2010’s tagged posts

Sorority Slaughterhouse

Category: Films Comments: No comments

Depuis le coup d’envoi de sa carrière horrifique avec Dreamaniac en 86, David DeCoteau n’a pas pris beaucoup de récré. Car près de 160 films plus tard, la question se pose : faut-il encore attendre du gazier autre-chose que de l’érotisme soft car pensé pour les chaînes câblées et de l’effroi sans sautes d’humeur puisque taillé pour ne laisser aucun spectateur trop impressionnable sur le bas-côté ? Le pas glop Sorority Slaughterhouse (2016) ne fait en tout cas rien pour dissiper nos doutes…

Read More

Girls Gone Dead

Category: Films Comments: 2 comments

On le sait, le slasher est par définition un genre goûtant assez peu à la théorie de l’évolution, et un bref coup de pupille sur le C.V. de Michael Hoffman Jr., co-réalisateur avec le moins expérimenté Aaron T. Wells du Girls Gone Dead (2012) de ce week-end, laisse supposer que le gaillard n’a pas l’intention de trop s’écarter des saintes écritures taillées dans les chairs adolescentes par Saint Voorhees. Après des Sigma Die ! (2007) et Spring Break Massacre (2008) faisant office de brouillons mais tétant déjà aux mamelles des Slumber Party Massacre, Hoffman Jr. surenchérit donc dans la Série B cheesy et met au propre son petit psychokiller movie satyrique.

Read More

Aquaslash

Category: Films Comments: 2 comments

Canicule oblige, le bon peuple ne demande plus qu’une chose : que ça mouille, que ça gicle, que ça flotte. Renaud Gauthier, réalisateur basé à Montréal et déjà porteur du slasher Discopathe en 2013, a entendu les revendications de son public et lui offre donc très précisément ce qu’il a demandé au détour d’Aquaslash (2019). Oui ça mouille : les filles s’y glissant volontiers sous la douche avec ces Messieurs pour des massages très intimes. Re-oui ça gicle : lorsque les teens au calbut en surchauffe s’élancent dans le toboggan aquatique, c’est pour qu’en ressorte des torrents de vieux rouge. Et re-re-oui ça flotte, puisque les restes de bidoche de la jeunesse en fête viendront enjoliver les pataugeoires. De quoi rafraîchir quelques nuques, pour sûr.

Read More

Frankenstein in a Women’s Prison

Category: Films Comments: 2 comments

Après un Dracula in a Women’s Prison (2017) ne parvenant pas à satisfaire toutes nos attentes, peut-être trop élevées, Jeff Leroy se devait de corriger le tir avec Frankenstein in a Women’s Prison (2017 itou), fausse suite venue faire perdurer le bel esprit du génial Werewolf in a Women’s Prison (2006). Bonne nouvelle : si l’enfer anatomique créé bout de chair par bout de chair par la doctoresse Tasha Tacosa n’atteint pas l’excellence de Werewolf…, au moins le niveau remonte-t-il par rapport à l’épisode vampirique.

Read More

Satanic Panic

Category: Films Comments: No comments

Hail Satan ! Planquez hosties, missels, fioles d’eau bénite et CD de Francis Cabrel, aujourd’hui sera la journée du pentagramme tracé dans le sang, des cornes brûlantes, des vierges offertes au bouquetin des enfers et des plus grands hits de Deicide, Impaled Nazarene et Incantation. En route pour Satanic Panic (2019), bonne Série B qui vous donnera envie de faire une ristourne au poto Lucifer lorsqu’il viendra vous acheter votre âme à vil prix.

Read More

Pool Party Massacre

Category: Films Comments: 2 comments

Ce bel été 2020 laisse deux choix, et seulement deux, aux ragondins des cinémas de quartier que vous êtes : soit vous vous envolez pour je ne sais quelle destination paradisiaque pour y choper la chtouille de l’année parce que les gens sont trop cons pour mettre un masque correctement, soit vous vous enfermez dans vos caves climatisées et y enchaînez du bis plagiste façon Deep Blood ou du bain de sang estival. Vu que l’animal attack ça va cinq minutes, et parce que vous connaissez mon amour sans limite pour les coups de serpette dans le botox d’une jeunesse qui n’avait rien demandé, l’option slasher sera retenue via Pool Party Massacre (2017), low budget sentant bon le mojito et la machette limée.

Read More

No Escape

Category: Films Comments: No comments

Spécialiste du found footage (le remake de Rec qu’est Quarantine, Catacombes, The Poughkeepsie Tapes) et du film d’ascenseur (Devil), John Erick Dowdle ne fait pas franchement partie de nos petits papiers. Et n’attira pas notre confiance lorsqu’en 2015 il mit sur le marché du cinoche tendu une Série B mi-action mi-flippante située en Asie et avec en lead Owen Wilson, que l’on apprécie beaucoup dans la crypte mais que l’on peinait à imaginer ailleurs que dans des comédies romantiques et doucement amères. La surprise n’en fut que plus grande, No Escape étant le survival urbain et nerveux que l’on espérait depuis… pfiou ! La Nuit du Jugement (1993) ?

Read More

Puppet Master : The Littlest Reich

Category: Films Comments: 2 comments

Comme pour faire mentir les millions de memes soulignant le dégoût profond éprouvé par l’horror fan pour les remakes de ses classiques préférés, effectivement malmenés plus qu’à leur tour depuis les années 2000, la machine rebooteuse de franchises semble s’être imposé un petit recalibrage et a enfin compris qu’il n’était guère judicieux de viser la copie conforme. Hasard de la vie et des calendriers, les deux plus beaux efforts en matière de relecture des effrois passés survenus ces dernières années sortent de la boîte à jouet. A savoir le Child’s Play version 2019 et donc ce Puppet Master : The Littlest Reich (2018), réforme bienvenue pour une saga à l’agonie.

Read More

Dracula in a Women’s Prison

Category: Films Comments: No comments

Dossier Jeff Leroy, pièce numéro dix-neuf : Dracula in a Women’s Prison (2017). Et donc la réouverture du pénitencier hot hot hot où l’on se suce la jugulaire et les nibs, que l’on avait déjà parcouru avec joie au détour du superbe (ah si!) Werewolf in a Women’s Prison (2006) du même Leroy. De quoi avoir le barreau tout dur à nouveau ?

Read More

Wyrmwood – Road of the Dead

Category: Films Comments: 2 comments

Les Australiens ont le sens de l’hommage, et savent rendre à Humungus ce qui lui appartient. Du coup, lors des quatre années aux week-ends bien chargés qu’il passe à forger son Wyrmwood : Road of the Dead (2014), le réalisateur du pays des kangourous Kiah Roache-Turner ne manque pas de payer son dû à Mad Max alors qu’il partait pourtant pour le cimetière Romero.

Read More