60’s tagged posts

The Vulture

Category: Films Comments: No comments

L’oiseau et l’épouvante font assez mauvais ménage, autant se l’avouer, et outre un célèbre Les Oiseaux et quelques zéderies tordantes (Poultrygeist, Thankskilling), le genre a rarement pris son envol malgré ses ailes nouvelles. Ne comptons pas trop sur l’ancien The Vulture (1966) pour bouleverser la donne, d’autant qu’à sa décharge notre rapace ne voltige avec la peur qu’à de rares occasions, préférant les secrets du mystery movie guindé.

Read More

The Thrill Killers

Category: Films Comments: No comments

The maniacs are loose ! Bien sûr qu’ils le sont. Ils l’ont toujours été, ils le seront toujours. Du moins sur les écrans. De drive-in dans le cas de The Thrill Killers (1964), petite bande d’exploitation trimballée sous les aisselles par son géniteur Ray Dennis Steckler, futur pornocrate alors catapulté de petites villes en bourgades pour y faire dégouliner ses pulsions de mort.

Read More

Malenka, la vampire

Category: Films Comments: No comments

Le vampirisme fut pour le bis des sixties un véritable fléau, un virus répandu sur le vieux continent tout entier. Ainsi, après avoir fait pousser des ratiches tranchantes aux Italiens, c’est les petites Espagnoles qui se découvrent des canines de louves. Malenka, la Vampire s’extirpe ainsi des tombeaux d’Amando de Ossorio, que l’on admire ici pour ses gris templiers aussi zombies que miros, mais dont on se méfie à cause de son Night of the Sorcerers pas franchement stimulant. En 69, il prenait la chaude température de l’année érotique, s’acoquinait avec Anita Ekberg et lui tenait la main dans les cryptes d’un château paraît-il infesté par les suceurs de sang. Et tout cela sans vraiment renforcer sa filmographie…

Read More

The Slime People

Category: Films Comments: No comments

Quand ils ne nous tombaient pas sur la gueule, ils rampaient sous nos pieds. Bienvenue dans les années 50, décennie folle pour le creature feature, où il nous était impossible d’échapper aux chimères de la Série B, cachées dans les bois, les nuages, les astres, les bases militaires, les montagnes. Et même les égouts, dont sortent les Slime People (1963), certes débarqués dans les sixties, mais dont la morve fleure bon la décennie précédente.

Read More

Diary of a Madman

Category: Films Comments: No comments

Vincent Price. The man, the myth, the legend. Le roi du sourcil relevé, le Master of Menace en personne. Et de ces hommes que l’on écoute jusqu’au bout, y compris lorsque l’histoire contée ne vaut pas tripette. Le bénéfice de la diction et du joli timbre. On les écoute donc, les mémoires du fou du jour, mais on se rend aussi bien compte que si Diary of a Madman (ou L’Etrange Histoire du Juge Cordier, 1963) nous était narré par un autre, nos oreilles se seraient fermées dès l’entame…

Read More

Les Sadiques de Satan

Category: Films Comments: 5 comments

Born to be wild, ou Born to be Assholes si la Série B s’en mêle. Car une fois passée sous la douche de l’exploitation, dont le pommeau est tenu par le briscard Al Adamson (Dracula contre Frankenstein), le genre braque vers Viol-la-ville avec Satan’s Sadists (ou Les Sadiques de Satan, 1969). En faisant un petit détour, malheureux, par Pionce-le-bourg…

Read More

Le Crâne Maléfique (The Skull)

Category: Films Comments: No comments

De grands comiques, les successeurs du célèbre Marquis de Sade, qui dans les années 60 refusèrent à une petite pelloche, alors provisoirement nommée Les Forfaits du Marquis de Sade, de venir ternir le nom de leur ancêtre. Que l’homme de lettres ait fouetté des mendiantes, forcé ses victimes à blasphémer à Pacques (bon ça, à la rigueur…), enculé des gamines qu’il avait droguées au préalable, pas grave ! Mais que son petit nom soit racolé à une gueuse Série B, niet ! The Skull (1965) deviendra donc chez nous Le Crâne Maléfique, mais de ses orbites vides sortent toujours les mêmes cruelles pensées du philosophe pervers.

Read More

Santo en el museo de cera

Category: Films Comments: 2 comments

Santo a tout vécu, tout vu, et surtout tout dégommé. Chicane avec Blue Demon dans les ruines de l’Atlantide, correction de quelques femmes vampires, rififi avec des Martiens que l’on renvoie chez eux en deux coups de manchette, débats agités (comprendre : on se défonce la gueule gaiement) avec une sorcière et ses sbires démons… Fallait bien que l’homme masqué finisse par aller voir s’il n’y a aucune baffe à distribuer dans les musées de cire, et bonheur !, Santo en el museo de cera (1963) lui sert sur un plateau doré une petite clique de monstres de paraffine qu’il serait bon de faire passer par-dessus la troisième corde.

Read More

Even the wind is afraid (Hasta el viento tiene miedo)

Category: Films Comments: No comments

Le Mexique, une terre de castagne ? Un gigantesque ring ? Où les catcheurs masqués n’en finiraient plus de faire passer des momies aztèques par-dessus la troisième corde, pendant que des Dracula aux airs de toréadors comptent les points ? Pas seulement les amis, et face au virilisme ambiant se dressa dès 1968 un Carlos Enrique Taboada fort de vingt réalisations et d’environ quatre-vingt scripts, prêt à ramener le fantastique local dans des contrées plus féminines avec Hasta el viento tiene miedo, alias Even the Wind is Afraid.

Read More

Dans les Griffes de la Momie

Category: Films Comments: No comments

Peut-être pour tromper sa routine prise en Transylvanie, la Hammer décidait à intervalles plus ou moins réguliers de quitter les cryptes vampiriques pour aller se dorer la raie à quelques mètres des pyramides. Osiris ne veillait cependant pas toujours sur les Anglais, et pour un La Malédiction des Pharaons immédiatement entré au panthéon de la terreur égyptienne, le studio a ensuite souffert de mummy movies certes jamais détestables, mais jamais ébouriffants non plus. Et du lot, Dans les Griffes de la Momie (1967) est malheureusement le moins intéressant.

Read More