Category News

Blood Freak, le dindon de la farce enfin en DVD!

Category: News Comments: No comments

bloodfreaktea

Comme le mois de novembre signe également l’arrivée de Thanksgiving aux States et que les p’tits gars de Crocofilms se sentent une âme de yankees, les voilà qui nous sortent Blood Freak, monster movie très Z daté 1972 montrant un homme se changer en dindon suite aux expérimentations d’un savant fou. Pourquoi ce relooking franchement zarbi ? Pour envoyer cette monstruosité becter le derche de quelques dealers, pardi! Reconnu comme étant l’une des pires daubes du cinoche d’exploitation, le présent métrage est également devenu culte au possible et fait partie de ces petits délices aptes à vous occuper une soirée dans la joie et la bonne humeur. De quoi donner envie d’y laisser quelques plumes, non ? Comme toujours avec l’éditeur, on paie via paypal, et tous les infos sont dispos dans la petite ban qui suit:

bloodfreak

Read More

Dracula a besoin de vous!

Category: News Comments: No comments

dracuteas

Yep, Dracula a besoin de vous, et pas seulement pour un petit don du sang, mais tout simplement parce que le bonhomme aux canines bien pointues aimerait voir l’ouvrage de Lucas Hesling voué à sa petite personne sortir un jour. Et l’heure est grave, mes chauves-souris, car il ne reste que 4 jours à l’ouvrage pour finir son financement participatif, actuellement à 60% de ses objectifs. Le livre étant peu cher (10€ avec les frais de port offerts) et vous offrant sur un plateau tout ce que vous seriez susceptibles de vouloir savoir sur le Prince of Darkness, aucune raison de vous retenir. Et si vous décidez de sortir un peu plus de monnaie de vos poches, vous pourrez même repartir avec un joli sac, un sticker ou une carte postale, soit tout l’attirail du parfait suceur d’hémoglobine. Envie d’en savoir plus ? Facile, il vous suffit de cliquer sur le lien Ulule de ce projet, qui devrait bien occuper vos longues nuits d’hiver!

Read More

RIP Ray Lovelock

Category: News Comments: No comments

lovelockteaser

La Mort aime tellement le cinéma bis qu’elle n’a de cesse de faucher ses plus belles âmes… Et voici donc venu le triste tour de Ray Lovelock, né en 1950 d’une mère italienne et d’un père anglais, musicien, passionné de football mais aussi et surtout acteur culte du cinéma d’exploitation européen, principalement durant les 60’s, 70’s et 80’s. On l’a principalement vu dans des polars (Rome Violente, La Rançon de la Peur, Uomini si nasce poliziotti si muore), des films de guerre (Le Pont de Cassandre, La Grande Bataille, De L’Enfer à la Victoire), du western (Tire encore si tu peux) et bien évidemment dans l’horreur. Son film le plus évident dans le créneau restera sans doute le génial Massacre des Morts-Vivants, alias Living Dead at the Manchester Morgue, splendide effort espagnol pour mélanger le mythe du zombie moderne à un décorum plutôt à l’ancienne, en faisant la parfaite marche entre L’Invasion des Morts-Vivants de la Hammer et le Zombie selon Romero. Mais n’oublions pas un beau La Dernière Maison sur la Plage (dispo chez Artus, au même titre que Le Massacre des Morts-Vivants), version ensoleillée (et bien meilleure) de La Dernière Maison sur la Gauche de Craven, permettant au blond Lovelock de prêter ses traits de gendre parfait à un personnage de crapule partant tourmenter (et violer entre amis) quelques jeunes filles en bord de mer. Citons également dans la catégorie « tueurs pas nets » le thriller Meurtre par Intérim d’Umberto Lenzi, le slasher branché mode Murder Rock ou encore le giallo Frissons d’Horreur. Une belle carrière, donc, que le Ray allongea jusqu’à 2016 via quelques séries télévisées ou films majoritairement restés sur le sol italien. Espérons en tout cas que le paradis du cinéma de genre lui permettra de plomber à nouveau quelques malfrats et de foutre de beaux coups de pelle à de vieux zombies…

Read More

Vidéotopsie 20, spécial Filmirage: les précos sont ouvertes

Category: News Comments: No comments

filmirageteaser

Joe D’Amato serait-il vraiment décédé ? Son corps est peut-être en train de servir de baba au rhum à quelques milles-pattes et cloportes à l’heure où l’on parle  – bien que depuis 1999 le maître du bis crapoteux made in Italy a eu tout le temps d’être digéré et redigéré (nul blasphème ici, le réalisateur de Blue Holocaust lui-même aurait sans doute apprécié l’idée) – son âme est pour sa part bien vivace et continue de hanter le cinéphile intrépide. Plus tant sur pellicule, évidemment (malgré la sortie d’un documentaire dédié à son art rouge il n’y a pas très longtemps), mais surtout sur le papier. Ainsi, après le livre de Sébastien Gayraud tout entier consacré à sa gloire, toujours disponible chez Artus, c’est David Didelot qui retourne dans sa morgue pour y forger un nouveau numéro de Vidéotopsie. Et pas n’importe lequel puisqu’en plus d’être l’avant-dernier (snif), c’est bel et bien un hors-série spécial Filmirage qu’avaleront vos boites aux lettres cet hiver. Ainsi, c’est la boîte confectionnée par notre barbu préféré (oui oui, avant le père noël et Robert Hue) que l’on trouvera mise en avant au long de ces 188 pages chroniquant chaque putain de film sorti de ces drôles d’usines, ce qui fait tout de même un peu plus de quarante bisseries. D’Anthropophagous aux thrillers étranges comme Favola Crudele, des comédies involontaires comme Troll 2 aux érotiques à peine bandants comme La Stanza delle parole, ils sont tous là. En complément, une sorte de portfolio que ces messieurs ne lâcheront pas puisque compilant les plus jolies actrices de la firme, un retour sur l’histoire de la Filmirage, sa vidéographie française, la « filmira’graphie » complète ainsi qu’un entretien avec Enzo Sciotti, peintre de la chapelle Filmirage, et Carlo Maria Cordio, son chef d’orchestre. Alors si votre rêve a toujours été de vous perdre dans un studio de cinéma peuplé de demoiselles peu farouches, de hiboux peu branchés Broadway, de journalistes/écrivains accumulant les conquêtes pour remplir quelques chapitres, de plantes s’attaquant à l’homme, de Frankenstein du dimanche, de barbares du futur, de sauvages du passé et de stock-shots de requins, une seule adresse: le blog de Vidéotopsie, où vous pourrez précommander la bête pour 13 malheureux euros. Qui a dit que ce chiffre portait la poisse ? Pas nous!

couvvidéotopsie20

Read More

Zombies ritals et bigots anglais chez Artus!

Category: News Comments: No comments

zombiefulci

Il s’était fait discret depuis quelques mois, l’ours Artus, caché au fin fond de sa tanière… à nous forger de beaux blu-rays de quelques pépites du cinéma bis! Et le moins qu’on puisse dire c’est que cela valait le coup d’attendre, puisque Artie l’ourson ne s’est pas foutu de nos tronches en dégainant de bien beaux visuels de deux classiques du génial Pete Walker: le terrible Flagellations et un Mortelles Confessions finissant de nous convaincre que la messe du dimanche, c’est définitivement pas pour nous. C’est du british, du fin et du noir comme on l’aime, et si vous n’aimez pas à votre tour, vous serez bons pour quelques coups de cravaches sur le fessier. Nah! Si vous ne connaissez pas encore l’oeuvre de Pete Walker, il y a par contre toutes les chances du monde pour que vous soyez au jus de ce que fomentait Lucio Fulci à la fin des seventies, alors que notre vieux copain Italien partait, la pelle à la main, déterrer du cadavre par paquet de douze. Vous l’aurez compris, son culte L’Enfer des Zombies (son meilleur film ? P’tet bien!) s’apprête à réapparaitre sur les étals, un peu plus de dix piges après l’édition de Neo Publishing. Comme précisé plus haut, c’est cette fois en combo Blu-Ray/DVD que le mal putride se répandra, avec de nouveaux bonus mais aussi, et peut-être surtout, 50 pages offertes avec le splendide digibook confectionné pour l’occasion. Vu que c’est Lionel Grenier (du site référence www.luciofulci.fr/ ) qui chapeaute le tout et qu’il s’est entouré de David Vidéotopsie Didelot, Gilles Psychovision Vannier et Didier Médusa Lefèvre pour confectionner ce petit guide du zomblard à la mozzarella, on sait d’office qu’on va passer une belle et longue nuit à rester adossés contre les tombes… Tout ça est prévu pour l’hiver et pour patienter, vous pouvez toujours vous crever les yeux sur les visuels suivants. Après tout, ça reste dans le délire Fulcien, non ?

artusblue

Pas envie d’attendre que le Père Noël dégringole de votre cheminée avec Zombi 2 en haute def. dans les moufles ? Pas de problèmes, surtout si vous êtes de la région de Montbélliard, puisque le Ciné-club de l’impossible (big up à l’ami Elie!) décide de fêter Halloween en avance. En effet, ce 26 octobre sera donc diffusé L’Enfer des Zombies, dès 20h30, avec en intro une présentation de la bande mortuaire par Mister Didelot. Autant dire que ça sera Ze place to be en cette fin octobre pour tous les petits zombies flesh eaters qui se respectent… On vous laisse avec l’affiche de l’évènement, histoire que vous soyez bien au courant de tout, les louveteaux…

cinéclub

Read More

Ca croque et ça tatane chez Ecstasy of Films !

Category: News Comments: No comments

americanwarriorteaser

Ca bouge toujours bien chez Ecstasy of Films, l’éditeur qui monte, qui monte… et n’est pas prêt de redescendre! Notre gaule non plus d’ailleurs, car lorsque l’on voit les beaux visuels que l’on va se choper pour Les Bêtes Féroces Attaquent et American Warrior II, ben on se sent revenir au glorieux temps des vidéoclubs. S’ils ne sont toujours pas sortis, le beau brûlot qu’est American Warrior II peut cependant être réservé en cliquant ici, tandis que la nuit au zoo (plus fun que le Zookeeper avec Kevin James) devrait venir griffer vos canapés pour la fin de l’année. Ca vous laisse le temps d’acheter une cage pour ce beau Blu-Ray à venir… En attendant, on vous laisse avec les visuels, à en lâcher les nunchakus et à en tomber à la renverse!

americanwarr

betesféroces

Read More

RIP Umberto Lenzi

Category: News Comments: No comments

lenziteaser

Et le bis rital de perdre l’une de ses dernières figures emblématiques, une de plus avons-nous envie de dire. Et bien malheureusement, d’ailleurs, car si Umberto Lenzi était connu pour être une personnalité désagréable et d’ailleurs difficile à apprécier de par ses tortures animalières passées, force est de constater que le cinéma que l’on aime aurait perdu quelques arguments s’il n’avait jamais enfourché de caméra. Alors on ne va pas refaire la filmographie du gaillard, elle est si longue que cela nous prendrait la semaine, et nous nous contenterons de citer quelques-unes de ses plus belles randonnées pelliculées. Comme Cannibal Ferox tout de même, certes nauséabond de par ses meurtres de bébêtes amazoniennes, mais aussi un B Movie disposant de scènes gore inoubliables. Ou le magnifique Le Tueur à l’Orchidée, sans doute l’un des gialli les plus présentables (et ils sont moins nombreux qu’on le pense), le faux sous-Hitcher Le Voyageur de la Peur, le divertissant La Maison du Cauchemar, le culte L’Avion de l’Apocalypse, le relaxant slasher Nightmare Beach ou encore ses polars musclés, comme le récemment sorti en blu-ray Le Cynique, L’Infâme, Le Violent. On ne citera pas tout par manque de place, mais on rappellera que si le bonhomme n’a pas toujours fourni que du boulot de grande classe (certains Black Cobra piquent un peu), au moins Mister Lenzi parvenait le plus souvent à balancer des spectacles faisant oublier notre morne quotidien, et ce même quand ils sentaient un peu du slip comme Black Demons. T’étais ptet pas le plus sympa de ta promo, mais tu nous manqueras quand même, Umberto…

Read More

Shark Attack au Havre !

Category: News Comments: No comments

nuitrequinsteaser

Nous vous en avions parlé l’an passé, voilà qu’ils remettent ça: les requins attaquent à nouveau Le Havre lors de la soirée La Nuit des Requins! Au programme, de l’aileron comme s’il en pleuvait, bien entendu, avec les diffusions de Sharknado 4, de 47 Meters Down, Instinct de Survie et Shark. Soit parmi les plus importants représentants de la sharksploitation moderne, qu’ils soient là pour vous faire golri ou la jouent tout sérieux. Où qu’on se rend pour faire trempette ? Ben au cinéma Le Studio (Le Havre, donc), ce vendredi 20 octobre, et ce de 19h30 à 2h30, le tout pour 10 euros (8 pour les plus jeunes). Plus fun qu’une journée à récurer votre baignoire avec une brosse à dent, c’est certain !

requinsnuits

Read More

Le Retro Wizard Day, c’est dans une semaine!

Category: News Comments: No comments

slimeteaser

Baissez donc vos caleçons et slips léopard, c’est l’heure de la piqûre de rappel! C’est qu’on en fait jamais trop quand c’est pour la bonne cause, la convention Retro Wizard Day reversant, pour rappel, tous ses bénéfices à l’association Cap 48 en charge d’aider les personnes handicapées. Bref, si vous avez toujours rêvé d’aider votre prochain en parcourant des stands DVD sans fin (il y aura l’énoooorme boutique de l’ami Richard Duquet, mais aussi l’échoppe sanglante des goreux d’Uncut Movies), en serrant la pogne des Ghostbusters ou des Stormtroopers (les fanclubs officiels des deux franchises faisant le déplacement), en tenant le pad devant des jeux-vidéos, en zieutant du fanzine ou en achetant des figurines horrifiques ou de mangas, il vous suffira de faire le déplacement jusqu’à Liège! Pour connaître les tarifs, lieux et autres informations à réviser, deux liens sur lesquels vous faire l’index: celui de la Page Facebook et celui du site officiel de l’évènement. Qui sait, si vous vous y prenez assez vite, vous pourrez passer – en plus de la journée du dimanche 8 octobre entièrement dédiée à l’aspect « convention » – le samedi soir en rencontrant des éditeurs de fanzines ou en visionnant quelques beaux courts-métrages (dont les chouchous du coin que sont Révolution et La Quatrième Nuit). Pas de raison de rester chez vous le week-end prochain, dès lors…

rwdbanchris

Read More

RIP Basil Gogos

Category: News Comments: No comments

gogosteaser

Rude été que celui de 2017 pour nos légendes de l’horreur, Basil Gogos venant, à son tour, de rejoindre l’au-delà à l’âge de 78 ans. Bien sûr, le bonhomme était nettement moins connu dans nos contrées qu’un Tobe Hooper ou un George Romero, mais son influence sur le cinéma horrifique ne doit en aucun cas en être minimisée, lui qui attira bien des jeunes freaks dans le cirque des monstres. En effet, en bon peintre accompli, Gogos était généralement celui qui fit les présentations entre le public et les monstres classiques à partir de 1960 et le neuvième numéro de Famous Monsters of Filmland, le bon Basil s’occupant par la suite des couvertures d’une cinquantaine de numéros. S’il travaillera également pour les mags Creepy, Eerie, The Spirit, Spaceman et Wildest Westerns, c’est malgré tout ses portraits aux couleurs chatoyantes des légendes de l’effroi qui marquèrent les esprits et donnèrent envie à quelques adolescents de claquer leur maigre argent de poche dans la revue de Forry Ackerman. Et de devenir accro aux bestioles aux dents longues et aux griffes acérées, au point que lorsque ces mêmes lecteurs devinrent de grands et fiers artistes, ils n’hésitèrent pas à faire appel à Gogos pour leurs pochettes d’albums, comme Rob Zombie, les punks d’Electric Frankenstein ou les férus de la SF des fifties que sont les Misfits. Bref, le défunt Basil n’était peut-être pas le visage le plus reconnu de la petite galaxie de l’épouvante, mais il fut peut-être celui qui participa le plus à rendre ceux des autres populaires…

gogos

Read More