Category Films

Ne Coupez Pas! (One Cut of the Dead)

Category: Films Comments: No comments

Levons notre saké à Ne Coupez Pas ! (2017), titre francophone cachant le japonais Kamera wo tomeruna!, mondialement reconnu en tant que One Cut of the Dead. Un petit film de rien du tout à la base (son budget équivaut plus ou moins a 25 000 euros chez nous, ce qui fait moins cher que la BMW de votre patron), sorti en catimini chez lui avant de profiter des standing ovations offertes lors des festivals du monde entier. Des applaudissements résonnant si forts que le micro-budget de Shin’ichirô Ueda, basé sur une pièce de théâtre, eut les honneurs d’une ressortie dans son pays d’origine. Mérités les honneurs, tant cette gentille farce fait chaud au coeur et parvient même à nous faire réviser notre intérêt, auparavant très en berne, pour la comédie morte-vivante. Le fait que One Cut of the Dead n’en soit pas vraiment une joue probablement beaucoup…

Read More

Le Corbeau

Category: Films Comments: No comments

Outre d’évidents talents lorsque vient l’heure de jongler avec des bourses à moitié vides, Roger Corman avait pour lui l’art de frayer avec du beau monde. Dans le cas présent les légendes Vincent Price, Boris Karloff, Peter Lorre, Hazel Court et un alors petit nouveau promis à une grande destinée, Jack Nicholson, tous réunis autour du funèbre plumage du Corbeau (1963). Mais si celui-ci claque du bec, c’est plus volontiers pour vous faire pouffer de rire que pour vous faire revivre la terreur ressentie par le grand Edgar Allan Poe lors de sa rencontre avec le petit rapace.

Read More

The Sandman

Category: Films Comments: No comments

Du misérabilisme des frères Dardenne aux lardages de la pizza face hantant vos nuits Freddy Krueger, n’y aurait-il qu’un pas ? C’est ce qu’est parti vérifier J.R. Bookwalter, producteur jadis très actif et un temps associé à la Full Moon (Horrorvision, Killjoy 2, Hell Asylum), et réalisateur que nous avions croisé au détour de son très chouette Robot Ninja (1989), vigilante certes cheap mais aussi noirâtre et pessimiste s’il en était. Avec The Sandman (du shooté en 94 et sorti en VHS un an plus tard) le coco s’attaque au mythe du marchand de sable en espérant que celui-ci lui servira de ticket vers le succès. Spoiler Alert : ça ne sera pas pour cette fois…

Read More

Le Diable, tout le temps

Category: Films Comments: 2 comments

Noir c’est noir cette année sur Netflix, le géant du streaming ayant à l’approche de l’automne déposé sur sa plate-forme un onyx du nom de Le Diable, tout le temps (2020), réalisation d’un Antonio Campos abonné aux drames pelliculés et adaptation du premier roman de Donald Ray Pollock, « jeune » auteur 65 ans occupé à décharger les espoirs brisés au pied de la croix du mensonge.

Read More

The Night of the Sorcerers (La noche de los brujos)

Category: Films Comments: No comments

Un Amando de Ossorio abandonnant ses chevauchées de morts-vivants pour se faire le chorégraphe des endiablées danses nocturnes d’une tribu vaudou, ça vous chante ? Ca me chantait aussi avant que je ne découvre que le père des blind dead s’est trébuché puis vautré dans une pâle Série B avec The Night of the Sorcerers (1974), pantouflarde tentative d’ensanglanter la savane.

Read More

The Slumber Party Massacre (Fête Sanglante)

Category: Films Comments: No comments

Plus que jamais, le slasher devient une histoire de femmes avec The Slumber Party Massacre (Fête Sanglante ou Slumber Party chez nous, 1982) car même si c’est à l’indéboulonnable Roger Corman d’allonger, puis récupérer, les gros billets, c’est bien à deux amazones de la pellicule que reviennent les aspects créatifs de cette soirée pyjama vouée à se terminer dans les dégoulinures sanguines.

Read More

Vivarium

Category: Films Comments: No comments

Une maison, c’est pour la vie. Imogen Poots (Green Room) et Jesse Eisenberg (The Social Network, Batman v Superman) en font la douloureuse expérience dans Vivarium (2019), où la banlieue vous avale tout cru et ne se presse pas de vous recracher. Heureusement qu’il n’est pas déplaisant de se laisser mâcher par le film de Lorcan Finnegan…

Read More

Witchtrap

Category: Films Comments: No comments

« Haunted home, sweet haunted home ! » devait se dire Kevin S. Tenney (Night of the Demons) en songeant au Witchboard (1986) qui lui permit de se faire un petit nom dans le cinoche glaireux. Logique finalement de le voir revenir à ses chères maisons hantées dès 89, d’autant que la même année il s’en était allé traquer un chien des enfers au Texas (le mi-figue mi-raisinThe Cellar) pour en revenir déçu de l’expérience. Comme on n’est jamais aussi bien que chez soi, le voilà qui s’élance vers un Witchtrap très similaire à son premier succès.

Read More

Aleta : Vampire Mistress (Empress Vampire)

Category: Films Comments: No comments

S’il y a une vie après le porno, celle-ci doit être faite de canines en plastoc, d’explosions de vampires dignes de Duke Nukem 3D sur Playstation, de fantômes chinois au format JPEG et de danses ringardes le poitrail à l’air. C’est en tout cas la destinée d’Ange Maya dans Aleta : Vampire Mistress (2012), que sa page IMDB nous présente comme the woman of the year de par son implication dans des associations caritatives, dans l’immobilier et les placements bancaires. Étonnement, aucune mention n’est faite de son passage dans Taste my Asian Ass.

Read More

La Vierge de Nuremberg

Category: Films Comments: No comments

Grand seigneur du fantastique rital, auquel il offrit quelques droites briseuses de mâchoire (Danse Macabre, Pulsions Cannibales, La Sorcière Sanglante) mais aussi de trop douces tapes (l’emmerdant Contronatura et le lent La Planète des Hommes Perdus), Antonio Margheriti eut également le mérite de faire du bourreau, d’ordinaire une banale guirlande accrochée au fin fond des fresques inquisitrices, la star d’une bisserie pur jus. La Vierge de Nuremberg (1963), malgré son âge avancé, ne manque donc jamais de sadisme, d’action, d’aventure et d’ombres menaçantes. Bienvenue à la maison.

Read More