Hunted

Category: Films Comments: One comment

Hunted, alias While She Was Out (2008), version rallongée d’un segment jadis sorti dans la série The Hidden Room (1991-1993), c’est un peu la vengeance d’une blonde mais sans Marie-Anne Chazel. A sa place, Kim Basinger (Batman, L.A. Confidential), pauvre mère de famille partie acheter du papier cadeau pour préparer Noël et qui se retrouve coursée par quatre truands amateurs. Survival vous avez dit survival ? Logique les gars et les garces, nous sommes dans la deuxième moitié des années 2000 et le genre y régnait sans partage sur les rayons DVD.

 

 

Si le nom de l’Ecossaise Susan Montford résonne dans les caboches de quelques cinéphages attentifs aux génériques de début et de fin, ce sera plus volontiers pour ses crédits comme productrice sur quelques grosses machines comme le Real Steel avec Hugh Jackman ou le Splice de Vincenzo Natali que pour son unique incursion dans la réalisation, le sympa comme tout mais un peu oublié du milieu Hunted. Ce n’est pourtant pas faute d’avoir tenté de monter quelques années auparavant un long-métrage avec Vincent Gallo sur les meurtrières demoiselles de la « famille » Manson, projet qu’elle semble avoir abandonné après y avoir consacré plusieurs années. Comprenant que son passage à la réalisation ne pourra se faire qu’au détour d’une production peu onéreuse (« Quelque-chose entre 500 000 dollars et 20 millions » dit-elle, ce qui fait un fameux grand écart tout de même), elle jette son dévolu sur l’histoire courte While she was out, récit simple mais efficace, disposant de peu de décors et de personnages. Et puis, même si elle ne le précise pas, la période est aux jeux du chat affamé et de la souris apeurée depuis les succès de La Colline à des Yeux version Aja et Wolf Creek. Une donnée qu’une productrice digne de son rang ne saurait ignorer… Hunted – nom français passe-partout au possible, mais puisqu’il colle avec le sujet on ne dira rien – conte donc la malchance de Della (Basinger), beauté mûre que vient rogner un mari violent et insultant (Craig Cabal Sheffer), jamais à court d’arguments lorsqu’il s’agit de rabaisser son épouse. Préférant s’éloigner du domicile familial, auquel elle ne semble rester que pour veiller sur ses deux jumeaux, elle prend le volant et fonce vers le centre commercial le plus proche pour y faire le plein de papier cadeau. Noël approche à grands pas et il serait judicieux de ne manquer de rien, ne serait-ce que pour ne pas énerver à nouveau le dragon ruminant dans son salon. Mais la soirée shopping se passe on ne peut plus mal : c’est la cohue sur le parking, chaque personne croisée redouble d’efforts dans l’irrespect, Della tombe sur une ancienne amie de toute évidence plus heureuse qu’elle et ravie de le montrer, sa carte de crédit est refusée à la caisse… Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Agacée, elle avait également, un peu plus tôt, posé un mot acerbe sur le pare-brise d’une voiture ayant utilisé deux places de parking, soulignant l’impolitesse et l’égoïsme du conducteur. Grave erreur.

 

 

Car la tire appartient à Chuck, dit Chuckie (Lukas Haas, sauveur de notre planète bleue dans Mars Attacks!), et ses trois amis, petites frappes peu disposées à se laisser faire la morale par une petite bourgeoise. L’engueulade tourne au vinaigre lorsque le gardien du palais du consumérisme vient vérifier si Della a besoin d’aide pour se défaire de ses nouveaux amis. Agité et ne sachant visiblement pas trop ce qu’il fait, Chuck lui loge une balle dans le crâne. Paniquée, Della prend la fuite, poursuivie par ses jeunes agresseurs, décidé à faire taire ce témoin gênant… Le gros problème de ce Hunted, c’est qu’il a perlé peu de temps après l’un des meilleurs avatars du survival moderne : le noirâtre et dénué de tout espoir Eden Lake de James Watkins, déboulé à l’été 2008 alors que le seul film de Montford se chargeait de rendre amer le mois de décembre de la même année. Et combattre Eden Lake n’a rien de facile, surtout lorsque l’on s’engage sur le même terrain boisé : alors que While She Was Out débutait on ne peut mieux en misant sur le thriller urbain, évoquant même le génial La Nuit du Jugement (dans lequel Emilio Estevez et ses potes se retrouvaient pourchassés par des malfrats), il bifurque soudainement vers le suspense des bois et ressemble, dès lors, au gros des troupes du survival. Dommage, car le genre est resté peu habitué au béton et Montford avait des points à gagner en la matière. Mais en retrouvant buissons humides, racines sorties de terre et troncs excoriés, Hunted se fait bouffer par le trop similaire uppercut de Watkins, plus méchant à tous les niveaux.

 

 

Ce n’est pourtant pas faute de compter quelques plans gore (une clé en croix enfoncée dans un nez, un tournevis transperçant une nuque et ressortant par la bouche), mais ceux-ci renforcent plus le caractère de Série B sans prétention de While She Was Out que sa dangerosité. On ne craint jamais vraiment pour Della, qui s’égratigne le bras à un morceau de barbelé, oui, mais évite toutes les balles qui lui sont tirées, telle une version féminine de Steven Seagal. La faute sans doute à des antagonistes que Montford ne veut pas présenter comme rompus à l’exercice du crime, Chuck and friends n’étant que des jeunes paumés jouant les durs mais rêvant en vérité d’une vie calme en bord de mer. Comme Della, ils n’aspirent qu’à fuir une existence dans laquelle ils se sentent broyés, et comptent chercher dans d’autres contrées un bonheur qu’ils ne trouvent plus dans leurs foyers. Les voir s’opposer de la sorte et s’entre-tuer avait un potentiel tragique certain, malheureusement mal exploité (seul un long monologue de Lukas Haas en fin de partie tente un rapprochement, également physique, entre les deux parties) puisque Hunted se résume bien vite à une simple course-poursuite au clair de lune. On voit où veut en venir la réalisatrice, désireuse de recréer à sa sauce la fable du Petit Chaperon Rouge : Della transporte une boîte à outils comme son modèle avait un panier à tartes, elle se perd dans une sylve labyrinthique alors que quatre loups la suivent… Mais dans un sursaut féministe, la proie se reprend et se fait louve, liquidant un à un ses offenseurs, et trouvant par là-même la force de se rebiffer dans son quotidien.

 

 

Loin d’être inintéressant tout cela, mais pour que naisse le sentiment que Della se retrouve au bord du précipice et n’a d’autre choix que de sortir les armes, il aurait fallut que Chuck et les siens soient autre-chose que des losers maladroits (non content de la louper et d’être maîtrisés physiquement par une Kim Basinger pourtant loin d’avoir la carrure d’une catcheuse mexicaine, ils parviennent à s’entre-tuer accidentellement). Et ils ne le sont jamais, au point que l’on en vient à les plaindre tant ils semblent incapables de quoique ce soit, là où leur cible flotte et esquive coups et balles telle une intouchable divinité. Pas improbable que l’espoir que Hunted fonctionne véritablement dans les salles obscures (après tout, Basinger est une vedette reconnue et Guillermo Del Toro aide à la production) poussa Monfort à ne pas aller trop loin dans la violence et à éviter tout amalgame avec le rape and revenge. Le couperet n’en tombe que plus fort : While She Was Out devient l’agréable petit film à suspense du samedi soir, rythmé comme il se doit et bon pour une location, mais pas vraiment pour la possession et l’achat définitif, et il ne saurait prétendre aux mêmes effets qu’un Motel (2007), par exemple.

Rigs Mordo

 

 

 

 

  • Réalisation : Susan Montfort
  • Scénario : Susan Montfort
  • Production : Susan Montfort, Kirk Shaw, Mary Aloe…
  • Pays : USA, Canada, Allemagne
  • Acteurs : Kim Basinger, Lukas Haas, Jamie Starr, Leonard Wu
  • Année : 2008

One comment to Hunted

  • Roggy  says:

    D’accord avec toi sur la qualité de ce petit film plutôt bien foutu. Et puis Kim quoi 🙂

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>