RIP Ryan Nicholson

Category: News Comments: No comments

Atteint d’un cancer du cerveau, Ryan Nicholson s’en est malheureusement allé ce 8 octobre à l’âge de 47 ans. Personnalité bien connue de l’underground horrifique et gore, il était chez nous principalement célébré pour son excellent Gutterballs (2008), slasher fauché se déroulant dans un bowling, jadis édité par Neo Publishing. Le gaillard n’était cependant pas l’homme d’un seul film, et il trimballa d’ailleurs ses chaussons en tant que maquilleur ou faiseur d’effets spéciaux sur un grand nombre de pelloches ou séries tout ce qu’il y a de plus mainstream : X-Files, Lake Placid, Stargate, Replicant, Millenium, Destination Finale, Scary Movie 1 et 3, Dreamcatcher, Blade : Trinity, Deadpool 2 ou encore le récent The Predator. Un palmarès principalement constitué d’oeuvres typées fantastique, et où l’on croisait bon nombre de Séries B ou Z également (le remake de Blood Feast venu d’Allemagne, le Seed 2 d’Uwe Boll, Deep Evil avec Lorenzo Lamas…), et probablement un gagne-pain agréable (quelquefois partagé avec son épouse Megan Nicholson, également maquilleuse)  pour un Nicholson dont les aspirations semblaient ailleurs. Dans Plotdigger Films, sa société de production rien qu’à lui, qui lui permit de mettre sur pieds ses propres films, bien souvent articulés autour des mêmes sous-genres. Comprendre que le slasher et le rape and revenge formeront l’épine dorsale de son art, et que tous ses essais tourneront autour du gore extrême ne laissant rien à l’imagination et de scènes de sexe flirtant fréquemment avec le porno. On notait d’ailleurs dans ses productions une forte tendance à s’attarder sur les minous de ses actrices, ce que finalement peu de metteurs en scène, même orientés Z, osaient faire… Torched (une demoiselle est violée puis assassine ses cinq agresseurs), Hanger (une prostituée est avortée de force puis se venge), Star Vehicle (un chauffeur amoureux du septième art grille un fusible et se lance dans un carnage), Live Feed (tortures en Chine, à la Hostel pour faire simple), Famine (slasher dans lequel des élèves ont fait une blague mortelle à leur prof et vont le payer ensuite), Dead Nude Girls (un voyeur se met à tuer des cocottes) ou encore Collar (une sorte de clodo viole et tue des putes) forment donc un tout très cohérent, ce qui peut faire dire aux détracteurs de Nicholson qu’il nous fournissait toujours la même came, faite de viscères en plastoc aspergées de ketchup et de foufounes malmenées. Rajoutez qu’il avait d’après certains la réputation d’être difficile et de ne pas être contre quelques menues arnaques (les crowdfunding qu’il lançait étaient selon certains douteux) et vous avez en Nicholson une personnalité plutôt sulfureuse. Ici on se fout un peu de toutes ces micro-polémiques, et on regrettera surtout que son Gutterballs 2, qui avait fait la tournée des festivals spécialisés dans le genre, n’aura probablement jamais une sortie en bonne et due forme maintenant que son concepteur n’est plus… Et puis, en tournant un segment de Necrophagia: Nightmare Scenarios, vidéo rendant hommage à ce grand groupe du death metal qu’est Necrophagia, le Ryan a gagné notre éternelle sympathie.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>