Insidious: Chapitre 2

Category: Films Comments: No comments

insidiousteaser

James Wan ferait-il un parcours sans faute ? Après un sympathique Saw, un délicieusement gothique Dead Silence, un excellent vigilante-flick nommé Death Sentence, un Insidious particulièrement efficace et un génial The Conjuring qui fait figure de synthèse de l’horreur fantomatique, on dirait bien que le réalisateur vient de faire son premier vrai faux pas avec Insidious 2.

 

Attention Spoilers !

 

Insidious premier du nom était ce que l’on peut appeler une petite production d’un million-et-demi. Autant dire que dalle au niveau Hollywoodien. Mais ce petit film au budget de série B a très vite raflé la mise, rapportant près de 100 millions au box-office mondial. Une affaire juteuse et il ne fallut pas bien longtemps aux producteurs pour faire un calcul rapide qui les a amenés à produire une suite, Insidious: Chapitre 2. Un film un peu plus cher, cinq millions, histoire de donner de plus gros cachets aux acteurs et à l’équipe technique pour s’assurer leur participation et mettre toutes les chances du bon coté. Et ça a payé puisque le film a déjà ramassé des gains faramineux, on parle de 145 millions, pour un film qui est toujours diffusé au cinéma et qui n’est pas prêt d’arrêter de rapporter des billets verts. Pas besoin de faire des équations compliquées pour deviner qu’un troisième opus est en gestation, le scénariste Leigh Whannell (qui a écrit les deux premiers opus et est également acteur dans ceux-ci) bossant actuellement sur le script, censé être tourné cet été pour une sortie en 2015. Et il y a fort à parier que celui-là marchera du tonnerre aussi. Par contre, on est en droit de s’inquiéter sur sa qualité, car la première séquelle n’est déjà pas exempte de défauts, loin s’en faut…

 

insidious24

 

L’histoire reprend là où le premier opus s’était terminé: Josh (toujours Patrick Wilson) est de retour du Lointain pour ramener son fils Dalton, mais il semblerait que le père de famille ne soit pas revenu seul. Lui-même semble se comporter de plus en plus bizarrement et il semblerait que la mariée noire qui en avait après lui soit finalement entrée en possession de son corps, comme nous le disait le premier film, qui se finissait par le meurtre de la spécialiste en paranormal Elise (Lin Shaye). Tout cela ne rassure pas la pauvre Renai (Rose Byrne), qui en plus commence à ressentir la présence d’une étrange femme habillée en blanc, qui déambule dans la maison de sa belle-mère Lorraine (Barbara Hershey) en distribuant des claques à qui croise son chemin. On dirait bien que les esprits du Lointain ont suivi la petite famille dans leur nouveau déménagement… Parallèlement à tout cela, Specs et Tucker (Leigh Whannell et Angus Sampson), les deux comparses d’Elise, commencent à enquêter sur la fameuse mariée noire et tentent de comprendre ce qui a tué leur amie…

 

insidious23

 

Puisque le premier Insidious avait déjà expliqué tout ce qu’il y avait à savoir sur le Lointain et le monde des morts, Whannell peut se permettre d’entrer dans le vif du sujet sans trop attendre. Plus la peine de présenter les personnages et d’expliquer les enjeux, tout le monde les connaît vu le succès du premier film. Ce qui entraîne un premier problème: il n’y a plus vraiment de montée de tension. Puisque nous savons à quoi nous attendre, il n’y a plus de découverte horrifique, plus de mystère. La venue d’un nouvel esprit ne change rien à l’affaire puisque l’on devine ses intentions, bien que cela n’enlève rien à l’effroi qu’il suscite. Mais quelque-chose cloche dans la structure scénaristique, comme si tout semblait précipité. Les personnages se croisent encore et encore, échangent deux ou trois phrases qui manquent terriblement de naturel, comme des pions sur un échiquier. Il est ainsi affolant de voir à quel point Insidious 2 manque de vie, nos vivants se comportant presque comme les morts, à déambuler d’une pièce à une autre, comme tirée à la laisse par les spectres qui hantent les lieux. On peut comprendre la logique de Whannell, qui s’est probablement dit que puisqu’on connaît les personnages, il n’y a aucune nécessité de les présenter, de mettre en place quelques scènes d’exposition. Et l’un dans l’autre, il a raison, puisque le script se passe quelques jours après les évènements du premier film, il est logique que les personnages soient un peu speedés, ne se comportent pas normalement et que le film suive donc un rythme assez hystérique. Mais tout cela manque d’aération, comme si le film n’était qu’un gros bloc de frousse, mettant le spectateur constamment sur la défensive. Et à force de faire peur toutes les dix secondes, nous finissons par ne plus ressentir grand-chose…

 

insidious22

 

Ce deuxième chapitre est donc assez fatigant, ce qui n’est pas son plus gros défaut. Non, le pire, c’est définitivement la stupidité de certaines idées. La première partie s’en sort plutôt correctement, singeant le premier film et s’autorisant même une séquence d’ouverture très bien foutue qui nous montre un Josh enfant aux proies avec sa mariée, le tout avec une Elise jeune (la jolie et convaincante Jocelin Donahue). Mais une fois qu’on fout le pied dans le Lointain, c’est terminé, c’est la foire aux conneries. Il y en a une plus grosse que les autres, un passage à se frapper le front sur les meubles. Car oui, Whannell a osé placer un voyage spatio-temporel dans Insidious 2, histoire de le relier encore un peu plus au premier film, ce qui n’était nullement nécessaire, surtout si c’est pour choisir l’une des scènes les moins mémorables du premier film (la scène de l’alarme, qui s’en souvient ?). Et histoire de continuer sur sa lancée, il ramène le moins flippant des morts du premier film, le gars aux cheveux longs avec le manteau en cuir qui faisait du catch avec Patrick Wilson, en le rendant tout de même un peu plus flippant. Par chance, le démon au visage rouge échappé de Star Wars ne revient pas, on échappe déjà à ça… Mais le ridicule, il est achevé avec le retour d’Elise, qui débarque dans le monde des morts comme une Wonder Woman pour débiter ses phrases toutes faites et clichées avec le jeu d’acteur de Robocop. N’oublions pas les deux ghostbusters, particulièrement omniprésents et bien plus agaçants que dans le premier film. Ici, c’est Abbott et Costello chez les fantômes et ça commence à faire trop. Quand on pense que le troisième risque fort de les propulser personnages principaux…

 

insidious21

 

Pas bien malins non plus les emprunts à Psychose et Shinning, très voyants et qui n’aident pas vraiment le script. On se demande d’ailleurs comment Wan a pu laisser passer ça. On sait que son amitié avec son comparse scénariste est très forte mais de là à accepter tout et n’importe quoi… Heureusement, le réalisateur n’a pas perdu son sens de la belle image et semble même se faire plaisir via des éclairages à la Mario Bava. La vitre rouge placée dans les escaliers de la demeure permet de placer une ambiance angoissante très vite et est un ravissement pour les yeux. Et puis, il n’a pas son pareil pour créer des fantômes flippants, la mariée noire comme la dame en blanc gardant quelques scènes aptes à faire sursauter sous le coude. De ce coté là, Wan n’a rien perdu de son art, utilisant autant les jump scares à grand coup de musique qui claquent comme un portail que les montées progressives de la peur. Certaines séquences sont même particulièrement mémorables, comme tous les flashbacks concernant les fantômes, bien malsains. Tout n’est donc pas à jeter dans Insidious 2 qui, malgré sa stupidité, reste d’une incroyable efficacité. Objectivement, c’est probablement le moins bon James Wan, mais si je peux me permettre un petit avis subjectif, je le préfère tout de même à Saw. Cette suite donne l’impression qu’une fois qu’on aura fait le deuil d’un spectacle intelligent, on pourra apprécier le film comme une gentille crétinerie qui fait son office. Et puis, en suivant de quelques semaines l’excellent The Conjuring du même Wan, Insidious 2 partait de toute façon avec un handicap. On aurait peut-être été plus tendre si le film était sorti en 2015 et que le genre « fantôme/possessions » nous manquait un peu plus. Mais là, nous sommes encore repus… Peut-être pour Insidious 3 ? Possible, mais il est autorisé de se méfier, Whannell étant toujours au scénario, qui cette fois n’aura pas James Wan pour rattraper le coup… Insidious 3 nous fait donc très peur avant même d’être sorti !

Rigs Mordo

 

insidious2poster

 

  • Réalisation: James Wan
  • Scénario: Leigh Whannel
  • Production: Jason Blum
  • Pays: USA
  • Acteurs: Patrick Wilson, Rose Byrne, Lin Shaye
  • Année: 2013

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>