Halloween III: Le Sang du Sorcier

Category: Films Comments: 4 comments

Pas facile d’être le mal aimé d’une saga, surtout lorsque c’est particulièrement injuste. Car la réputation d’Halloween III est clairement injustifiée, le film de Tommy Lee Wallace faisant clairement la nique à ses suites. Et votre serviteur n’est pas loin de penser que c’est même le meilleur de la franchise initiée par John Carpenter…

 

On sait tous comment ça marche: lorsqu’un film fonctionne, il faut que les producteurs lui offrent une suite. C’est qu’ils ne sont pas prêts à faire une croix sur quelques dollars supplémentaires… Surtout quand ceux-ci découlent de petites bandes qui ne sont pas bien chères à produire comme les Halloween. Moustapha Akkad (producteur de tous les Halloween de la saga d’origine) et Dino De Laurentiis (producteur légendaire, responsable de toute une benne de films fantastiques, comme Conan le Barbare, Dune ou L’Armée des Ténèbres) ne vont donc pas lâcher le morceau et décident de se lancer dans un troisième opus, quand bien même Michael Myers semble être mort pour de bon à la fin de l’opus précédent, rendu aveugle et complètement brulé par une explosion dans un hôpital. Cela arrange d’ailleurs John Carpenter et sa compagne de l’époque Debra Hill qui veulent bien donner une nouvelle suite à la saga mais à la seule condition qu’elle s’éloigne des deux premiers films. Exit le psychopathe masqué, Jamie Lee Curtis et Donald Pleasance et place à une intrigue originale, écrite par Nigel Kneal (le papa des Quatermass), à la demande de Big John qui est un amateur de son travail. L’écrivain livre donc un scénario utilisant la célèbre fête aux citrouilles pour revenir aux origines de celle-ci et y mêler un peu de sorcellerie. Nous sommes donc bien loin des coups de couteau de Michael Myers… Mais le scénario ne va pas rester en l’état bien longtemps, le réalisateur Tommy Lee Wallace (monteur de Carpenter sur Halloween et Fog et futur réalisateur de la mini-série Ça, « il » est revenu) jugeant le tout délicieusement sombre et réussi mais manquant de rythme et aux personnages ratés. Il réécrit donc le script en gardant la trame de fond, injectant un peu plus d’action à l’entreprise, ce qui ne plaira pas à Kneale qui va demander le retrait de son nom au générique. Ce qui n’empêche pas le film de se faire et sorti, avant de… se faire laminer! Par la critique, tout d’abord, qui juge Halloween III: Season of the Witch faiblard, puis par les fans de la saga qui se sentent floués de ne pas retrouver leur Michael Myers chéri. Il faut dire que le film est sorti au mauvais moment, soit en 1982, époque où le public ne jurait que par les slashers. On peut comprendre la déception occasionnée mais on aurait pu penser qu’avec le temps le film jouirait d’une meilleure réputation. C’est en partie le cas, certains affichant désormais leur amour à cette petite série B super bien foutue, mais il reste des déçus qui ne voient dans ce Sang du Sorcier qu’un film d’horreur moisi parmi d’autres…

 

hallow32

hallow33

 

C’est d’ailleurs assez incompréhensible à la vision de ce troisième opus qui, l’un dans l’autre, ne dévie pas tant que ça des deux premiers. Bien sûr, ce n’est pas un slasher et si référence à Myers il y a, c’est via la télévision qui diffuse le premier film. Mais on retrouve une musique très proche (composée par Carpenter d’ailleurs), une ambiance typique de l’époque et une réalisation qui n’est pas sans rappeler celle du grand John, Tommy Lee Wallace ayant visiblement étudié les œuvres du maître avant de passer derrière la manivelle. Halloween III aurait très bien pu être un film de Carpenter et se coincer entre The Thing et Christine, et il est probable que personne n’y aurait rien dit. Le scénario ressemble d’ailleurs un peu à ce qu’a déjà écrit le réalisateur d’Assaut et met en scène Tom Atkins, qui a joué dans New-York 1997 et Fog. Cette fois, il incarne un toubib du nom de Dan Challis qui doit s’occuper d’un vieillard effrayé tenant un masque d’Halloween. Après l’avoir calmé et envoyé dans sa chambre, Dan, qui est alcoolique, s’éloigne un moment pour se reposer, un laps de temps suffisant pour permettre à un étrange homme en costume gris de s’infiltrer dans la chambre du malade et lui broyer le crâne. Et histoire d’en rajouter dans l’étrange, le bonhomme s’immole, faisant sauter sa bagnole par la même occasion. Autant dire que ça fait se poser des questions au pauvre Dan, qui culpabilise d’autant plus lorsqu’il rencontre Ellie (Stacey Nelkin), la fille de la victime. Le médecin décide alors d’aider la jeune demoiselle à retrouver les coupables de l’étrange mort de son père…

 

hallow34

hallow35

 

Une enquête qui va les mener jusqu’à une fabrique de masques d’Halloween tenue par un certain Conal Cochran (joué par l’excellent Dan O’Herlihy, président de l’OCP dans les deux premiers Robocop). Le vieil irlandais a un plan machiavélique qu’il compte bien mettre en œuvre le jour d’Halloween: tuer tous les marmots, en sacrifice, juste pour fêter le 31 octobre. Ce gars sait faire la fête, c’est clair. Comment il va s’y prendre ? Ce vieux singe a tout planifié, une publicité va activer une sorte de laser placé dans les masques des gosses, ce qui va leur trouer le crâne. Une idée qui effraie tout particulièrement Dan puisque ses deux rejetons ont des masques de la société de Cochran, Silver Shamrock… Notre héros va donc faire tout son possible pour stopper Cochran, ce qui ne sera pas facile vu que ce dernier est le maître d’un village dont les habitants regardent les étrangers d’un œil suspicieux… Halloween III est donc un film fantastique original, qui est parcouru par une ambiance qui n’est pas sans rappeler La Quatrième Dimension, qui aurait été envoyée dans les années 80 pour l’occasion. Car le film de Wallace est un pur produit de son époque, l’un des plus fiers représentant de l’horreur eighties. Par la présence de Tom Atkins déjà, cet excellent acteur (et l’un de mes favoris, en passant) étant l’une des gueules les plus fréquentes de l’époque (il était le héros du génial La Nuit des Sangsues et de Maniac Cop également), mais aussi pour une ambiance générale, soulignée par une bande-son qui laisse la part belle aux synthés. Ce qui marque également une fois le film terminé, c’est sa paire de couilles, grosses comme des boulets de destruction. Il arrive que le cinéma d’horreur ose tuer un gamin, comme dans le Blob de Chuck Russel, mais c’est rarement de manière traumatisante. Halloween III ne s’en prive pas, offrant une séquence assez hallucinante à ceux qui n’aiment pas les chiards. Celle d’une petite famille qui regarde la télévision, le gamin le nez collé dessus avec son masque sur la tête avant que celle-ci ne se mette à s’ouvrir comme une citrouille moisie et laisse s’échapper serpents et insectes répugnants. Pas du gore à proprement parler dans le sens où il n’y a pas de sang et que l’on ne voit pas la tronche du gosse puisqu’il est masqué, mais sacrément dérangeant tout de même, d’autant que le tout se passe sous le rictus de Cochran, satisfait de sa petite expérience. Ce mec n’est pas la nounou du siècle, c’est assuré…

 

hallo31

hallow36

 

Le directeur des effets spéciaux Tom Burnam considère d’ailleurs avoir participé à une série B qui n’est pas écœurante, plutôt amusante et qui n’est certainement pas gore. Moui, question de point de vue… Il y a tout de même une scène où une femme se prend le laser d’un masque en pleine tronche, ce qui lui arrache les lèvres et laisse un trou béant dans sa bouche, dont s’échappe un gros cafard. Le terme « amusant » nous fait aussi demander s’il a vu le même film que nous… En effet, Halloween III n’est pas une bande où on éclate de rire même si certaines répliques de Tom Atkins peuvent faire sourire. C’est surtout un film oppressant, où les héros sont constamment surveillés et qui laisse planer une atmosphère de complot, de fin du monde impossible à arrêter. Ce n’est donc pas un film particulièrement fun au sens premier du terme. Ce qui ne veut pas dire qu’on s’emmerde, bien au contraire. Très bien écrit, le scénario va toujours à l’essentiel et multiplie les (bonnes) surprises, mises en valeur par une bonne réalisation puisqu’elle arrive à singer avec réussite celle de Carpenter (toutes proportions gardées tout de même, hein). Le film a par ailleurs l’excellente idée de rester sur une fin ouverte mais néanmoins glaçante et le cri final d’Atkins risque bien de nous hanter un bon moment après la vision. Vous l’aurez compris, celui qui écrit ces lignes est un fan du film, qu’il considère comme le haut du panier de l’horreur eighties, et même de l’horreur en générale. Et il trouve terriblement dommage que le film n’ait pas fonctionné au box-office car Carpenter, Wallace et Debra Hill comptaient faire un nouveau film basé sur Halloween par année, avec une nouvelle histoire à chaque fois. Cela aurait été largement plus intéressant que les piteuses suites qui nous ramenaient Myers encore et encore, sans passion, pour n’en faire qu’un pantin désarticulé qui comment les mêmes actes, à l’infini. Je peux comprendre qu’on préfère le premier Halloween, voire même le deuxième, mais qu’on ne vienne pas me dire que les épisodes 4 et suivants sont plus réussis que ce troisième opus, qui vaut bien mieux que des slashers lambdas… D’ailleurs, je pense très honnêtement que c’est le meilleur de tous les Halloween ! Et j’espère participer un peu à la réhabilitation de cette grande série B, qui constitue en prime le film parfait pour fêter la journée des citrouilles. Vous savez quoi vous envoyer dans les mirettes ce soir…

Rigs Mordo

 

hallow3poster

 

  • Réalisation : Tommy Lee Wallace
  • Scénario : Tommy Lee Wallace, Nigel Kneale
  • Production : Moustapha Akkad, John Carpenter, Debra Hill et Irwin Yablans
  • Titre Original: Halloween III: Season of the Witch
  • Pays: USA
  • Acteurs: Tom Atkins, Dan O’Herlihy, Stacey Nelkin, Michael Currie
  • Année: 1982

4 comments to Halloween III: Le Sang du Sorcier

  • Dirty Max 666  says:

    « Happy-Happy Halloween, Halloween, Halloween, Happy-Happy Halloween, Silver Shamrock !!! »
    Je savais que tu défendrais ce film génial et incompris pour ce 31 octobre. J’ai eu comme un pressentiment. Je me suis refait « Halloween 3 » cet été et il n’a pas pris une ride. L’ambiance est très carpenterienne (la musique aussi)et le scénario très original et osé. C’est le genre de série B sombre et ciselé qui laisse une impression durable (la fin ouverte me laisse à chaque fois sur le cul). Même si pour moi le premier « Halloween » reste indétrônable, je classe « Le sang du sorcier » juste après. Bref, il faut absolument réhabiliter cette péloche mal-aimée. C’est ce que tu as fait avec brio, l’ami.
    « Happy-Happy Halloween, Halloween, Halloween, Happy-Happy Halloween, Silver Shamrock !!! »

  • Roggy  says:

    Je ne suis pas un spécialiste de la série « Halloween » et c’est vrai que je garde un bon souvenir de celui-ci qui n’a rien à voir avec le tueur masqué. C’est marrant d’ailleurs et je ne sais pas s’il y a d’autres exemples du même type ? Un sombre Zombie 12 peut-être 🙂 Puisque la fin est ouverte, faudrait que tu écrives une suite non ? Et tu l’appellerais comment ?

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>