Scream n°14

Category: Fanzines Comments: 2 comments

screamtea

Quand s’arrêtera donc Eric Denis, l’heureux Stakhanov du fandom frenchie ? On espère jamais, tant les parutions régulières de Scream, son bébé, réjouissent toujours les cœurs des bisseux que nous sommes. Jugez-en plutôt : en décembre dernier, le mec réchauffait nos corps roides par un numéro largement sacrifié à la superbe Ingrid Pitt. Qui dit mieux pour passer l’hiver au chaud ? Personne. Et voici qu’en ces jours plus cléments, le bonhomme s’en allait explorer les carrières romaines et les décors pauvrets du Mad Max spaghetti. J’en vois déjà qui sourcillent, circonspects et méfiants : OK, la chose fut déjà débroussaillée à l’envi, et les fleurons du rayon – peut-être le dernier des « filoni » d’ailleurs, si l’on excepte l’érotiquerie post Adrian Lyne – ne sentent pas vraiment la rose comparés aux petits classiques du giallo, du polar, du gore ou même de la SF. Un genre bâtard quoi, qui renouvelait maladroitement les motifs de l’antique western spagh’, comme l’heroic fantasy loqueteuse empruntait le sillon du glorieux péplum ; un genre mal vu par « l’élite » en un mot, mais sacrément apprécié par le commun dont nous sommes… dont je suis en tout cas.

 

 

 

Fauché comme un champ de blé après moisson, fagoté comme l’as de pic le plus souvent, et dynamique comme une limace sous Tranxène, le post-apo italien a mauvaise réput’, genre éphémère de surcroît (première moitié des eighties et puis s’en va), rangé fissa dans la catégorie facile du « nanar »: ceux qui bouffent sans vergogne aux râteliers de Mad Max 2 et de New York 1997. Allez, pour se donner bonne conscience et se montrer magnanime, on prit l’habitude d’excepter le 2019 Après la Chute de New York de Sergio Martino ; mais bon, les comptes n’y sont pas, définitivement… Tout l’inverse de la démarche d’Emilie et Eric Denis dans leur beau dossier : sans ignorer lacunes en talent et carences en fifrelins, le duo a la good attitude si l’on peut dire, bienveillante et recontextualisante. Le plaisir est donc parfait d’égrener les titres et de feuilleter les folles affiches de la catégorie, du Chevalier du Monde Perdu en 1983 à Urban Warriors en 1987, en passant par tous les petits cultes du rayon style Les Rats de Manhattan bien sûr, 2019… donc, Rush, Les Nouveaux Barbares ou Le Gladiateur du Futur. A chaque fois, Eric et sa comparse y vont de leur synopsis et de leur appréciation, en fuguant parfois vers la carrière de tel ou tel réal, de tel ou tel acteur : ça remet les souvenirs d’aplomb, et l’on mesure alors combien le post-apo est pleinement inscrit dans le continuum du cinéma populaire italien, queue de comète pâlotte certes, mais queue de comète quand même.

 

Scream 14

 

N’empêche qu’à l’époque, les affiches de 2019… ou des Nouveaux Barbares faisaient fantasmer les ados que nous étions, placardées aux vitrines des cinoches de nos quartiers. Rien que pour ça… De là ce bon réflexe d’illustrer à mort ledit dossier (tout couleurs comme toujours), voyage iconographique vers des années lointaines désormais, et pourtant si proches dans nos calebasses… En sus, et presque naturellement après un tel papier, Eric poursuit son incursion dans le monde de la SF italienne (quatrième partie d’un très long dossier donc), via cette fois quelques titres marqués 70’s (dont l’ineffable War of the Planets de l’ineffable Alfonso Brescia). Bref, Scream épisode 14 s’impose comme un vrai petit moment de plaisir (64 pages pour 7 euros seulement), comme à son habitude finalement : la routine et les traditions ont souvent du bon quand on cause fanzines. Vivement octobre quoi qu’il en soit, puisque Eric nous causera cette fois de… mais chut, no spoil !

David Didelot

(Contact : eric_denis@)sfr.fr / https://cinema-scream.fr / Eric Denis, 39 Allée Balzac, 93320 LES-PAVILLONS-SOUS-BOIS)

2 comments to Scream n°14

  • denis  says:

    merci david

  • David Didelot  says:

    De rien Éric, merci à toi surtout !

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>