Aux Yeux des Vivants

Category: Films Comments: No comments

Qu’ils sont méchants, Alexandre Bustillo et Julien Maury ! Ainsi, après avoir enfoncé une paire de ciseaux dans le nombril d’une femme enceinte, après avoir rendu une visite sanglante à une danseuse classique centenaire plongée dans le coma, mais avant d’avoir transformé un pauvre gosse instable en la killing machine Leatherface, la paire envoya dans les pattes d’un trio d’écoliers un boogeyman boudeur. La stratégie du « tout le monde ramasse » en somme, malheureusement moins payante qu’on l’imagine.

Read More

RIP José Mojica Marins

Category: News Comments: No comments

2020 commence plutôt mal pour les amateurs du cinéma d’exploitation. Outre une Dyanne Thorne, célèbre Ilsa, partie voilà quelques jours à peine, et bien évidemment l’estimé Norbert Moutier, c’est au tour du Brésilien José Mojica Marins de nous quitter à l’âge de 83 ans. Il était hospitalisé depuis une vingtaine de jours pour une bronchopneumonie. Mais si le corps s’en est allé, l’esprit perdurera chez les fantasticophiles, son personnage de Coffin Joe (ou Zé do Caixão dans son pays d’origine, Zé du Cercueil chez nous) étant de ces présences malfaisantes dont les cimetières du bis ne sauraient se séparer. Figure culte s’il en est, bien évidemment au centre de sa propre trilogie (At Midnight I’ll Take Your Soul, This Night I’ll Possess Your Corpse et Embodiment of Evil), travailleur funéraire dont les ongles prennent des proportions grotesques, Coffin Joe devint bien vite une icône, le Freddy Krueger brésilien ou le premier boogeyman du pays comme il fut souvent souligné. De ces rôles qui effacent tous les autres, et Joe se fraya un chemin jusqu’à l’univers des comics, tandis que son alter ego de la vie réelle José Mojica Marins devenait un horror host pour quelques émissions, et n’hésita pas à fricoter avec le death metal, tournant une partie de Nightmare Scenarios, DVD mélangeant clips et courts horrifiques du groupe Necrophagia. En espérant te retrouver en enfer, Zé !

Read More

Satan’s Blade

Category: Films Comments: No comments

C’est Ad Vitam Infernal que l’ami Lucifer répandra sa majesté satanique sur une bonne part des horror flicks, que pétrissent les passionnés dans la paix de leurs caves mal éclairées. Et c’est à jamais que le petit monde de l’épouvante indie sera traversée par quelques psychosés passés pros dans le maniement du pic à glace, le slasher sans le sou patrouillant encore et toujours dans les rayons des vidéoclubs les plus reculés. Ce n’était qu’une question de temps avant que notre tête de bouc préférée et le genre le plus généreux en outillages en tous genres ne se rentrent dedans, et ce fut chose faite avec un Satan’s Blade entamé en 1980 et seulement sorti quatre années plus tard.

Read More

La Malédiction d’Arkham

Category: Films Comments: 2 comments

La Malédiction d’Arkham (1963) a cela de merveilleux qu’elle fait se percuter plus ou moins les grands esprits d’Edgar Allan Poe et Howard Phillips Lovecraft. Plutôt moins que plus il est vrai, l’éternel père de Cthulhu et de tous les autres calamars attendant leur heure dans les dimensions voisines de la nôtre restant l’évidente force derrière ce nouveau gothique pétri par Roger Corman, même si Poe le corbeau n’en est pas à son dernier croassement et peut compter sur le soutien des pontes d’AIP

Read More

Another Son of Sam

Category: Films Comments: No comments

Rôdeur nocturne cherchant les amoureux pour les cribler de balles, David Berkowitz, alias Le Fils de Sam, fit trembler le New York des années 70 et entra dans la légende comme celui auquel Satan et le chien de son voisin soufflaient de sombres intentions. Un sujet en or pour le grand écran comme pour la petite lucarne, ce que la monstrueuse série Mindhunters (fais pas le con Fincher et refous le nez dans tes dossiers criminels au plus vite) rappela récemment, et que la Série B n’aurait su ignorer bien longtemps…

Read More

Call Girl of Cthulhu

Category: Films Comments: No comments

Un restaurant chinois portant le nom de Dagon, le célèbre Cthulhu incapable de se glisser dans notre monde s’il n’engrosse pas une escort girl, un gros zizi prenant vie comme dans un bon vieux Troma des familles, de l’humour potache et du gore bricolo nous rappelant à chaque bout de latex que l’on tape dans le petit budget façonné entre copains de bon goût, des artistes plus ou moins ratés en guise de figures héroïques et une ambiance plus détendue que dans les efforts de Stuart Gordon. Call Girl of Cthulhu (2014) serait-il une intolérable insulte envers les grands anciens, et un mollard verdâtre craché à la face du vénéré Howard Phillips ? Tout faux, c’est au contraire l’un meilleurs Lovecraft movies mis sur le marché…

Read More

Révolte au Pénitencier de Filles

Category: Films Comments: No comments

Alors que sa longiligne carcasse aurait dû être couverte de robes de luxe et en faire une habituée des scènes illuminées du mannequinat, Laura Gemser devint l’égérie de pénitenciers aussi gris que les uniformes rongés par les mites qu’elle se devait d’y porter. Merci qui ? Bruno Mattei évidemment, qui avec Révolte au Pénitencier de Filles (1983) rouvre les cachots pour y tourner une bisserie moins malgracieuse qu’il n’y paraît.

Read More

In the Shadow of the Moon

Category: Films Comments: No comments

Puisque nous ne sommes pas spécialement portés sur les séries dans la crypte toxique, et que nous n’avons pas pris le train Hap and Leonard (2016-2018) en marche, ce qui ne nous empêchera pas d’y réserver une couchette lorsque l’envie nous en prendra, pour nous Jim Mickle fut comme aspiré dans une faille temporelle entre son dernier long-métrage, l’excellent polar Cold in July (2014) et In The Shadow of the Moon (2019), beau petit dernier dans lequel il est justement question de course contre la montre. Comprendra qui l’aura vu, et serait bien inspiré le lecteur n’ayant pas encore appuyé sur la touche « play » de le faire avant de continuer cette chronique, sujette aux spoilers. Vous voilà avertis.

Read More

Nightmare Sisters

Category: Films Comments: No comments

Après un passage dans le slasher surnaturel et occulte avec Dreamaniac (1986) et avoir agrandi les rangs de la monstrueuse parade via son Creepozoids (1988) bourré à craquer de mutants visqueux, il était logique que l’ancien pornocrate Dave DeCoteau, spécialisé dans les soirées entre mecs en sueurs, s’intéresse à la comédie légèrement fantastique… et légère tout court. On se souvient de son beau et très fendard Sorority Babes in the Slimeball Bowl-O-Rama (88), donc on tend les bras aux suivant Nightmare Sisters (88 itou), Série B cruciale dans la montée en popularité des Scream Queens et petite romance dans laquelle trois filles populaires comme un cardinal a un concert d’Impaled Nazarene sont transformées en succubes par un esprit maléfique échappé d’une boule de cristal. Dès lors, elles mordront les zobs de jeunots transformés en cendres de teenagers voyeurs. Du pur Meg Ryan, quoi.

Read More

100 Tears

Category: Films Comments: No comments

Amis coulrophobes et autres allergiques aux nez rouges, votre calvaire n’est pas terminé. Après les délires à la Tex Avery de Killer Klowns from Outer Space, après le vieux Pennywise mais avant le nouveau, et après les épopées Z du Killjoy de l’écurie Charles Band, c’est à 100 Tears (2007) et son Gurdy de venir grandir les rangs des clowns s’étant un jour dit que leur numéro de jonglage rendrait mieux avec des têtes coupées d’étudiants à la place de leurs habituelles quilles. Tablier obligatoire les enfants, car c’est dans le slasher salissant que donne ce cirque macabre.

Read More