Category News

RIP Basil Gogos

Category: News Comments: No comments

gogosteaser

Rude été que celui de 2017 pour nos légendes de l’horreur, Basil Gogos venant, à son tour, de rejoindre l’au-delà à l’âge de 78 ans. Bien sûr, le bonhomme était nettement moins connu dans nos contrées qu’un Tobe Hooper ou un George Romero, mais son influence sur le cinéma horrifique ne doit en aucun cas en être minimisée, lui qui attira bien des jeunes freaks dans le cirque des monstres. En effet, en bon peintre accompli, Gogos était généralement celui qui fit les présentations entre le public et les monstres classiques à partir de 1960 et le neuvième numéro de Famous Monsters of Filmland, le bon Basil s’occupant par la suite des couvertures d’une cinquantaine de numéros. S’il travaillera également pour les mags Creepy, Eerie, The Spirit, Spaceman et Wildest Westerns, c’est malgré tout ses portraits aux couleurs chatoyantes des légendes de l’effroi qui marquèrent les esprits et donnèrent envie à quelques adolescents de claquer leur maigre argent de poche dans la revue de Forry Ackerman. Et de devenir accro aux bestioles aux dents longues et aux griffes acérées, au point que lorsque ces mêmes lecteurs devinrent de grands et fiers artistes, ils n’hésitèrent pas à faire appel à Gogos pour leurs pochettes d’albums, comme Rob Zombie, les punks d’Electric Frankenstein ou les férus de la SF des fifties que sont les Misfits. Bref, le défunt Basil n’était peut-être pas le visage le plus reconnu de la petite galaxie de l’épouvante, mais il fut peut-être celui qui participa le plus à rendre ceux des autres populaires…

gogos

Read More

Toco Toco TV: quand le Soleil Levant devient Saignant!

Category: News Comments: No comments

tocotoco

Véritable hypermarché de la vidéo, amateure ou non, Youtube est vite devenu un labyrinthe dans lequel on a tôt fait de passer à côté d’une merveille, les yeux trop fatigués par les multiples vidéos sans intérêt qui nous sont passées sous le nez. Et cette merveille, c’est la chaîne Toco Toco TV, spécialisée dans la culture japonaise dans toute sa variété: compositeur, réalisateurs, mangakas, créateurs de jeux-vidéos, demoiselles donnant dans la J-Pop, artistes de tous types sont tous réunis ici sous la même et belle bannière. Et grâce à une réalisation discrète mais travaillée, l’immersion sera totale, faite de silences typiquement nippons et de réflexions sur l’art par leurs auteurs. Souvent passionnant, plus pro que pro (la maîtrise est digne du Tracks d’Arte) Toco Toco est définitivement la chaîne à laquelle vous voulez vous abonner si tant est que les chatouillements des rayons du Soleil Levant sur l’épiderme vous sont agréables (cliquez ici pour avoir accès à la chaîne). Alors vous allez me dire « T’es bien gentil mais il est où, le rapport avec le cinéma d’horreur dont tu nous bassines à longueur de temps ?« , et je vous répondrai tout simplement que les deux dernières vidéos publiées sur la chaîne se glissent dans les ateliers de deux des plus notables artisans du cinoche gore à la jap’! Soit Yoshihiro Nishimura (Tokyo Gore Police, Helldriver) et Noboru Iguchi (The Machine Girl, Robogeisha), tous deux prêts à se confier sur leurs vertes années, le point de départ de leur passion, leur méthode, les difficultés rencontrées à monter des budgets de plus en plus minces,… Une vraie plongée dans les coulisses de l’univers Sushi Typhoon, en somme, bien loin des modules promotionnels habituels… A voir absolument et sans attendre, et le coup de coeur de Toxic Crypt question toile !

Read More

Ouverture des précos pour B Movie Posters

Category: News Comments: No comments

grangerteaser

En manque de monstres improbables, le genre auquel un chirurgien fou presbyte a offert un bec de dindon, des pinces d’écrevisse et un zob de Tibétain ? Une envie soudaine de bestioles gigantesques et farfelues bien comme il faut, nourries aux Kellogs à l’uranium ? Une irrépressible envie de faire de nouvelles rencontres avec des mecs cagoulés ne sortant jamais sans leur hachoir à viande ? Rassurez-vous, braves gens, la fringale est sur le point de prendre fin. Tout du moins, cela ne tient qu’à vous, Mister Damien Granger (rédacteur en chef de Mad Movies à sa meilleure période) venant de lancer une campagne Ulule pour voir son beau projet de livre, B Movie Posters tome 1, sortir enfin pour le mois de décembre. De quoi faire perdre ses boules à votre épicéa d’une part, et d’une autre égayer sacrément vos soirées à grands coups de visuels dingos et d’anecdotes sur des petites perles à la Mutantis (qui connait un peu les conventions horrifiques made in USA a déjà croisé cette vilainie), Midnight Movie Massacre et son joli cervelet mutant ou encore Zombies Ninjas vs Black Ops, que même Facebook n’oserait pas proposer en jeu Flash. Et ce ne sera bien évidemment pas tout puisque nous pourront aller coincer nos petites têtes entres les jolis oeufs au plat de Misty Mundae, faire un bras de fer avec cet Hulk golio qu’est Bulk, sortir les pistolets à eau avec quelques durs portant le bandana et même boire la tasse avec du sous-Titanic réécrivant l’histoire avec un pack de bières. Connaissant un peu le style du Big Dam, on sait donc qu’on va en apprendre sans avoir à porter la cravate et les mocassins, un bon tatouage de King Ghidorah gerbant ses tomates crevettes (ce qui fait tout de même trois fois plus de vomi) et des pantoufles usées étant nettement plus adaptées pour ce qui risque fort de nous propulser à une bonne soirée entre potes. Rajoutez une maquette que l’on devine généreuse faite par Chris Labarre (Médusa Fanzine, Hammer Forever, son propre Steadyzine) et vous savez ce qu’il vous reste à faire si, vous aussi, vous désirez voir le cinéma bis/d’exploitation/grindhouse/de série Z (biffez la mention inutile) retrouvez ses couleurs distrayantes d’antan: débourser quelques euros en cliquant ici, c’est pour la bonne cause. Nous, on l’a déjà fait!

granger

Read More

RIP Tobe Hooper

Category: News Comments: 11 comments

tobeteaser

A priori, je ne vous apprendrai rien via la présente news, le décès de Tobe Hooper ce 26 aout ayant largement été commenté, et ce jusqu’aux chaînes télévisées qui n’ont, pour une fois, pas manqué de faire une petite place dans leurs programmes au papa de Leatherface (ce fut tout du moins le cas sur les JT espagnols). Et même si vous n’aviez pas votre téléviseur allumé, Facebook vous en aurait forcément averti, la vague de tristesse ne s’étant bien évidemment pas fait attendre, à juste titre. On ne sait pas s’ils ont le Wifi au paradis des goreux, mais si tel est le cas le bon Tobe doit sans doute être des plus touchés de voir ses milliers de fils spirituels lui rendre hommage… et être un peu dépité de découvrir que certains en profitent pour photographier toute leur collec de DVD estampillés Hooper, histoire de jouer à qui à la plus grosse. On ne va pas faire une tartine sur le sujet, histoire de ne pas déplacer le sujet de la tribune, mais ça fait rudement chier de découvrir que le petit milieu du « bis » n’est parfois pas loin d’adopter l’envie de surfer des maisons de disques, qui parviennent toujours à nous pondre en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire des best-of ou des DVD live d’artistes récemment décédés.

tobe-hooper-the-thing

Cela étant dit et même écrit, on peut désormais se concentrer sur Hooper en lui-même, personnalité comparable en bien des points à un George Romero avec lequel il partageait cette aura de Grand Ancien de l’horreur moderne. On n’a pas fini de le dire, avec Massacre à la Tronçonneuse, le barbu a changé à jamais la face du cinéma que l’on aime tant, l’amenant jusqu’au point de non-retour en reléguant au rang de joyeuses plaisanteries les essais de la Hammer ou de la Amicus, tronçonnant le trône de l’effroi gothique pour le replacer dans une authenticité qui, quarante piges plus tard, fait toujours froid dans le dos des routiers traversant le désert américain. Alors non, Tobe ne fut pas le premier à ramener l’horreur sur le plancher des vaches (H.G. Lewis, Hitchcock ou Michael Powell ayant déjà semé quelques graines auparavant), mais il fut sans doute celui qui fit basculer l’épouvante à ce point. Mais si The Texas Chainsaw Massacre fut véritablement le coup de masse qui le fit entrer dans la légende, il serait malheureux qu’elle éclipse le reste de l’oeuvre de notre homme, d’autant que la visite de la casa Leatherface n’est pas nécessairement ce que notre auteur fit de mieux, le superbe slasher Massacres dans le Train Fantôme lui étant supérieur de plusieurs têtes. Bref, n’oublions pas un Poltergeist plus Spielbergien et qui fait toujours débat, le méconnu Eggsghell, un Crocodile de la Mort parvenant fort bien à retrouver l’ambiance poisseuse de TCM, des Vampires de Salem un peu lents mais sympatoches, une poignée de divertissements loin d’être honteux (Lifeforce, L’Invasion vient de Mars, Spontaneus Combustion), une séquelle osée (Massacre à la Tronçonneuse 2), un bon segment de Body Bags, quelques séries B sur lesquelles on n’est pas toujours sûrs (The Mangler, Night Terrors), une commande sans saveur nommée Crocodile, un come-back plutôt satisfaisant à défaut d’être génial (Toolbox Murders), un avant-dernier méfait peu convaincant en la personne de Mortuary et un ultime métrage maudit que ce Djinn, terminé en 2013 et sorti en catimini en Allemagne et aux states trois ans plus tard… Rajoutons enfin quelques épisodes de séries TV, du clip et même un roman (Midnight Movie), tous placés sous le signe de la lune rouge sang. Alors non, la carrière de ce gros nom du genre n’était pas transpercée que de tueries que l’on se repasse chaque samedi soir en lavant notre collection de marteaux (et c’est en cela qu’elle est intéressante, car profondément humaine), et l’on peut estimer que l’ami Tobe ne nous aurait plus offert de grands films. Reste que sa perte, tout comme celle de Romero voilà peu, fait bien mal à la nostalgie, notre jeunesse prenant soudainement un sacré coup de vieux, tandis que se pose une question inquiétante: qui prendra la relève de ces mecs, celle-ci se faisant cruellement attendre, et qui allons-nous pleurer dans 30 ou 40 ans ? On peut se le demander, car si l’on trouve quelques personnalités talentueuses parmi les jeunes loups arrivés ces quinze dernières années, on peint toujours à trouver un équivalent à Tobe Hooper, dont la seule évocation nous donne encore l’impression d’avoir les doigts soudainement poussiéreux…

Read More

Medusa 28: précos ouvertes

Category: News Comments: 2 comments

medusateaser

Un an et demi après le Médusa 27 et une année après le dernier Hammer Forever, Didier Lefèvre s’apprête à faire son come-back avec un nouveau numéro de Médusa toujours aussi fourni puisque la pagination s’envolera jusqu’à 250 pages. De quoi vous tenir un moment, en compagnie du bis roumain, des cinglés masqués du slasher eighties, de la famille Hough, du gothique made in Amicus, de l’Asiatique hardcore, des trouvailles placées sous le signe des Cash Converter et Noz et, surtout, d’un dossier maousse de 56 pages sur les clowns du cinéma horrifique. Ce n’est bien évidemment pas tout, le sommaire de ce gros pavé étant long comme la recette du cake aux scarabées que Toutankhamon faisait coucher sur des papyrus de dix kilomètres, et on vous laissera aller zieuter du côté du Blog de Médusa pour tout savoir. Vous y trouverez également les modalités de paiement et un lien vous renvoyant vers La Petite Boutique de Médusa (oh et puis tenez, le voilà ici aussi), seule manière de précommander ce vingt-huitième numéro et donc vous assurer que la publication rejoindra ses 27 frangins de papier. La sortie étant prévue pour début octobre, ça vous laissera le temps de renforcer vos étagères, qui en auront bien besoin!

medusazine

Read More

Concours #HORROR

Category: News Comments: No comments

horrorteaser

Les réseaux sociaux, c’est mortel, diront les jeunes. Ils ne croient pas si bien dire, #HORROR (2015) en apportant même la preuve indiscutable lorsque le harcèlement virtuel auquel se prête un groupe de jeunes filles tourne au cauchemar, surtout lorsque la plus cruelle du lot décide de virer l’une de ses amies de sa petite fête entre copines… Réalisée par l’actrice Tara Subkoff (que l’on vit dans The Cell et le Teenage Caveman version 2002), ici signataire de son premier long, cette critique sociale et sanglante des passes-temps de gamines de douze ans un peu trop connectées sortira en France en VOD le 27 juillet, via les bons soins d’ACE Entertainment, qui nous avait déjà proposé le bien bon Dementia voilà quelques semaines. Après les troubles d’un vieil homme doutant de sa drôle d’infirmière, c’est donc aux méfaits de jeunes têtes blondes (ou brunes, d’ailleurs) que nous sommes conviés, avec pour surveiller cette teen party les moins jeunes, mais toujours charmantes, Natasha Lyonne (American Pie) et Chloë Sevigny (American Horror Story, Zodiac, le Sisters de Douglas Buck).

horror

Envie d’être conviés à votre tour ? Ne vous en faites pas, c’est possible pour 5 d’entre vous, ACE Entertainment et Toxic Crypt s’alliant pour vous faire gagner 5 codes VOD, que vous pourrez rentrer dans l’iTunes Store pour ensuite avoir accès au film dans votre bibliothèque iTunes. Pour ce faire, rien de plus simple puisqu’il vous suffit d’envoyer un mail à l’adresse toxiccryptfr@gmail.com en me citant un film dans lequel Tara Subkoff a déjà joué.

Pas bien compliqué, à priori, puisque vous avez deux exemples cités dans l’article! Vous aurez jusqu’au jeudi 27 juillet, date de la sortie du métrage chez nous, à 14h pour envoyer vos réponses, suite à quoi un tirage au sort sera fait. Les vainqueurs seront annoncés et contactés courant de cette même journée. A noter que les pass ne seront disponibles que pour la France et la Suisse. Et pour finir de vous convaincre de tenter votre chance, rien de mieux que la bande-annonce du métrage, visuellement soigné et dès lors très attirant…

Read More

RIP Martin Landau

Category: News Comments: No comments

landau

Pas de vacances pour The Grim Reaper, malheureusement… Ainsi, on apprenait en même temps que la perte de George Romero que Martin Landau s’était éteint, à l’âge vénérable de 89 ans. D’abord dessinateur, il se voit inspiré par Chaplin et décide de devenir acteur à son tour, enchainant quelques classiques comme La Mort aux Trousses ou Cléopâtre, ainsi qu’une ribambelle de séries populaires telles Columbo, La Quatrième Dimension, Cosmos 1999 ou Les Mystères de l’Ouest. Mais le succès ne durant souvent qu’un temps, les propositions prestigieuses se raréfient durant les années 70, poussant Landau à se tourner vers la Série B, pour notre plus grand plaisir. On le croisa ainsi dans le toxique The Being, les galactique Terreur Extraterrestre  et The Return de Greydon Clak, ou encore le Cyclone de Fred Olen Ray et sa moto d’une technologie nouvelle. Evidemment, pour les plus jeunes, il était surtout le Bela Lugosi de Tim Burton, qu’il ressuscita dans le fabuleux Ed Wood, ou encore le Dr. Kurtzweil de X-Files, le film. On le revit, encore, dans un Sleepy Hollow a en perdre la tête… Mais si le bisseux se souviendra de lui, c’est sans doute pour sa prestation incroyable dans le Dément de Jack Sholder, où il laissait éclater sa folie pour être aussi attachant que flippant… Bref, un grand s’est éteint, et dire qu’il va nous manquer serait en dessous de la vérité.

Read More

RIP George A. Romero

Category: News Comments: 4 comments

romeroteaser

A force de le voir réveiller les morts et trahir la grande faucheuse, on imaginait peut-être que notre vieil ami George Romero parviendrait à éviter ses griffes. Malheureusement, le réalisateur, l’un des plus cultes du milieu horrifique, s’est éteint le 16 juillet à Toronto, et l’on espère qu’il n’y aura plus de place en enfer… Sait-on jamais, il pourrait revenir. Est-il dans tous les cas bien utile de revenir sur son parcours ? Tout le monde sait fort bien que le mythe du mort-vivant n’aurait sans doute pas la même puissance sans sa trilogie culte et qu’il aura tout de même aligné de sacrées perles dans le genre, tels le touchant et flippant Incidents de Parcours, le magnifiquement triste Martin ou l’efficace Deux Yeux Maléfiques, co-réalisé avec son ami Dario Argento. Bien sûr, on n’était pas obligé de tout aimer, et il est évident que le maestro avait subi une petite baisse de régime en fin de course, son Survival of the Dead n’étant pas une grande réussite. Mais voilà, dans la crypte toxique, on a pour ainsi dire grandi avec Zombie et Creepshow, dont les VHS ont tourné si souvent que mon téléviseur garde toujours des marques de morsures gluantes et des morceaux du gâteau de Bedelia. C’est sûr, on ne passe plus des fêtes des pères classiques depuis que Romero s’est penché sur la question, tout comme on s’attend toujours à croiser un vieux zombie décati dans l’ascenseur de notre hypermarché. Et c’était peut-être là le plus beau tour de force du gaillard: être parvenu à modeler le quotidien pour le rendre flippant, changeant les animaux de compagnie en de cruels assassins, planquant la sorcellerie dans la vie d’une femme au foyer, rendant toute une ville démente à cause d’un produit toxique, transformant un adolescent introverti en un doux dingue suceur de sang ou se penchant sur les déboires d’un romancier spécialisé dans le glauque et se faisant passer pour mort. Seul regret, que le bonhomme ne soit pas sorti plus souvent du cimetière, sa première trilogie se suffisant à elle-même sans qu’il soit nécessaire d’en rajouter une seconde, très inégale. Mais victime de ses gros succès, le nom Romero était malheureusement plus vendeur lorsqu’il était collé aux revenants que sur des projets plus originaux. Dommage mais qu’importe, nous aurons tout de même eu notre dose, et plutôt deux fois qu’une. Merci, George, tu auras bien mérité ta retraite!

Read More

Emprise Fanzine numéro 3: c’est dispo!

Category: News Comments: No comments

wolfcreekteaser

Tout beau, tout chaud, le troisième numéro d’Emprise Fanzine vient de sortir de presse ! Reprenant les choses là où elle les avait laissées, la revue revient dans la salopette du cinéma horrifique à base de rednecks. Au programme des interviews de Jeff Lieberman (Survivance), Vincent Cahay (acteur/compositeur à l’oeuvre chez Fabrice Du Welz) et Tim Metcalfe (scénariste de Vampire, vous avez dit Vampire ? 2 et du Bones avec Snoop Dogg); des chroniques de Prime Cut et des deux films Wolf Creek; 5 incontournables du cinoche rednecks et un dossier sur Massacre à la Tronçonneuse. 36 jolies pages donc, au format A5 et coûtant seulement 3€ (il vous faudra ajouter les frais de port), que vous pouvez commander en envoyant un mail à emprisefanzine@gmail.com. Ne tardez pas, dans le fanzinat, les premiers à se bouger sont les seuls à être assurés d’avoir la bête!

emprisefanzine

Read More

Un trailer pour Puppet Master Axis Termination

Category: News Comments: 2 comments

axisteaser

Pauvre Charles Band! Alors qu’il suffit au tâcheron Tarantino de balancer à qui veut l’entendre qu’il a rédigé quelques mots sur Charles Manson, avec Brad Pitt et Jennifer Lawrence en tête pour le casting de sa prochaine ode à l’ennui, Band ne parvient même pas à refiler une demi-molle à plus de cinquante personnes avec le trailer de son prochain Puppet Master Axis Termination. Bon, faut dire que le patron de Full Moon ne vend plus du rêve depuis longtemps. Certes, il continue vaille que vaille à taper dans le Monster Movie, tout simplement parce qu’il kiffe ça plus qu’une bonne crème brulée, mais force est de reconnaître que cela fait plus de dix piges que les péloches frappées du sceau de la pleine lune n’ont plus grand intérêt. Peu de chances que ce nouvel opus des marionnettes tueuses change la donne, les derniers opus n’étant même pas parvenus à contenter les fans hardcore. Pas sûr que la bande-annonce d’Axis Termination les rassurent, celle-ci montrant que le Charlie a tellement peu de flouze en poche qu’il doit désormais déguiser ses comédiens en poupées pour après les rétrécir via des effets spéciaux que l’ont attendrait plus du copain Jeff Leroy. Le fun en moins, malheureusement, cette nouvelle virée dans la boîte aux jouets semblant plutôt sérieuse, même si Band, bien sûr réalisateur, laisse sous-entendre qu’il y aura du meurtre à foison. De nazis, principalement, puisque ce volet final de la trilogie Axis (après Axis of Evil et Axis Rising, donc) verra les petites figurines s’allier à un groupe de résistants aux pouvoirs psychiques pour refouler les amis d’Hitler. A voir, en tout cas, car si cela risque fort de sentir le navet, ça pourrait difficilement être plus chiant que le prochain essai du Quentin!

Read More