RIP Joe Pilato

Category: News Comments: No comments

Bon ben voilà… On se plaignait il y a quelques heures à peine que la Faucheuse se refusait à prendre des vacances, ou au moins à quitter le champ du cinoche horrifique, et la voilà qui se remet au travail et nous prend Joe Pilato, décédé dans son sommeil à l’âge de 70 ans. Un grand acteur qui n’aura sans doute pas eu la carrière méritée, et dont le chemin est particulièrement lié à celui de Romero. On ne vous apprend d’ailleurs rien : Pilato, c’est surtout Le Jour des Morts-Vivants, dans lequel il jouait le détestable – et donc fascinant – Capitaine Rhodes, militaire changé en dernière bobine en mémorable festin pour zombies. Chez Romero, le Joe fit aussi partie de l’aventure Zombie et passa sur le set de Knightriders, retrouvant ensuite la franchise des revenants pour le non-officiel Night of the Living Dead: Origins 3D en 2015, où il ne fera que donner de la voix. Si c’est principalement sur le souvenir de Day of The Dead qui vivait Pilato, dont le gros des activités était désormais de participer aux conventions et signer du DVD ou des photos à tour de bras, le bonhomme fut tout de même de la partie sur plusieurs autres films dans nos genres. Citons en vrac Effects (1980) dans lequel l’équipe d’un tournage de film d’horreur se demande s’ils ne sont pas en train de tourner un snuff sans s’en rendre compte, le film d’action Terminal Force (1989) par Fred Olen Ray, avec lequel il shoote l’année suivante Alienator (1990), le bien taré Empire of the Dark (1990) avec son culte satanique et ses ninjas, le sous-Robocop au féminin de Robert Kurtzman The Demolitionist (1995), le thriller sexy Fatal Passion (1995), le culte Wishmaster (1997), Bloodbath (1999) et ses scream queens qui disparaissent, le DTV The Ghouls (2003), Someone’s Knocking at the Door (2009) et son taré tuant des jeunes drogués en les forçant à des parties de jambes en l’air brutales, Parasites (2016) et ses vilains clochards, The Chair (2018) qui se déroule dans le couloir de la mort, la comédie horrifique Shhhh (2018) et ses bruyants spectateurs d’un cinéma liquidés les uns après les autres, et enfin Attack in LA (2018). Une belle petite carrière principalement menée dans la Série B donc, avec à la fin des années 90 des participations vocales à des shows pour les plus petits, Pilato prêtant ses cordes vocales à l’un des dinosaures de Digimon et au grand méchant de Beetleborgs.

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>