeux Verts est toujours crédité au scénario de cet opus 2, et même s’il eût probablement donné un cachet plus érotique au film, fasciné qu’il fut par la masturbation féminine d’après Deodato. Dommage quelque part… et même ailleurs !

Read More

Gungala, la vierge de la jungle

Category: Films Comments: No comments

En cet automne tout gris, la meilleure des surprises nous vient peut-être des usines Artus Films : comprendre l’édition DVD du diptyque Gungala, qui ouvre une nouvelle collection dans le catalogue de l’Ours, celle des Filles de la jungle. Miam ! On attend maintenant les Tarzana et autres Luana dans le même panier. Après tout, Jane n’avait qu’à bien se tenir...

Read More

Le Train des Epouvantes

Category: Films Comments: No comments

Quatrième Amicus dans l’ordre des éditions ESC, Le Train des Epouvantes est le premier des omnibus produits par la firme, le premier de cordée comme indiqué au frontispice du livret. Sorti en 1965 chez nos amis anglais, Dr. Terror’s House of Horrors (son titre original) inaugurait en effet le cycle qui fit la renommée de la firme, et l’on peut dire encore une fois qu’ESC fait le taf, et plutôt bellement : travail impeccable sur l’emballage – mediabook sublimé par un artwork inspiré de l’affiche anglaise, avec Peter Cushing en produit d’appel -, combo DVD / Blu-ray avec options VF ou VOSTF (ce qui suffit bien), livret toujours signé Marc Toullec et modules vidéo toujours assurés par Laurent Aknin. Oui c’est cher (une trentaine d’euros à chaque fois), mais rien n’est gratuit en ce bas-Monde, et si nous ne brûlerons pas l’antique coffret Peter Cushing paru chez Aventi (qui contenait donc Le Train des Epouvantes), force est de constater qu‘il n’y pas photo...

Read More