Honeymoon Horror

Category: Films Comments: No comments

Toujours en quête de fêtes à saborder et de grands jours à torpiller, le slasher finit par s’attaquer aux lunes de miel via Honeymoon Horror (1982), tordant par la même occasion le cou à l’idée reçue voulant que, dans le genre, le sexe avant le mariage équivaut à un aller simple pour le charnier. Et pas en première classe, ce seul et unique méfait du Texan Harry Preston rejoignant, on s’en doutait, la division des psychokillers sans le sou et donc particulièrement cheesy.

Read More

Dr. Jekyll vs. the Werewolf (Doctor Jekyll y el Hombre Lobo)

Category: Films Comments: No comments

En grand romantique qu’il était, Paul Naschy a toujours aimé l’épouvante à l’eau de rose et n’en finissait dès lors plus de se disputer à lui-même les faveurs des chicas les plus hot du bis ibérique. A lui-même parce que son plus grand rival restait le côté le plus velu, et donc animal, de la personnalité de notre cher loup-garou. Mais rajoutez dans l’équation un Dr. Jekyll gentil comme tout, un Hyde trouvant son plaisir dans la torture d’autrui, une assistante jalouse et le riche époux de la blonde Shirley Corrigan, et le triangle amoureux vire à l’octogone.

Read More

RIP John Lafia

Category: News Comments: No comments

C’est avec peine que l’on apprend que John Lafia s’est suicidé le 29 avril, à l’âge de 63 ans. Un nom que l’on ne retenait pas forcément mais que nous avons tous vu passer sur nos écrans au moins une fois, le bonhomme co-scénarisant avec Don Mancini et Tom Hollande Jeux d’Enfants (1988), le tout premier volet de la saga Chucky. Un pas si brave gars qu’il retrouvera pour le plutôt méchant second volet (ah cette scène finale dans l’usine de poupées!), cette fois à la réalisation. Il récidive trois ans plus tard avec le canin Max, Le Meilleur ami de l’homme, film de chien tueur un peu oublié de nos jours mais dont les petits Belges (donc votre serviteur) se souviennent pour sa diffusion télé dans les années 90, le toutou devenant pour quelques jours un sujet de conversation dans les cours de récré. Il se consacrera ensuite aux films (Bombmeister avec Jeffrey Jones) et aux jeux interactif (Corpse Killer notamment) avant de passer par la petite lucarne via les téléfilms Monster! (1999) et Rats (2002) et des épisodes de séries comme Babylon 5. Un exercice qu’il connaissait bien pour avoir déjà touché aux Cauchemars de Freddy dans les années 80. Un rouage globalement méconnu du fantastique donc, mais gageons que sans lui un petit roux de latex aux intentions meurtrières ne serait peut-être pas entré dans la légende…

Read More

Vampire Cop

Category: Films Comments: No comments

Après avoir fait le trottoir en compagnie des asphalteuses mangeuses de chibre de Cannibal Hookers, le petit monarque du Z Donal Farmer fait porter l’insigne à un vampire que l’on jurerait sorti d’un mauvais épisode (si tant est que certains soient réussis) d’Alerte à Malibu. Heureusement que le futur réalisateur de Shark Exorcist se rend compte à temps que son oiseau de nuit a le mordant d’un canari, et qu’il le remplace sans traîner par des prostituées aux courbes d’enfer. On en revient toujours aux fondamentaux, au fond.

Read More

VFW

Category: Films Comments: 4 comments

Lorsque le magazine culte Fangoria s’associe au réalisateur de l’alienesque Almost Human (2013), on se doute que ce n’est pas pour rebooter La Petite Maison dans la Prairie. VFW (2019), c’est même plutôt le petit bar dégueu dans la gouttière aux camés assassins. Et il serait mentir que de prétendre que ça nous dérange.

Read More

Fright

Category: Films Comments: 3 comments

Pas de mauvais esprit s’il vous plaît, mais on préfère volontiers le thriller à la gastronomie chez nos amis anglais. Le genre est l’objet d’une belle histoire en Albion – qu’on ne racontera pas ici, mais quand même : premier de cordée, Alfred Hitchcock bien sûr, qui tira toute une ribambelle de films derrière lui. La liste est longue, et l’on peut citer tous ces « mini-Hitchcock » de la Hammer justement, ou ces thrillers plus « modernes » du début des années 70, quand l’Angleterre plongeait dans les eaux noires de la psychopathie – comme l’Italie dans une autre manière : Meurtre à haute-tension de Sidney Hayers (et ses motifs quasiment giallesques), Die Screaming Marianne de Pete Walker (admirateur fanatique du grand Hitch’ : tiens donc), And Soon the Darkness de Robert Fuest (plus connu pour un célèbre Docteur Phibes) ou Straight on Till Morning de Peter Collinson – l’homme de notre film justement, qui commit aussi le fameux Open Season en 1974. L’inventaire dressé ici est (très) incomplet bien sûr, auquel on peut encore ajouter le frisson du jour : le dénommé Fright, sorti dans les mêmes eaux que toutes ces belles choses (1971). Par chez nous, le film n’aurait été diffusé qu’en province d’après le site Encyclo-ciné (sous le titre on ne peut plus clair de La Peur) : tant pis pour les Parisiens… Disons que ça change un peu des habitudes. Oui, pas de bol les Parigos, car Fright est de ces films sacrément marquants, et ce à plus d’un titre.

Read More

Nezulla, The Rat Monster

Category: Films Comments: 2 comments

Des militaires portant le masque à gaz, une population touchée par un virus et crachant ses poumons dans un gymnase transformé en mouroir, des médecins en pleine crise de nerf, des infirmières en première ligne et bientôt infectées à leur tour… Ne zappez pas, vous n’êtes pas sur BFMTV mais dans Nezulla, The Rat Monster (2002), petit glaviot méconnu donnant dans le japanese monster mais lorgnant sérieusement du côté de Jim Wynorski et David DeCoteau.

Read More

Ghoul School

Category: Films Comments: 2 comments

A tous les horror maniacs persuadés que la Troma avait obtenu le monopole du mauvais goût en matière de Série B estudiantine avec leurs Class of Nuke ‘Em High, le Ghoul School (1990) de Timothy O’Rawe tend un majeur fièrement tendu. Dommage cependant que ce doigt du milieu soit tordu, et que le bonhomme, dont nous avions causaillé à la faveur de son film à sketchs ultra-fauché et sacrément amateur The Basement (1989), n’ait pas revu son sens des priorités, sa version rien qu’à lui d’Atomic College tenant plus de la vanne sans chute que de la giboulée d’entrailles fumantes.

Read More

Blood Relic

Category: Films Comments: No comments

Après avoir passé de nombreuses années à produire et réaliser des B-Movies portés sur la cartouchière avec des starlettes plus ou moins has-been placardées en gros sur l’affiche (Lance Henriksen, Robert Davi, Frank Zagarino, Martin Kove), l’également comédien lorsque l’occasion se présente J. Christian Ingvordsen (Hangmen en 87 avec une toute jeune Sandra Bullock, les Airboss, Strike Zone et on en passe) décida dans les années 2000 de changer son fusil d’épaule en tapant dans l’horreur pour teenagers, notamment via The Bog Creatures en 2003. Sans trop s’éloigner de ses thématiques soldatesques néanmoins, son Blood Relic (2005) se déroulant dans un musée de l’aviation militaire.

Read More

La Bimba di Satana (Satan’s Baby Doll)

Category: Films Comments: 4 comments

Mario Bianchi avait de qui tenir si l’on en croit sa généalogie : d’après les RG, fils de Roberto Bianchi Montero (entre milles choses, le bon giallo La Peur au ventre), à la filmo barrée d’un gros X surtout… Parmi des titres hauts en couleur, j’avais été harponné par un Sexy Killer prometteur (1997) : j’y prédisais les parfums du thriller italien marié au porno 90’s. Mais après vérif’, rien à signaler de plus que des enfilades bourrines et viandardes…. Pendant plus de 2H30 en plus ! Même chose avec ce Lucretia – una stirpe Maledetta (ou L’Héritage de Lucrèce Borgia par chez nous) : les charmes de l’histoire italienne et les frasques de la famille Borgia ? Tu parles, Roberto Malone dans ses œuvres surtout, et les costumes n’y changent pas grand-chose…

Read More