La Nuit d’Halloween

Category: Films Comments: 4 comments

fear2teaser

Et la saison d’Halloween de s’ouvrir avec The Fear – Halloween Night, également connu sous le nom The Fear – Resurrection ou La Nuit d’Halloween dans l’hexagone. A vrai dire, vous pouvez encore appeler le bidule comme vous voulez et lui coller une étiquette de grand cru, son goût restera toujours celui du jus de pamplemousse à moitié périmé…

 

 

 

Nous nous étions quittés sur le piètre The Fear, médiocre tentative visant à mélanger psychologie et film d’horreur, foutue par terre par une pléthore de tares. Certes, le tout était un peu creepy et le personnage de Morty, un mannequin en bois que vous ne risquez pas de trouver avec la cravate au cou chez H&M, faisait un boogeyman plutôt mémorable. Mais c’est oublier un peu vite que le rythme était inexistant, les personnages agaçants, les comédiens globalement mauvais, la réalisation dévitalisée et le script totalement perdu dans des intrigues aussi parallèles qu’inutiles. Bref, on avait beau nous vendre cette côtelette avariée comme de la viande de premier choix sortie de l’abattoir de Wes Craven (qui cachetonnait gentiment en tant qu’acteur), rien n’y faisait : les mouches tournaient un peu trop autour du plat pour qu’il soit tout à fait honnête. Du coup, on ne peut pas dire que l’on sprintait comme des maboules en direction de La Nuit d’Halloween, suite sortie quatre années plus tard (étonnant d’avoir pris tant de temps, par ailleurs) et loin d’être nécessaire. D’une part car le premier volet était un affreux ratage, d’une autre parce qu’il n’appelait pas franchement à une suite, le personnage de Morty n’étant pas de ceux que l’on verrait à la tête d’une franchise longue comme le bras, façon Les Griffes de la Nuit. On va le voir, mais c’est d’ailleurs sur les traces de pas brûlantes du père Krueger que tente de marcher le réalisateur Chris Angel, plus tard à la barre des Wishmaster 3 et 4

 

fear21

 

Alors qu’ils se rendent à une fête d’Halloween, le jeune Michael et sa reum découvrent une voiture abandonnée sur le coin de la route. Courageuse, la brave maman sort et découvre qu’un assassin fait le compte de quelques automobilistes dans les bois. Et pas n’importe-qui puisque le malotru n’est autre que son époux, et donc le père de son fiston ! Pas content d’être dérangé en plein boulot, le voilà qui zigouille sa moitié devant le regard apeuré du pauvre Mike, traumatisé jusqu’à la fin de ses jours. En tout cas, 20 piges plus tard, ça ne va pas mieux, au point que notre jeune homme décide d’exorciser la peur qu’il éprouve pour son paternel, qui se suicida peu après ses méfaits, en réunissant quelques amis dans la ferme de ses grands-parents (dont Betsy Palmer, daronne de Jason et tueuse dans le premier Vendredi 13) pour combattre leurs phobies lors de la nuit d’Halloween. Pour les aider, l’un de ses vieux copains indiens a justement créé un totem censé faciliter la thérapie : Morty. Sauf que l’âme maléfique du père de Michael rôde toujours et s’infiltre dans la tête de bois, dès lors disposée à liquider son fiston et tous ses copains… Vous l’aurez compris, si ce n’est le démon boisé, il y a autant de liens entre The Fear et cette séquelle qu’entre I Drink Your Blood et L’Auberge Espagnole, et c’est plutôt à un dérivé qu’à une suite en bonne et due forme que nous avons affaire. D’ailleurs, le mood général n’est pas tout à fait le même non plus, et de la Série B se la jouant pesante comme des tagliatelles à l’enclume, nous passons au DTV plus simplet surtout désireux d’enchainer les meurtres dans sa deuxième partie. Il faut croire que Chris Angel a pris bonne note des reproches faits à The Fear premier du nom, puisqu’il se débrouille en effet pour insuffler un peu plus de tempo à l’ensemble, chose il est vrai facilitée par un script plus basique et permettant dès lors de se concentrer sur la violence. L’ennui, c’est que dans la crypte toxique, on est des éternels insatisfaits…

 

fear22

 

Eh ouais, on n’avait pas aimé The Fear, c’est net, mais on n’aime pas vraiment plus La Nuit d’Halloween ! C’est sûr, ça tombe plutôt bien que l’Angel se soit décidé à balancer quelques tueries proches du slasher dans l’état d’esprit (Morty tuant les zigotos en se servant de leurs peurs, défenestrant un mec qui a peur du vide ou obligeant un éternel indécis à choisir entre couper son bras ou mourir brulé, dans une scène très Saw-like), mais il est aussi fort dommageable qu’il se soit privé de la seule réelle qualité de l’univers qu’il est censé allonger : son atmosphère, ici sacrifiée au dieu de l’efficacité. C’est bien gentil mais du coup, Halloween Night ressemble au tout-venant du B Movie de la fin des années 90, avec la même photo (très pro, cela dit) que les autres, la même réalisation que les voisins et le même scénar’ que les cousins. D’ailleurs, Morty lui-même devient un boogeyman comme il en existe des camions entiers, et du muet et flippant bonhomme dont les buts sont plutôt brumeux, on passe à un Freddy sans inspiration, s’offrant quelques petites vannes de temps à autres pour saupoudrer ses poussées de brutalité. Dommage, tout comme le fait qu’il soit visuellement plus banal. Car visiblement passé par la salle de sport, notre vieux tronc a gagné du muscle le changeant en un colosse comme on en a vu des centaines. Pour ne rien arranger, le costume est globalement moins satisfaisant que celui de The Fear, et ce malgré la présence de John Carl Buechler (les effets des Hatchet, du quatrième Freddy, de La Fiancée de Re-Animator, Halloween 4…) en charpentier…

 

fear23

 

Bref, ce que la saga gagne en aspect divertissant (on ne se fait pas chier et il y a des idées bien connes, comme Morty se transformant en arbre pour exploser la voitures de ses proies), elle le perd en âme et devient un banal produit de vidéoclub, comme on en a tous loués des cartons pleins. D’ailleurs, et attention on va passer en mode nostalgique, La Nuit d’Halloween passa par le magnéto du jeune Rigs Mordo à l’époque puisque je l’avais loué… sans trouver le tout plus bandant que cela, déjà à l’époque ! Alors ce n’est pas aujourd’hui que des comédiens un peu tête à claques (mais moins que ceux du premier chapitre, tout de même, et seule la vieille Palmer semble être à sa place) et un déroulement des opérations archi-rabattu vont m’humidifier le caleçon… A plus forte raison quand la fainéantise d’Angel lui fait oublier un personnage, qui périt dans une explosion de bagnole sans que le spectateur ou les autres protagonistes le remarquent ! En somme, on a là un plat réchauffé que nous aurons tôt fait d’oublier, et ce même si le fait de voir des grands dadais se costumer pour fêter le 31 octobre fait toujours plaisir. Pour le reste, si ce n’est la découverte d’une donzelle découpée en morceaux dans une boîte, il n’y a rien à voir dans l’huis de Morty, que l’on espérait odorant comme une vieille souche mais qui se trouve un banal meuble Ikea. Next !

Rigs Mordo

 

fear2poster

 

  • Réalisation: Chris Angel
  • Scénario: Kevin Richards
  • Production: Clint Lien, Mary Beth Jenner
  • Titre: The Frear – Resurrection, The Fear – Halloween Night
  • Pays: USA
  • Acteurs: Gordon Currie, Stacy Grant, Betsy Palmer, MYC Agnew
  • Année: 1999

 

4 comments to La Nuit d’Halloween

  • Stephane ERBISTI  says:

    Jamais vu celui-ci…

  • Nazku Nazku  says:

    Apres avoir vu le premier hier, je crois que je ne regarderai pas cette suite. Merci d’avoir souffert pour m’éviter de souffrir à mon tour. XD

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>