Choc Sanglant pour Uncut Movies

Category: News Comments: No comments

bloodshocktea

Vous pensiez que parce qu’ils ont plongé dans une horreur plus psychologique avec Frightmare les petits gars de chez Uncut Movies vont soudainement ranger leurs seaux à vomi et leurs kilos de merguez avariées ? C’est mal les connaître et c’est plutôt sans surprise que le label le plus gorasse de France (du monde connu ?) revient à la franchise American Guinea Pig, après avoir sorti Bouquet of Guts and Gore courant de l’année passée. A Bloodshock de prendre la suite, récit pas trop fleur bleue d’un pauvre homme enfermé des une pièce et recevant régulièrement la visite de sadiques, ravis de pouvoir tester leurs nouvelles idées de torture sur sa pauvre dépouille. Guantanamo dans vos salons c’est donc pour très bientôt, d’autant qu’Uncut Movies vient de lancer les précommandes de leur mediabook, disposant donc du film en VOST, d’un livret 16 pages, d’un poster pour enjoliver la chambre des enfants, d’interviews des membres de l’équipe, d’une dissection de la pelloche, des trailers, galeries de photos… Tout ce qu’il vous faut pour briller en société pour faire simple, et c’est bien évidemment sur le site de l’éditeur que l’on passe sa petite commande. Profitez-en tant que le sang est chaud…

bloodshock

Read More

Lost Continent

Category: Films Comments: No comments

lostcontinentteaser

Puisque la dino mania reprend doucement avec la sortie de Jurassic World 2, et parce que l’on ne veut pas faire comme tout le monde et monter à dos de raptor avec Chris Pratt, c’est dans le monde perdu de Lost Continent (1951) que nous avons choisi de nous parachuter. Et on en est ressortis relativement contents…

Read More

Blumhouse rejoindra bientôt vos bibliothèques

Category: News Comments: No comments

blumhousetea

Nous vous avions déjà causé de Lucas Hesling pour le bien de son livre Les 1001 Visages de Dracula, qu’il avait financé via Ulule, nous revenons à lui via Blumhouse Productions : de Paranormal Activity à Get Out, qui lui permet de quitter les douves du vampire pour le siège de la société star de l’épouvante moderne. Stratégie financière de l’entreprise, sa place dans notre petit univers haut en couleurs sanglantes, le parcours de Jason Blum, les thèmes récurrents de ses productions,… Tout ce que vous pouvez désirer savoir sur la maison des Insidious, Happy Birthdead, The Purge et Sinister n’aura donc plus de secrets pour vous si vous mettez la main sur cet essai, désormais disponible sur Amazon en cliquant ici. Bref, si vous avez sursauté devant les enquêtes paranormales de Lin Shaye ou frissonné en voyant le pauvre Frank Grillon être coursé par des vandales masqués, voici la lecture qu’il vous faut.

blumhouselivre

Read More

Orgie Satanique

Category: Films Comments: 2 comments

orgieteaser

C’est l’heure de la messe pour Artus Films, qui quitte un temps les délires jazzy de Jess Franco et les cimetières forts en gore de Lucio Fulci pour rejoindre la sombre procession du Comte Sinistre. Soit un vampire bien de chez nous, puisque localisé en France et ravis de sacrifier des petites Anglaises pour montrer à Satan combien il lui est dévoué. Sortez les crucifix dès lors, car Orgie Satanique fricote avec le Malin et les quenottes pointues…

Read More

Frightmare

Category: Films Comments: No comments

frightmareteaser

Aussi improbable que cela puisse paraître, après des années à rester invisible par chez nous, le cinéma de Pete Walker est désormais sur tous les fronts. Après les cas Flagellations et Mortelles Confessions venus de chez Artus, c’est sur le perçant Frightmare débarqué voilà quelques mois sur le catalogue d’Uncut Movies que l’on se penche, un sourire sardonique au coin des lèvres…

Read More

Tender Flesh

Category: Films Comments: 2 comments

tenderteaser

N’en déplaise à ses détracteurs, Jess Franco revient en force en cette année 2018, grâce aux efforts combinés du Chat qui Fume (qui s’apprête à sortir Les Possédés du Diable et Journal d’une Nymphomane) et d’Artus Films, pour sa part bien heureux de sortir d’un coup d’un seul quatre bobines de l’Espagnol. Dans le lot, Tender Flesh est peut-être l’une des plus intéressantes puisqu’elle fait partie des rares Franco « récents » (l’affaire date tout de même de 97) à sortir en galette par chez nous.

Read More

Scream n°14

Category: Fanzines Comments: No comments

screamtea

Quand s’arrêtera donc Eric Denis, l’heureux Stakhanov du fandom frenchie ? On espère jamais, tant les parutions régulières de Scream, son bébé, réjouissent toujours les cœurs des bisseux que nous sommes. Jugez-en plutôt : en décembre dernier, le mec réchauffait nos corps roides par un numéro largement sacrifié à la superbe Ingrid Pitt. Qui dit mieux pour passer l’hiver au chaud ? Personne. Et voici qu’en ces jours plus cléments, le bonhomme s’en allait explorer les carrières romaines et les décors pauvrets du Mad Max spaghetti. J’en vois déjà qui sourcillent, circonspects et méfiants : OK, la chose fut déjà débroussaillée à l’envi, et les fleurons du rayon – peut-être le dernier des “filoni” d’ailleurs, si l’on excepte l’érotiquerie post Adrian Lyne – ne sentent pas vraiment la rose comparés aux petits classiques du giallo, du polar, du gore ou même de la SF. Un genre bâtard quoi, qui renouvelait maladroitement les motifs de l’antique western spagh’, comme l’heroic fantasy loqueteuse empruntait le sillon du glorieux péplum ; un genre mal vu par “l’élite” en un mot, mais sacrément apprécié par le commun dont nous sommes… dont je suis en tout cas.

Read More

The Headless Eyes

Category: Films Comments: No comments

headlessteaser

Oeil pour œil, dent pour dent ! Voilà ce que clame The Headless Eyes, petite bande d’exploitation sortie en 1971 et jouant le jeu du dingo malheureux s’en prenant à autrui pour évacuer toute sa frustration. Maniac avant l’heure ? Pas loin les gars, pas loin…

Read More

Un dernier pour la route pour Vidéotopsie

Category: News Comments: 2 comments

vidéotopsieteaser

Ce n’est plus un secret : Vidéotopsie fait encore un tour de piste avant de s’offrir un repos bien mérité, 25 années après son lancement et après avoir déversé sur son lectorat des tonnes de zombies à la putréfaction avancée, de gonzesses peu farouches et mal rasées (suivez mon regard), de gamines possédées par le bouc, de bicoques louées par des hordes de spectres et des bataillons entier de bérets verts toujours prêts à faire sauter huttes et cabanons. On ne va pas se le cacher, ça fait bien chier de voir David Didelot remballer son cirque des freaks, même si l’on peut estimer que la fin de Vidéotopsie fera office de nouveau départ pour la gargouille de Chaumont, que l’on voit mal songer à la maison de retraite sans retourner au cimetière du Bis pour y profaner quelques tombes… En attendant, et pour finir en beauté, le gazier à la longue tignasse se sera assuré que son ultime publication profite d’un sommaire à même de faire couiner les fantasticophiles les plus exigeants. Ca commencera fort avec un dossier sur la filmographie forte en canniboules d’Umberto Lenzi, dont est ici reproduite en exclusivité l’une de ses dernières interviews (LA dernière ?), et ça continuera bien avec un second dossier consacré à l’ami des Templiers Zombies qu’est Amando de Ossorio. Des choix purement bis parfaitement représentatifs de l’esprit Vidéotopsie, le même qui poussera David et ses hordes à vous faire découvrir la carrière du méconnu Antonio Isasi ou reviendra sur Le Démons aux Tripes, ou à rejoindre les jupes de Lynn Lowry pour une interview carrière qui risque fort de faire date. Et puisque l’on a quitté l’Europe pour le cinéma Américain, c’est sur le cas Tom Gries que l’on aura l’honneur de se pencher, réalisateur plutôt méconnu sur lequel vous saurez tout et le reste. Pour varier les plaisirs, la section Audiotopsie rejoindra l’univers décalé de Cathedral, groupe de doom metal puisant son inspiration dans des pelloches horrifiques comme Le Grand Inquisiteur ou La Révolte des Morts-Vivants. Et puisque l’on en est à monter les décibels, c’est Fred Leclerq, gratteux de Dragonforce, qui répondra à quelques questions et fera le pont entre son univers musical et la littérature gore. Question manga, Vidéotopsie quittera les poissons mutants et les justiciers tout en muscles pour les sacs de couchage humides de Netoraserare, récit érotique et dérangeant d’un loser incapable de bander pour sa sublime épouse si celle-ci n’est pas en train de se faire besogner par autrui. Retirez vos alliances avant lecture, c’est préférable… Enfin, le gros morceaux sera certainement l’autopsie que David fait de lui-même et de Vidéotopsie, durant une trentaine de pages disséquant chaque numéro et l’Histoire (avec un grand H ouais!) de son fanzine. Pour l’avoir lu, on peut déjà vous dire que l’on tient là un texte fondateur, et pas qu’un peu… Bien sûr, les rubriques habituelles seront de la partie, que l’on parle de Chez le bouquiniste et ses saines lectures, Et pour quelques infos de plus et ses retours sur les derniers évènements bis, Cinéma amateur et à mater et ses courts conçus par des fans, le Rayon Fanzine pour causer des copains et, bien évidemment, les indispensables Reviews Bis et leur cortège de rats venus de l’espace, de grenouilles diaboliques, de fantômes coincés dans le plancher d’Amityville, de chaudasses italiennes, de vampires nichés à Las Vegas et de psychopathes en cavale. La vie quoi… et une preuve que, jusqu’à la fin, Vidéotopsie sera resté fidèle aux thématiques qu’il chérit depuis ses débuts…

Vous connaissez désormais la musique, cette dernière livraison est désormais en pré-commande sur le blog officiel de Vidéotopsie, et vous seriez bien inspiré de ne point traîner, car comme toujours quand on cause de fanzinat, il n’y en aura pas pour tout le monde. On rappelle que le numéro vingt était épuisé quelques semaines après sa sortie seulement…

vidéotopsie21couvhell final

Read More

Faust : Love of the Damned

Category: Films Comments: 2 comments

faustteaser

Après deux décennies bien remplies le voyant réaliser ou produire bon nombre de Monster Movies souvent bien barjos, Brian Yuzna semble avoir pris le pli de la glandouille depuis son sous-estimé Deep Water. Ce qui fait tout de même huit années d’inactivité (et cela fait un petit moment que l’on attend son The Plastic Surgeon, visiblement abandonné) et nous pousse à nous rabattre sur son travail passé. Pour l’heure, c’est sur Faust : Love of the Damned que nous allons faire nos griffes. A moins que ce ne soit l’inverse ?

Read More