Les jeux d’enfants reprennent!

Category: News Comments: No comments

cuktchuckyteaser

Pas de repos pour les braves gars: Chucky sera de retour via Cult of Chucky, prévu pour le 3 octobre en DVD, Blu-Ray et VOD (du moins aux USA, mais on peut imaginer que la sortie suivra par chez nous, comme ce fut le cas pour Curse of Chucky). A la base, on n’aurait d’ailleurs pas misé un kopek sur le petit rouquemoute,  l’une des rares icônes des good old days à toujours tenir bon la rampe, pendant que Freddy attend de sortir du cauchemar de l’oubli, que Jason ne sait trop si l’on va le sortir du cercueil pour autre-chose qu’un jeu-vidéo, que Pinhead se languit de s’extraire du Z ou que le vieux Myers creuse des citrouilles avant une nouvelle résurrection. Bref, c’est les petits qui s’en sortent encore le mieux, et la franchise Chucky, tout comme la saga Phantasm, peut compter sur son indécrottable auteur Don Mancini, scénariste de tous les épisodes et réalisateur à partir du cinquième. Soyons d’ailleurs honnêtes: le gaillard a toujours eu besoin du rouquin pour faire bouillir la marmite, car si ce n’est quelques crédits pour les séries Hannibal ou Channel Zero (y compris en tant que producteur), il n’a jamais fait grand-chose d’autre le coco. A l’image d’un Don Coscarelli sachant fort bien qu’il lui était nécessaire de sortir le Tall Man de sa morgue pour voir ses comptes en banque respirer un peu, Mancini ne peut donc pas réellement lâcher sa poule aux oeufs d’or, et ce quand bien même son influence a sérieusement baissé depuis une bonne dizaine d’années. Ce sera donc sans la case cinéma que sortira Cult of Chucky, que Mancini imagina juste après Curse of Chucky, sorti en 2013.

Quatre années plus tard, alors qu’elle a survécu au carnage perpétré par le sale jouet (Brad Dourif joue toujours de la corde vocale pour l’occasion), la paraplégique Nica (Fiona Dourif, fille de Brad, rempile aussi) se retrouve dans un asile pour aliénés, les autorités la pensant responsable des meurtres de toute sa famille. Il n’en est bien évidemment rien, même si des assassinats commis dans l’institut font penser à notre héroïne que Chucky n’est que le fruit de son imagination tordue. Pour ne rien arranger, le coupable débarque sur place pour terroriser tout le monde et continuer à jouer avec les nerfs de la pauvre Nica. Pour venir en aide à la suppliciée déboule Andy Barclay, gamin que tourmenta Chucky dans les opus 1 à 3 (Alex Vincent revient dans la peau du personnage, plus de vingt piges plus tard), bien décidé à en finir une fois pour toutes avec le tueur en plastoc. Pas de bol, lui aussi a appelé des renforts en la personne de Tiffany (Jennifer Tilly is back), sa chère et tendre… C’est une évidence, Mancini prend soin de sa mythologie, qu’il connait mieux que personne puisqu’il l’a créée. Soucieux de l’inscrire dans la droite lignée des précédents films, il rappelle donc tous les personnages ayant à un moment ou l’autre marqué les Jeux d’Enfants, peut-être pour un dernier tour de piste. Il est néanmoins évident que Cult of Chucky s’inscrira dans la droite lignée de Curse en ayant recours à la même ambiance pesante et sombre que celle de son aîné, troquant juste le vieux manoir gothique pour le sol froid d’une clinique. Certes, le petit bonhomme risque de vanner à l’occasion, mais on s’attend à se gausser moins fréquemment que lors du génial Bride of Chucky ou l’amusant Seed of Chucky. Dommage ? Pas forcément tant La Malédiction de Chucky avait fait ses preuves en tant que petite Série B fort capable, même si l’on aurait préféré un retour au second degré du milieu de la franchise. Mais ne jouons pas les difficiles, le retour d’un grand nom du genre est toujours un évènement à ne pas louper, d’autant que le trailer qui suit prouve, par images subliminales, que le p’tit mec sait toujours la jouer gore… On sera donc au rendez-vous!

Leave a reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>