RIP Jorge Grau

Category: News Comments: No comments

Les fêtes de fin d’années seront désormais moins festives, Jorge Grau étant décédé ce 26 décembre 2018. Une perte pour le cinéma fantastique espagnol, car même si le réalisateur fut des plus discrets, ses deux incursions dans les genres qui nous préoccupent furent à chaque fois de sacrées gifles. Tout d’abord avec La Mariée Sanglante (1973), étrange bisserie dans laquelle une jeune mariée rêve chaque nuit qu’elle assassine son époux, dont les avances nocturnes sont une source d’effroi pour elle. De plus, ses songes n’en finissent plus de lui faire rencontrer une étrange femme, que son mari retrouve un jour morte, enterrée dans le sable… Un petit chef-d’oeuvre du gothique, de ceux qui vous passent la bague au doigt et vous transportent littéralement dans un autre univers, fait de vampirettes sensuelles en diable et de décors à tomber de sa chaise à bascule… Un an plus tard, Grau récidive dans l’horreur avec le culte Le Massacre des Morts-Vivants, nouvelle preuve de son excellente forme en la question. Cette fois, c’est dans une violence plus crue que chute le bonhomme, qui envoie le blond Ray Lovelock (Murder Rock, La Dernière Maison sur la Plage) dans les pattes de zombies anglais, réveillés à cause d’une machine agricoles envoyant des ultrasons dans le sol pour y liquider les insectes. Un petit message écolo en avance sur son temps, et un living dead movie participant à faire entrer le genre dans une ère plus moderne et sanglante, puisque bien avant que Romero commette un carnage particulièrement gore dans un centre commercial, Jorge faisait déjà arracher les seins d’une infirmière par l’un de ses cadavres ambulants. Deux essais dans le style, deux réussites absolues, toutes deux disponibles chez Artus Films, et de quoi faire regretter que Jorge Grau ne soit pas descendu plus souvent dans la cave du cinoche visqueux…

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>