Tarantulas : Le Cargo de la Mort

Category: Films Comments: No comments

Lorsque l’on plonge les mimines dans la marmite du cinoche fantastique ou d’épouvante, il ne faut généralement pas attendre bien longtemps avant de se faire becter un doigt par une araignée de la taille d’une noix de coco. Peut-être plus fonceur que ses camarades de toile, Tarantulas : le cargo de la mort (1977) n’attendit pas qu’un aventurier de la pellicule le loue ou en chope le DVD trente ans après sa sortie, puisqu’il s’immisça dans les foyers via la petite lucarne, téléfilm oblige. Mais est-ce que ça le rend meilleur que le reste des troupes ?

 

 

Si Tarantulas, the deadly cargo se fait un devoir d’aligner les noms prestigieux à son générique, compilant les blases de Claude Akins (Rio Bravo), Charles Frank (L’étoffe des héros), Deborah Winters (Blue Sunshine), Bert Remsen (Dallas) ou Pat Hingle (Pendez-les haut et court), c’est un peu en vain concernant le fantasticophile, qui n’aura d’yeux que pour le moustachu le plus cool du monde : Tom Atkins (Fog, La Nuit des Sangsues, Halloween 3 : Le Sang du Sorcier). Parti en Equateur avec un pote dans le but d’y récolter toute une cargaison de grains de café, le bon Tommy repart en vérité pour l’Amérique avec des sacs débordant de tarentules hautement venimeuses. Pilote d’un coucou en mauvaise état et mordu par l’un de ces foutus acariens poilus, et donc tué sur le coup ou presque, Atkins fait s’écraser son engin non loin d’une plantation d’oranges, dans une petite ville bientôt envahie par les araignées. Petit objet de nostalgie pour une poignée d’amoureux des petites bébêtes tombée sur ce TV Movie en zappant, Tarantulas n’est aussi rien de plus. Difficile en effet de s’extasier en 2019 pour ce boulot certes bien fait et professionnel en tous points – Stuart Hagmann, réalisateur de Des Fraises et du Sang sept ans plus tôt, sait y faire – mais dont la mollesse effraie plus que sa horde de bébêtes. Ce n’est pourtant pas faute d’être méchant, Hagmann n’hésitant pas à sacrifier un marmot pour donner à son bodycount des contours plus cruels. Et en ayant recours à de véritables araignées plutôt qu’à des répliques inertes – même si les vraies ne bougent pas beaucoup non plus – ce Cargo de la Mort a le mérite de sonner vrai. Mais comme s’il avait été décidé qu’il ne fallait surtout pas réveiller les grands-pères à moitié comateux des maisons de retraite lors d’une potentielle rediffusion, Tarantulas se contente d’un rythme pépère qui ne laisse place à aucune excitation.

 

 

Et puis, comme toujours, cette attaque animalière calque son scénar’ sur celui de Jaws, éternel modèle du genre. Et nous revoilà donc coincés entre ces discussions sans fin entre les pompiers et héros très au courant du danger, et ces autorités ou maires peu désireux de donner une mauvaise image de leur havre de paix, néanmoins piétiné par une menace prête à faire les beaux jours des pompes funèbres. En somme, que l’on croise les dents de la mer ou les mandibules des orangeraies, c’est du pareil au même, si ce n’est que la baignade selon Spielberg ne manque pour sa part jamais de Juvamine. Tarantulas, sans être pleinement soporifique, traîne bien trop des huit pattes pour maintenir l’intérêt, et même le climax, lors duquel les plus braves se trouvent enfermés avec les arachnides dans une usine, ne parvient jamais à être autre-chose qu’une partie de cache-cache ankylosée. Alors à moins que la vue d’une vile tarentule vous fasse hurler comme une pucelle à son premier concert de Justin Bieber – et en la matière mieux vaut se rouler dans les toiles d’Arachnophobia, L’Horrible Invasion ou même se repasser les Z rigolos que sont les deux Creepies The Deadly Cargo n’a pas plus d’intérêt que de s’acheter une doudoune avant d’aller visiter Louxor.

Rigs Mordo

 

 

  • Réalisation: Stuart Hagmann
  • Scénarisation: John Groves, Guerdon Trueblood
  • Production: Paul Freeman
  • Pays: USA
  • Acteurs: Claude Akins, Charles Frank, Pat Hingle, Tom Atkins
  • Année: 1977

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>