40’s tagged posts

Le Masque de Dijon

Category: Films Comments: 4 comments

Erich Von Stroheim aurait encore pu distribuer des cookies à tous les orphelins du globe et trouver le remède contre la chaude pisse avant tout le monde qu’aux yeux du fantasticophile il ne serait jamais parvenu à décoller son étiquette de sale type de la Série B à suspense. L’Autrichien à la sévérité toute germanique frappe encore de sa mauvaise humeur dans Le Masque de Dijon (1946), disponible dans le coffret jadis sorti par le grizzly Artus Films dans un coffret contenant aussi The Crime of Dr. Crespi, où le peu aimable bonhomme enterrait vivant le fiancée d’une demoiselle convoitée. Amoureux déçu il reste ici, et des sombres tactiques il continue d’employer dans ce petit film du bon Lew Landers (Le Corbeau avec Lugosi et Karloff, The Return of the Vampire toujours avec Bela).

A...

Read More

House of Horrors

Category: Films Comments: No comments

A quelque-chose malheur est bon, dit-on, et si l’on ne saurait se réjouir que Rondo Hatton respira du gaz empoisonné sur le front français lors de la première guerre mondiale, l’Américain souffrant en conséquence d’une acromégalie transformant sa chair et ses os, force est aussi de constater que la relative célébrité de l’acteur tient justement à son allure de gorille courroucé. Il ne fallut d’ailleurs qu’un doublet horrifique pour que son nom se grave dans la légende, Rondo incarnant le Creeper dans House of Horrors et The Brute Man (1946 dans les deux cas), deux petites Séries B qui lui promettaient un bel avenir et toute une saga où il aurait pu jouer les étrangleurs nocturnes. Il n’en profita pas, décédant juste après les tournages en ignorant qu’il était en passe de devenir un Classic Monster

Read More

The Mad Ghoul

Category: Films Comments: No comments

Créature monstrueuse issue du folklore arabe, la goule fait aussi partie de ces bestioles dont le ciné fantastique n’a jamais trop su quoi faire, donnant son nom à un peu tout et n’importe-quoi. Pas de raisons que cela change avec le The Mad Ghoul (1943) de la Universal, qui garde le caractère de déterreur de cadavres de la bête des Mille et Une Nuits mais jette le reste aux orties, pour mieux se lover dans le film de savant fou jaloux du bonheur des autres.

Read More

Return of the Ape Man

Category: Films Comments: No comments

Nouvelles singeries pour Bela Lugosi avec Return of the Ape Man (1944) ! Une fausse suite du The Ape Man sorti une année auparavant, vu que ce prétendu retour remet en vérité les compteurs à zéro. Pas la peine d’avoir vu le précédent pour profiter de celui-ci, donc. Et pas la peine d’y chercher George Zucco (les films de momies de la Universal, The Mad Ghoul), haut-placé à l’affiche mais désespérément absent à l’écran…

Read More

The Ape Man (L’Homme-singe)

Category: Films Comments: No comments

Tout comme on n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace, on ne se risquera pas à expliquer à Bela Lugosi comment jouer les sinistres, le Hongrois n’ayant jamais véritablement laissé tomber les smokings sombres comme ses intentions cachées et les sourires sardoniques. The Ape Man (1943), ou L’Homme-Singe en VF, apporte cependant le toujours bienvenu changement dans la continuité, notre prince des ténèbres y traînant une déprime carabinée depuis une expérimentation lui offrant des rouflaquettes à la Dick Rivers et une barbe de hipster. Un spleen bien compréhensible.

Read More

The Return of the Vampire

Category: Films Comments: 2 comments

C’est bien connu, l’âge n’a pas d’emprise sur les vampires. Sur Bela Lugosi non plus, et c’est toujours avec ce même sourire, celui qui était scotché sur nos trombines lorsque nous découvrions nos premiers Universal Monsters, que l’on retrouve le vrai prince des ténèbres. Même lorsqu’il quitte la maison-mère des monstres classiques pour une Columbia venue créer la surprise, avec un The Return of the Vampire (1943) loin de se liquéfier face à la concurrence.

Read More

L’Île Inconnue

Category: Films Comments: 2 comments

Il y a une vie avant Jurassic Park, en vérité je vous le dis, et elle s’appelle L’Île Inconnue (1948), petite Série B d’un autre âge connue pour être le tout premier film a avoir habillé un pauvre figurant d’un costume de dinosaure. Et tout cela bien avant qu’un certain Godzi vienne transformer Tokyo en un gigantesque ring pour titans cracheurs de feu…

Read More

The Corpse Vanishes (Le Voleur de Cadavres)

Category: Films Comments: No comments

Planquez vos filles, Bela Lugosi sort de la nuit ! Et s’il a laissé tomber la cape ou ses jeux de regards hypnotiseurs, il n’a rien perdu de sa volonté à ramener dans son antre les plus jolies fiancées du comté. The Corpse Vanishes (1942), alias Le Voleur de Cadavres, la version moderne des Mariés au premier regard et autres émissions pour célibataires en quête de gros calinous ? Plutôt une énième variation sur le thème de la old dark house, à vrai dire.

Read More

One Body Too Many

Category: Films Comments: No comments

Si Hantik Films n’existait pas, il faudrait l’inventer. Hantik Films, ou The Scare-Ific Collection, cette poignée de DVD éditée par les z’amis de Sin’Art depuis 2011 et sacrifiée à la zone B des années 1930 / 1940 : comprendre ces petites choses produites par la Republic Pictures ici, la Monogram par là ou la Pine-Thomas ailleurs ; le Poverty Row d’Hollywood en un mot, qui produisit pour deux galets des camions d’œuvrettes inscrites dans les genres les plus populos de l’époque : western, thriller, polar, comédie, film d’épouvante, machin musical…  Bien sûr, ces petits bouts de films ont pris quelques rides aujourd’hui, mais à l’heure du ciné bis hyper hypé, on appréciera l’initiative… du moins  quand on a le bon goût de les essayer…

Read More

Le Fils du Pendu

Category: Films Comments: 2 comments

Et Artus de continuer sa descente dans le gouffre aux films tombés dans le domaine public ! Et cette fois, c’est le noirâtre Moonrise, alias Le Fils du Pendu, que remonte l’ours du bis, ici comparse d’un jeune homme meurtrier et tourmenté par le triste sort de son paternel…

Read More