La Révolution suit son cours… et même son court !

Category: News Comments: 2 comments

revolutionteaser

David Didelot nous l’avait expliqué dans son fanzine Vidéotopsie et le bougre n’avait pas tort: Revolution est un putain de court-métrage! Réalisée par le Joffrey Schmitt s’occupant également de la chaîne Youtube de Vidéotopsie d’ailleurs, la bande de 20 minutes est si bonne qu’il est presque difficile de la décrire fidèlement sans faire monter le scepticisme chez le lecteur. Car comment croire que le court en question contient à la fois des explosions à faire pâlir Michael Bay, des scènes gore à refiler la gerbe au Peter Jackson des débuts, de l’action mieux réalisée et montée que celle qui envahit les grands écrans depuis quinze ans et même un robot à mi-chemin entre celui de Verhoeven et le Robowar d’un certain Bruno Mattei ? Et tout cela dans un récit d’anticipation se concentrant sur un groupe de terroristes attaquant une station télévisée pour éradiquer les garants de la bêtise à la Hanouna, groupe bien vite attaqué par un cyborg créé pour les arrêter. Bis, Revolution l’est certainement et si notre jeune réalisateur essaye, avec succès, de se frotter à certains grands comme Carpenter (il y a du Assaut et du New-York 1997 là-dedans) ou de défier des blockbusters souvent moins généreux que lui alors que durant dix fois plus longtemps, il n’oublie pas de donner à son oeuvre un doux parfum de vidéoclub en rameutant tout un décorum et un bestiaire typiquement eighties. Gus avec des combinaisons de protection maniant des produits toxiques tout droit sortis de chez Troma (ils sont vert fluo!), un épais robot ayant sans doute pris des cours de carnage auprès de Jason Voorhees, terroristes dotés des voix françaises de Bruce Willis et Arnold Schwarzenegger (ya aussi le mec qui fait la voix d’Egon Spengler de Ghostbusters, c’est dire si Revolution c’est bien!), sous-sol aux couleurs pétantes rappelant encore une fois le style transalpin,… Et puis qu’est-ce que ça charcute! Dans Revolution, on se fait sauter le caisson, on se fait décapiter, on se prend des machettes dans le crâne, on croise des rats en train de fondre suite à la rencontre avec un produit toxique, on perd ses membres, on est brûlé au dixième degré, on se prend des jantes dans le nez et j’en passe! Aucun temps mort, un montage rythmé favorisant la lisibilité des scènes d’action, des plans travaillés, des effets spéciaux surprenant pour une production de cet acabit,… C’est bien simple, tout est là pour vous coller une gaule juteuse et l’on se dit après la vision que si Joffrey Schmitt n’est pas appelé sur des gros projets, c’est que le monde ne tourne décidément pas rond… Immanquable et vous pouvez d’ailleurs voir la bête directement sur Youtube! Vous seriez donc bien cons de vous en priver…

2 comments to La Révolution suit son cours… et même son court !

  • princecranoir  says:

    Comme j’ai eu trop peur de passer pour un con, je suis tout de suite allé voir la bête… et je ne le regrette pas ! Enorme morceau de bravoure multi-référentiel, absolument jouissif ! Un brin grinçant tout de même dans le contexte actuel.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>