Bonne, et dernière, année

Category: News Comments: 22 comments

Un nouvel édito sur Toxic Crypt ? Tu ne rêves pas, ami voyageur des mondes obscurs. Et tu comptes bien, copain bourlingueur des souterrains malfamés : cela fait bien deux ans que je n’ai plus pondu ce que l’on appelle communément un billet d’humeur. Que je n’ai pas pris le clavier pour me répandre en sentiments, bons comme mauvais. Par manque de temps (un peu), d’envie aussi (beaucoup). Alors vous vous dites probablement que me revoilà dans la colonne de l’éditorial pour vous souhaiter une belle et heureuse année, une santé de fer, un larfeuille bien rempli, des orgies par milliers et toujours plus de séances horrifiques. Je vous souhaite évidemment tout cela, tout en étant bien conscient que se gueuler « happy new year » à la face n’a jamais eu d’impact sur l’année de qui que ce soit, en bien comme en mal, mais c’est une annonce autour de laquelle je tourne depuis quelques temps déjà qui me pousse à noircir un nouveau fichier Word. Je ne vais pas y aller par quatre chemins, d’autant que j’ai déjà perdu assez de tifs comme ça à me demander quelle tournure de phrase serait la plus subtile pour dire un fait pourtant simple : Toxic Crypt entre en 2022 dans son ultime année, et je dynamiterai donc l’entrée de ma caverne nucléaire dans quelques mois, probablement à l’automne.

Aucune raison grave à ce choix, mais un total de petites, amassées avec le temps, d’inégales importances. Tout d’abord, la confection de Black Lagoon Fanzine, co-créé avec le comparse Jérôme à l’été 2015, n’a eu de cesse de rogner toujours un peu plus de mon temps, et en période de bouclage du fanzine, patauger dans le lagon noir tout en gérant l’officine de la crypte toxique est tout ce qu’il y a d’épuisant. Certaines journées particulièrement chargées, je quittais les obligations de la vie quotidienne en fin d’après-midi pour écrire ou publier une chronique pour le site avant, en soirée et après un repas vite avalé, de coller à la correction de textes, l’écriture de nouveaux ou me pencher sur la maquette d’un nouveau numéro de BL. Une charge parfois un peu lourde, qui me fait baigner dans le cinéma horrifique des semaines quasiment entières et ne me laisse que peu de temps pour autre chose. Un choix devait donc être fait, et c’est celui de faire s’effondrer la crypte qui fut gardé, malgré l’obligatoire pincement au coeur qui s’en suivra.

Ensuite, 2022 me semble être la date idéale pour mettre un terme à mes nauséabondes activités. Si le site fut officiellement lancé à l’été 2013, j’avais en vérité commencé à travailler dessus dès 2012, créant un blog que l’on peut considérer comme d’entraînement – nommé L’Enfer aux Pellicules, rien à voir avec les peaux mortes qui font des Monts Blancs de vos crinières – et m’essayant alors à la rédaction de chroniques, dont certaines finiront par atterrir sur Toxic Crypt. Cela fera donc dix ans que j’ai quitté le siège de spectateur pour m’essayer au commentaire, et cela me semble une bonne date symbolique pour passer la corde au cou du site.

Enfin, et peut-être surtout, je me sens tourner en rond depuis un bon moment, jusqu’à en avoir le tournis. Dix ans, cela signifie aussi plus de 1300 chroniques de films – et c’est sans compter celles de livres, fanzines, les news et les quelques interviews menées plus ou moins régulièrement il y a quelques années – quasiment écrites par ma seule main (David me prêta main forte pendant un temps, et je l’en remercie encore). Il y a un nombre limité de critiques que peut écrire un seul homme sans se répéter, et cela devient encore plus difficile lorsque l’on parle d’un genre aussi codé que l’horreur, où toutes les productions d’attaques animalières sont structurées de la même manière, où toutes les invasions martiennes s’orchestrent pareillement, où les sols de toutes les maisons hantées craquent de la même façon. Il me reste beaucoup de films à chroniquer, et cette dernière année d’activité ne pourra tous les couvrir. Mais je suis persuadé de m’être un jour ou l’autre penché sur un film similaire en tous points à ceux à venir, et couvrir cet éternel recommencement, cette gigantesque ode à la reprise et au bis repetita qu’est l’industrie de la Série B, ne m’excite plus comme aux premiers jours. Mon vocabulaire commence à manquer – il n’y a pas des milliards de manière de traiter du 497ème sous-Vendredi 13 sorti dans l’année -, mes opinions se rejoignent avec les années. Autant se taire si l’on n’a plus rien à dire, et donc commencer à fermer sa bouche tout doucement, pour se concentrer sur les articles plus longs, parfois pas loin de l’enquête, que je fais dans Black Lagoon. On me rétorquera qu’il ne tient qu’à moi de baisser le rythme, que rien ne m’oblige à pondre trois chros par semaine. Oui… Mais il n’y a rien de plus triste qu’un site internet mis à jour tous les quatre jeudis. Je ne veux pas d’une respiration artificielle. On me dira aussi qu’il me suffit de m’éloigner de ces séries Z interchangeables avec des vampires aux râteliers en plastoc ou aux bestioles empaillées censées être de terribles fauves, et m’intéresser un peu plus aux jeunes auteurs apparus ces dernières années. Désolé, mais il m’est impossible de feindre le moindre intérêt pour un Midsommar ou un Titane. Je n’ai rien contre ces titres. Ils n’évoluent tout simplement pas dans mon champ de vision, et je n’ai aucune envie de tourner la tête et trahir l’identité du site pour lui donner un second souffle.

Et puis, pour être parfaitement honnête, je ne suis plus « dedans » depuis un petit moment déjà. Je ne me tiens plus au courant des sorties des éditeurs, me tiens très à l’écart des réseaux sociaux, et ne vois bien souvent de nouveaux films du cru qu’en me forçant, pour ne pas laisser la crypte à l’abandon. Qu’elle se remplisse pour que ne puisse résonner mon manque d’intérêt pour ce qu’il se passe désormais dans le milieu. Au point que j’ai pris les annulations consécutives du Retro Wizard Day avec un certain soulagement : je ne me voyais pas là-bas à reprendre une grosse louchée de « bis » (terme utilisé à toutes les sauces que je finis par ne plus voir en peinture, pour tout dire). Avoir vu quatre à cinq films typés crocs dans la nuque et tire-bouchon dans les roustons à la semaine n’a sans doute pas aidé à éviter l’indigestion, j’en conviens. J’aime toujours le genre. Profondément. J’ai baigné dedans dès mon plus jeune âge, poussé dans le cinéma qui trouve ses racines en enfer par mon père, lui-même en bons termes avec l’horreur. Et depuis sa mort en 2017, c’est plus fortement encore que je chéris ce cinéma si fondateur me concernant. Mais il faut savoir ralentir aussi, et Black Lagoon Fanzine est peut-être une aventure plus excitante qu’un Toxic Crypt. Plus complète, plus créatrice, permettant plus de choses.

Alors allons-y pour une dernière année, que je vais tenter de soigner au maximum, avec des films triés sur le volet pour leur grande majorité, où seront accueillies à nouveau des figures régulières de Toxic Crypt, car j’ai quelques filmographies, si ce n’est à compléter, au moins à élargir un peu. Tout travail non fini ici le sera probablement dans Black Lagoon à travers les années. J’en profite pour répondre une question qui m’a été systématiquement posée par les quelques personnes mises dans la confidence de cet arrêt d’activité prochain : non, le site ne restera pas en ligne. Une fois l’hébergement terminé, ça sera le black out définitif. Pas par radinerie de ma part, mais parce que, encore une fois, je trouve qu’il n’y a rien de plus triste qu’un site laissé à l’abandon. Et je sais que si je ne coupe pas le cordon une bonne fois pour toutes, je finirai par replonger. Ce à quoi je ne tiens vraiment pas. En outre, j’aime assez l’idée de mettre le feu à tout, d’avoir passé dix années à entasser des archives… pour mieux les faire disparaître. Sentiment renforcé par le spectacle pitoyable auquel j’ai pu assister voilà quelques mois, lorsqu’un rédacteur s’en prit à un ami qui partageait sur le net, dans une seule volonté de partage et de promotion du fanzinat, les pages d’un fanzine introuvable depuis des lustres, auquel le rédacteur en question avait participé. Ce dernier se mit à sortir les grands mots de la propriété intellectuelle en guise de menace, pour un fanzine des années 90 que personne ne lirait plus jamais sans le blog incriminé, dont les neuf-dixième du milieu ignoraient jusqu’à l’existence. Si tout foutre en l’air me permet de ne jamais ressembler à ces types persuadés que leurs écrits d’il y a trente ou quarante ans sont désormais tables de la loi, alors je suis heureux d’allumer la mèche de mon autodestruction.

Nous en reparlerons à l’approche de la date fatidique, j’ai quelques remerciements à faire, un verre à lever en l’honneur de certaines personnes. D’ici là, j’espère faire de mon mieux pour les quelques mois à venir – qui resteront généreux, si mes calculs sont bons vous devriez tout de même bouffer encore une bonne centaine de chros d’ici l’automne – et que mes habituels lecteurs perdus dans mon caveau, que je remercie à nouveau, continueront de s’y détendre.

Merci.

Rigs

22 comments to Bonne, et dernière, année

  • Danyel  says:

    Un grand merci à toi Rigs pour toutes ces belles découvertes et ces chouettes moments de lecture. Je viens quotidiennement ici pour m’abreuver de tes textes, mais c’est bien la première fois que je me manifeste… Donc merci, bonne continuation et vive Toxic Crypt, vive Black Lagoon !

  • Nazku Nazku  says:

    Ah quel dommage, mais en même temps je comprends. Après 10 ans à écrire si régulièrement des critiques, c’est vrai que tu finis par faire le tour. Ce fut toujours bien agréable de te lire, de découvrir des films et de voir qu’on avait parfois le même avis. Bonne dernière année! 😉

  • Lionel  says:

    Quel dommage ! Bon vent et bonne année quand même Rigs !

  • Grreg  says:

    Je te tire un bon coup de chapeau,rigs.
    Plus jamais je ne pourrai lire de si belles chroniques via le net..
    Les meilleures choses ont toujours une fin ,malheureusement.
    Quel regal,quel festin ,quel delice tous ces films passé dans la crypte;
    Je venais me perdre régulièrement ,a la recherche de trésors,souvent chroniqué ici et pas ailleurs.
    J’aimais le ton ,l humour et le sérieux non feint de tes avis.
    Maintenant, je vais être nostalgique, et relire au max avant la der des der.
    Je peut comprendre et n’en veut pas au taulier.
    Merci, merci ,merci.
    Triste nouvelle, mais l’essentiel est ailleurs.
    Porte toi bien Rigs, ce que tu as fait est admirable.

  • Sangore  says:

    Triste nouvelle ! Heureusement qu’il restera Black Lagoon pour goûter à ta plume, Rigs ! L’autodestruction, c’est une dure décision que j’aurais été absolument incapable de prendre. Il suffit de voir comme je maintiens artificiellement en vie le forum ULTRAGORE depuis des années pour s’en rendre compte. Eu égard à tout le temps passé dessus, à pondre des avis, à échanger, et parce qu’une petite chronique écrite il y a 6 ans peut potentiellement toujours intéresser quelqu’un aujourd’hui, je ne me vois pas supprimer tout ça. Sans être historien, j’ai une forte conscience de l’importance des archives. Et tout ce stock de billets, de chroniques, ce sont des archives de notre passion. Bon, j’arrête de balancer des arguments allant à l’encontre de ta décision ^^ ! Je respecte celle-ci. C’est juste que j’ai un gros pincement au coeur.

    J’en profite pour te souhaiter mes meilleurs voeux pour 2022.

    La bise,

    Sangore

  • FREUDSTEIN  says:

    Aïe!aïe!Aie!
    Cela me désole, tant ton site est une mine d’informations et de découvertes…
    Mais je comprends qu’à un moment on est envie de passer à autre chose.
    BLACK LAGOON ça prend du temps et il en faut pour partager sa passion.
    J’ai beaucoup aimé nos quelques échanges et j’adore ton Fanzine que je suis en train de lire actuellement(Don Dohler ❤)et je sais que ça prends du temps.
    Je te souhaite une bonne année et une bonne continuation avec BLACK LAGOON,que je suivrais évidemment, le petit cryptozoïde que je suis est triste de cette nouvelle mais t’accompagne dans tes nouvelles aventures…
    Par CROM!!!
    Puisse-t-il t’entendre!
    FREUDSTEIN.
    Ça p

    • FREUDSTEIN  says:

      Ça p…
      Ça veut rien dire…

  • Adrien Vaillant Adrien Vaillant  says:

    Oué, en fait je comprends parfaitement. Les aléas de la vie, pour faire simple, deviennent effectivement un frein de plus en plus fort et y a évidemment des priorités. Aussi j’imagine bien a quel point Black Lagoon c’est du boulot en plus. Au moins content d’apprendre que celui-ci va continuer et je pige aussi comment c’est plus simple de s’en tenir au zine.

    Après l’idée de détruire le site entièrement, bon, c’est ton choix même si c’est un peu extrême (fait une sauvegarde quand même, gros). Mais vu les tarifs OVH je comprends aussi. Je te dirais bien que tu pourrais continuer à te servir de la plateforme pour faire la promo du zine, etc, mais je suis d’accord que la zone web abandonnée sur long terme fait un peu misérable. Jsais pas, de toute façon je suis près à parier que d’ici 4 ou 5 ans tu nous pondras un site Black Lagoon pour tout recommencer.

    Bon sinon cette histoire de fanzineux m’a bien fait rire, comme quoi la « communauté » reste fidèle à elle-même. C’est clair que ça donne pas trop envie d’en rajouter. Écoute, fait comme tu veux, je te soutien à 100% de toute façon (comme si t’en avais quelque chose à foutre hein). Bon après, si c’est pour créer un groupe de pop-rock tendance 80s nostagia à la place, tu peux aller te faire foutre par contre.

  • A.Roubi  says:

    Je dois dire que j’ai toujours été admiratif de la constance avec laquelle tu postes chaque semaine tes chroniques depuis toutes ces années. 1300 articles, rien que sur ton site, c’est franchement admirable, respect. En fait, t’as carrément le matos nécessaire à l’élaboration d’une « encyclopédie de l’épouvante cinématographique contemporaine » ! Tu tailles tes textes, tu bouches les trous des références non traitées, et hop! c’est prêt pour 2035. En revanche pour le nom j’hésite encore: La « Toxyclopédie », tu trouves ça mieux avec un Y ou un I ?
    Bonne année.

  • Nicolas  says:

    oh et moi qui venait de découvrir il ya pas une tonne d’années ce merveilleux site de review! en espérant qu’il y restera quelque temps encore pour consultation! merci pour ton dévouement!

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>