L’Île Inconnue

Category: Films Comments: 2 comments

Il y a une vie avant Jurassic Park, en vérité je vous le dis, et elle s’appelle L’Île Inconnue (1948), petite Série B d’un autre âge connue pour être le tout premier film a avoir habillé un pauvre figurant d’un costume de dinosaure. Et tout cela bien avant qu’un certain Godzi vienne transformer Tokyo en un gigantesque ring pour titans cracheurs de feu…

 

 

De la pègre à la faune préhistorique, il n’y eut qu’un pas pour Jack Bernhard, réalisateur d’une douzaine de pelloches fortes en malfrats, assassins de l’ombre et autres criminels en cavale, mais dont le film amené à traverser les âges sera L’Île Inconnue, randonnée colorisée au pays des lézards géants. Rien de bien neuf à cela, à dire vrai : il est bien connu que si un metteur en scène fort de quinze ou vingt bandes tout ce qu’il y a de plus respectables sera commémoré près d’un siècle plus tard, ce sera pour ses descentes dans le donjon du fantastique. Pas de raison que Bernhard y échappe, d’autant que son Unknown Island tomba sans tarder dans le domaine public, lui permettant de se retrouver aux states sur les catalogues des éditeurs sans que ceux-ci doivent débourser le moindre cent. Ca aide forcément à répandre la bonne parole. Et ça a probablement pesé dans la balance lorsque l’éditeur bien de chez nous Artus Films, alors à ses débuts, décida de graver sur galette cette petite ballade sur des terres où l’on jurerait avoir croisé un gros gorille qui les préfère blondes. Yep, Bernhard va raser les boules du roi Kong pour créer sa moquette Unknown Island, pelloche tout ce qu’il y a de plus typique question mondes perdus. Comprendre que quelques aventuriers et matelots vont se retrouver pris au piège sur un îlot non-référencé sur Google Map, et qu’ils n’y croiseront pas que des hirondelles chantantes et de zentils ratons laveurs.

 

 

Ca tombe bien, ce n’est pas ce que vient photographier Ted Osborne (Phillip Reed), plus intéressé par les iguanes vieux de plusieurs millions d’années, sur lesquels il compte pour se faire un paquet de flouze. Pas contraire, sa riche fiancée Carole (Virginia Grey) accepte de financer son expédition, histoire que Monsieur se trouve son petit scoop et embrasse gloire et fortune. Malgré les réserves du marin John Fairbanks (Richard Denning de Creature from the Black Lagoon et The Black Scorpion), déjà passé par cet enfer vert qui faillit avoir sa peau, le couple, le rustre capitaine Tarnoswki (Barton MacLane) et ses hommes finissent par fouler du pied ce continent innomé. Vous connaissez la suite : un gigantesque macaque vient jouer les voyeurs et se bastonner avec les reptiles taille XXL, les Singapouriens servant de main d’oeuvre goûtent à la rébellion, des tensions surviennent entre tout ce beau monde et il va bien falloir se retrousser les manches pour se construire une embarcation et retrouver le monde civilisé. Le sous-genre dans toute sa splendeur, et c’est visiblement de justesse que l’on échappe à l’éruption volcanique, sans doute pour des raisons budgétaires. D’ailleurs, si l’on peut faire un reproche à Unknown Island, c’est bien de se terminer comme il a commencé : dans la mollesse. Pas bien grave dans le cas du départ, soit quinze minutes de discussions dans un bar malfamé ; après tout il faut bien se chauffer un peu. Plus dommageable lorsque l’on voit la ligne d’arrivée approcher et que l’on doit se contenter pour tout climax de quelques baffes entre une carpette sur pattes censée être un singe colossal, et un sac de couchage denté qui tente de se faire passer pour un Ceratosaurus (le cousin pas malin du T-Rex, visiblement). Heureusement qu’ils sont là d’ailleurs, ces effets surannés, coincés quelque-part entre la figurine à peine mobile et l’amas de poils de chien. Non pas que le reste soit désagréable, les personnages sont au contraire plaisants à suivre et bien campés par un casting de qualité, mais soyons honnêtes : il n’y a rien qui ressemble plus à un lost world movie qu’un autre lost world movie. Le plaisir pris devant L’Île Inconnue dépend donc de si vous êtes un bourlingueur déjà passé par d’autres plages où bronzent les dinos ou si c’est à l’inverse l’une de vos premières tentatives dans le genre. Selon les cas, c’est quelques points en plus ou en moins sur la note. Reste que pour s’y mettre, celui-ci est à privilégier plutôt qu’un autre.

Rigs Mordo

 

 

  • Réalisation : Jack Bernhard
  • Scénarisation : Jack Harvey
  • Production : Albert J. Cohen
  • Titre Original : Unknown Island
  • Pays : USA
  • Acteurs : Virginia Grey, Richard Denning, Barton MacLane, Phillip Reed
  • Année : 1948

2 comments to L’Île Inconnue

  • Stephane ERBISTI  says:

    je l’ai en VHS celui-ci, acheté à l’époque pour une dizaine de francs je pense !

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>