Black Lagoon numéro 3 : c’est dispo !

Category: FanzinesNews Comments: No comments

Un peu plus d’un an après le deuxième numéro que nous avions consacré à Jim Wynorski, mon ami Jérôme et moi-même reprenons la route du fanzinat avec, c’est la logique qui le veut, un numéro 3. Si nous étions jusque-là des habitués du printemps, nous avons décidé de faire pousser Black Lagoon Fanzine en même temps que les potirons et les citrouilles ricaneuses, parce que le sommaire l’explique (vous le verrez), mais aussi parce que cela nous convient bien de sortir de nos tombes pour la période joliment colorée d’Halloween. Le fanzine a pris quelques couleurs lui aussi d’ailleurs, puisque nous quittons le noir et blanc pour les fichiers en CMJN (qui a déjà fait face à un imprimeur comprendra) sans que le prix s’en fasse ressentir : nous restons à 10 euros (15 avec les frais de port), pour 102 pages au format A4, comme de juste remplies de bêtes crochues et de maniaques adeptes du hachoir.

 

Niveau sommaire, nous retournons barboter dans les eaux sanglantes de l’épouvante aquatique, sans oublier de rendre hommage à une petite légende du fantastique et à un label qui monte doucement mais sûrement :

Idrofobia : l’un des deux gros morceaux du numéro, un passage en revue des différents sous-Jaws que l’Italie balança dans nos assiettes à la belle époque des VHS. Cruels Jaws, Deep Blood, La Mort Au Large seront bien sûr de la partie, mais nous ne nous sommes pas limités aux seuls requins et les Tentacules et autres Killer Crocodile se rappelleront également à votre bon souvenir. Un gros dossier de 22 pages, dont le but est surtout de revenir sur les naissances souvent agitées de ces Séries B transalpines.

Piranha 2, les tueurs volants : puisque nous étions déjà trempés, autant aller inspecter les contours de la genèse, là encore particulièrement compliquée, du film d’un certain James Cameron. Ses relations plus que tendues avec Ovidio G. Assonitis, la légende selon laquelle Cameron se glissa dans la salle de montage pour retoucher au film dans le dos du producteur, ce qu’il en est véritablement des suites annoncées alors… Vous saurez tout.

Don Glut : l’autre gros morceau du fanzine, puisqu’un peu moins de 40 pages (réparties entre deux dossiers et une interview) sont consacrées à ce pionnier du cinéma horrifique. Le premier dossier se consacre à ses jeunes années, alors qu’il tournait dans sa cave ou son jardin ses remakes personnels du mythe Frankenstein ou des combats entre vampires et loup-garous, quand il ne partait pas dans les jungles préhistoriques pour y rencontrer des dinosaures en terre glaise… ou créés à l’aide d’une chaussette. Le deuxième dossier prend place dans les années 90 et 2000, alors que Don Glut, sans lâcher ses vieilles momies, avait glissé dans un cinéma érotique et généreux en poitrines dévêtues. Enfin, l’interview permettra de faire le point sur ses goûts, intentions et son avenir proche.

The Barn et Scream Team Releasing : puisque le numéro sort en octobre, autant fêter Halloween à notre façon. Et pourquoi ne pas consacrer quelques pages à The Barn, magnifique slasher surnaturel tourné avec les moyens du bord et en gardant les années 80 en tête ? Et tant qu’on y est, pourquoi ne pas jeter un œil au reste du catalogue de Scream Team Releasing, petite boîte fondée par Justin Seaman (réalisateur de The Barn) et balançant aux horror addicts quelques jolies Séries B, voire Z, bourrées de maniaques traquant les jeunes étudiantes, de zombies qui s’en prennent à des adeptes de la weed et de clowns assassins.

Les Tripodes : série culte des seventies, adaptées de romans bien connus des amateurs de science-fiction, le programme télévisé The Tripods connut aussi une production faites de hauts et de bas, l’audimat n’étant pas systématiquement au rendez-vous. On fera le point au détour de trois pages.

Special Silencers : parce qu’il n’y a pas que les USA et notre vieille Europe, on s’en va en Asie pour y croiser un film sacrément dingue. Mélange d’arts-martiaux et d’horreur gorasse, avec à la clé des racines sortant des bides de malheureux qui ne lisent pas la notice avant de prendre un médoc, Special Silencers mérite bien son petit séjour à l’asile. Et c’est pour ça qu’il nous plaît.

Et comme toujours, vous retrouverez les rubriques habituelles (sauf Craignos Sentaï, parce qu’on avait pas envie cette fois-ci) : quelques petites news pour prendre la température de l’underground francophone et des zines sortis entre deux numéros, quelques chroniques de CD de metal (que vaut le dernier Morbid Angel ? Le docu sur le groupe Death est-il bon ? Le nouveau Cardiac Arrest fait-il battre nos petits coeurs?), un petit retour sur un bouquin américain dédié à la saga Phantasm et bien entendu la rubrique DVD/BR, agrémentée pour le coup de quelques articles un peu plus étirés, comme un hommage à Bach Films via trois de leurs antiques monsters movies.

 

Pour commander le numéro, avec lequel est offert un poster recto/verso, nous vous invitons à passer par Paypal:

– Envoyez la somme à l’adresse suivante : jerome.ballay@orange.fr
– 15€
– Sélectionner « ENVOI D’ARGENT A UN PROCHE »
– Ne surtout pas oublier d’ajouter en message vos NOM, PRENOM et ADRESSE COMPLETE !
– Validez.

A noter qu’il nous reste une toute petite poignée du numéro 2 (moins d’une dizaine) contactez-nous par mail ou mp si vous voulez une commande couplée 2 + 3, ou si vous voulez juste le numéro 2. De même, si vous désirez payer par chèque, c’est bien évidemment possible, nous vous invitons à nous contacter par mail (adresse en fin de publication) afin que nous vous transmettions notre adresse.

N’hésitez pas pour toute question à utiliser les commentaires ou à nous envoyer un message privé ou un mail : fanzineblacklagoon@gmail.com

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>