Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ?

Category: Livres Comments: 2 comments

Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ?, en voilà un titre de livre qui attire l’attention, n’est-ce pas ? Plutôt original, vous en conviendrez, mais qui connaît Sam Guillerand, alias Nasty Samy, n’en sera pas surpris vu que le mecton n’est pas le dernier à taper dans le pittoresque!

 

Après lecture de ma chronique de son Megazine Everyday is Like Sunday, ou mieux du zine lui-même, vous devez sans doute bien connaître le sieur Nasty Samy. Après tout, son ouvrage était particulièrement personnel, subjectivité placardée à chaque page, à chaque chronique. Sam donne son avis, sans filtre, dans la simple envie de partager un peu, de s’exprimer, sans chercher plus loin que nécessaire. De la spontanéité, de la franchise, dans les critiques positives comme les négatives. Et bien si vous lu et apprécié le numéro 5 de son fanzine, il y a toutes les chances pour que ce Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ? vous branche tout autant, et à l’inverse si la lecture du Megazine ne vous fut pas plus plaisante que cela, vous ne vous réconcilierez pas avec Sam sur ce coup-là. Mais vu que j’avais bien pris mon pied avec sa revue, vous imaginez bien que la lecture de ce livre me fut bien agréable. D’ailleurs, le livre dont il est question ici était livré en package avec le zine, ce qui n’est bien évidemment pas un hasard. Mais pourquoi ce drôle de nom, au juste ? Tout simplement parce que, voilà quelques années, l’ami Sam avait créé un site avec l’un de ses amis du nom de Mike et dont le but était de se lancer dans des échanges d’opinions écrites et totalement improvisés, sur tout et rien mais avec une large prédilection pour la « pop culture ». Ou plutôt la « culture underground », ses films, sa musique, ses livres, ses personnalités. De 2010 à 2011, Sam et Mike vont donc s’entretenir sur de nombreux sujets avant de refermer boutique et boucler le site. Le tour était fait, certains sujets revenaient un peu trop souvent sur le tapis, il était temps de passer à d’autres projets, dont le Nasty Samy ne manque pas, et le Mike non plus visiblement. Mais dans un souci d’archivage et de garder des souvenirs d’un site désormais invisible, le Nasty Mec a édité ses dires (et seulement les siens dans un but économique) dans ce joli cahier d’environ 115 pages.

 

samy4Le deuxième album de Black Zombie Procession, groupe de Thrash/Crossover de Sam!

 

A vrai dire, vous pourriez prendre ma chronique du Everyday is Like Sunday et en remplacer le nom par Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ? et vous auriez mon avis sur ce bouquin, les deux ouvrages étant sortis du même moule. La même énergie unit les deux, le même état d’esprit y est trouvable, avec cette volonté de passer d’un point à un autre, d’une idée à la suivante. L’absence des propos de Mike n’est d’ailleurs pas particulièrement dérangeante, même si bien sûr on aurait bien aimé les lire, mais le sujet est bien planté par Sam qui, dans ses réponses, nous laisse toujours imaginer le point de vue de son interlocuteur. Nasty Sam a beau être le seul dans ces cahiers, on n’a jamais la sensation d’assister à une discussion à sens unique et l’on sent bien les rebonds faits ici. Notre fanzineur/musicien/voyageur plante en tout cas parfaitement le décor et le principe du bouquin lui permet de faire et dire absolument ce qu’il veut, d’aborder tous les sujets, qu’ils soient chers à son cœur ou non. On peut le lire de A à Z ou picorer à droite à gauche, mais dans un cas comme dans l’autre la lecture est toujours aussi plaisante et fun et ce grâce au talent d’orateur (son style est très parlé) du Samy. C’est dingue comme ce mec peut rendre tous les sujets intéressants, même ceux auxquels on n’y connaît rien ou qui ne nous parlent pas particulièrement. Je n’écoute plus de punk, relativement peu de hardcore (ma culture du style se résume à Sick of it All, Shai Hulud, Ignite, Hatebreed, Biohazard, Earth Crisis et quelques autres) et leurs mouvements parallèles me sont pour ainsi dire inconnu, tout comme je ne lis pas vraiment de comics, et pourtant lire Samy sur ses sujets est loin d’être une plaie, que du contraire!

 

samy3Samy et son groupe Hawaii Samurai dans un vrai bain culturel!

 

Il faut dire que le gars est un vrai one-man show à lui tout seul et n’a pas son pareil pour vous sortir la comparaison ou la phrase imagée qui vous colle un sourire pour l’heure. Il y a de la punchline qui vous éclate les lèvres dans ce bouquin, un rythme, une science du bon mot, qui font que l’on lit tout cela à la vitesse de la lumière. On tient là le book à lire avant de dormir, pour se vider l’esprit et le remplir des mots bien choisis de Sam, toujours franc du collier, voire même acide, et jamais le dernier à balancer des pieux à ce qu’il n’aime pas. Misanthropique, le gaillard ? On pourrait le croire lorsqu’on l’entend (enfin, lorsqu’on le lit) en train de balancer des fions sur les spectateurs de tel ou tel festival, de tel ou tel concert, que ce soit sur leur comportement ou leur look, et ça c’est quand il ne s’en prend pas directement aux membres des groupes, là encore sur leur tenue (vestimentaire ou de scène) ou leurs aspects humains. Les intéressés se diraient sans doute qu’il est gonflé et qu’il ne se gêne pas, et ils auront sans doute raison, mais bordel que ça fait du bien! Y compris quand il en envoie des petites à des trucs que l’on peut aimer ou a des particularités physiques que l’on partage avec certains mecs qui se font bousiller à la Nasty Sulfateuse. C’est de toute façon le jeu et on peut presque comparer ce plaisir à le voir distribuer des mauvais points à celui qu’ont les Américains quand ils vont voir des artistes du stand-up qui ne se gênent jamais pour se moquer gentiment du public.

 

samy2Samy lors d’un concert il y a quelques années, avec un T-shirt tiré du jeu-vidéo Les Griffes de la Nuit!

 

Il n’y a bien évidemment pas que cela et Sam revient sur ses avis culturels, et l’on passe du premier Batman à Jennifer’s Body (qu’il a bien aimé, je me sens un peu moins seul), de Bloodrayne à The Wolfman version 2009, du Retour des Morts-Vivants 3 au deuxième Chucky, du chouette documentaire His Name Was Jason au remake des Griffes de la Nuit (qu’il démonte), de Death Wish 3 à Halloween 2 version Rob Zombie. Des avis qui s’égarent régulièrement, pour notre plus grand plaisir car les parenthèses de Sam, toujours très personnelles (il parle avant tout de son vécu dans ce livre, tout comme dans son zine), sont également toujours savoureuses dans la vérité qu’elles déploient. Les films et disques dont il parle (niveau musique ça va du thrash au death, de la pop au hardcore) sont généralement des albums photos lui rappelant des souvenirs enfouis. Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ? ressemble un peu au musée de sa vie, avec des passages sur ses ex-copines (enfin « sur », on se comprend hein, chacun reste calme), sur ses potes ou sur sa famille. Je l’avais dit dans ma chronique du Everyday is Like Sunday 5, je le redis ici: rarement on aura eu la sensation de connaître aussi bien un fanzineur/auteur qu’après la lecture de cet ouvrage. On se reconnaîtra ou non dans son parcours, mais il n’empêche que l’on tourne les pages sans attendre, car le plaisir est bel et bien réel. Bien sûr, certains sujets abordés vous parleront peut-être plus que d’autres, et à titre personnel je me suis totalement retrouvé dans la partie sur la décoration de la Nasty Piaule, Sam nous expliquant que son repaire doit ressembler aux chambres des enfants geeks des années 80, avec leurs posters dans tous les coins, leur joli bordel culturel, ses références à tous les trucs qu’on kiffe. Pas un fan de Forrest J. Ackerman pour rien le mec, qui déteste les décos Ikea et leur blancheur écarlate qui sent un peu trop la salle d’attente à son goût. Et je lui donne raison à 200%…

 

samy1Un album d’Hawaii Samurai, l’un des nombreux projets musicaux de Sam!

 

Il est en tout cas difficile de critiquer Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ? qui n’est jamais que le reflet de l’esprit de son auteur, c’est typiquement un ouvrage de « goûts et de couleurs », et je ne reprocherai qu’une chose, particulièrement impardonnable, à Sam. Lorsqu’il se lance dans un savoureux exposé sur les séries AB Productions (Premiers Baisers et compagnie), il dit que le personnage rockeur du culte Le Miel et les Abeilles se nomme Rocky. Grave erreur, son nom est Johnny (et l’acteur qui l’incarnait est aujourd’hui la voix française d’Iron Man dans le dessin-animé qui est consacré au héros de fer, bonjour le grand écart)! Se tromper ainsi sur l’inventeur du rock dégoulinant, de l’ami du groupe « Les Chiens Chauds » (qui comme vous vous en souvenez sans doute était géré par Boum Boum Kadoum et Funzy) et l’amant de « chanteuses » aux blases cultes (Big Biquette, Lolo Bibop et bien d’autres encore!). Bon, je te pardonne Samy, car c’est déjà bien de rappeler que cette série était un énorme moment de n’importe quoi qu’il ne faut surtout pas oublier. En plus, comme le dirait le génial Giant Coocoo, défonceur de portes françaises professionnel, ton bouquin, c’est saucisse !!!

Rigs Mordo

 

 

mikeposter

 

  • Auteur: Sam Guillerand
  • Pays: France
  • Editeur: Everyday is Like Sunday Edition
  • Année: 2013

2 comments to Allo Mike ?! Toujours dans le jazz ?

  • ingloriuscritik  says:

    j’ai envie de lire ce « allo mike?! toujours dans le jazz ?! » car depuis que tu parle de ce style d’écriture décalé , plus épidermique que posée , plus slamée que contée, ma curiosite aiguë est titillée, adepte de ce genre de sensation . donc comment procéder ?? tu peux me dire en MP si tu as le temps .

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>