Mas alla del Exorcismo

Category: Films Comments: No comments

masallateaser

Eh oui, la pub a ses raisons que l’honnêteté ne connaît pas… Car ce Mas alla del Exorcismo (1975) ne va « au-delà » d’aucun exorcisme, pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas d’exorcisme dans le film. Mais que voulez-vous, la diablerie de William Friedkin était passée par là, et les distributeurs de ce Malocchio – autre nom de baptême du machin – n’eurent pas plus de scrupules qu’un chat n’a de remords...

Read More

Davide Melini, roi de la jungle!

Category: News Comments: No comments

lionteaser

Davide Melini est pour ainsi dire un habitué de ces pages, chacun de ses courts ayant été ici traité. Et c’est donc tout naturellement que nous nous sommes glissés dans l’épaisse fourrure de Lion, son dernier et beau méfait en date. Tourné en Angleterre, il y est question du mauvais traitement subi par un enfant, fréquemment cogné par son alcoolique de père (Michael Segal, grand habitué d’Yvan Zucco et donc à l’affiche de Colour from the Dark par exemple), le petit se réfugiant dans sa chambre entièrement décorées de photos ou dessins de lion. Et le fauve d’apparaître comme par miracle dans la petite maisonnée, traquant ce père trop porté sur le tabassage et une mère semblant abandonner le petit à son sort… Entre film purement fantastique et drame psychologique se finissant mal (ou bien, c’est selon), l’ami Davide ne choisit pas clairement et vous laissera faire votre marché à votre aise, vous laissant décider de ce que Lion représentera pour vous. Le principal n’est d’ailleurs pas de savoir si le gros chaton s’est bel et bien frayé un chemin jusqu’à ses proies ou non, mais plutôt de souligner que les chiffres d’enfants maltraités sont alarmants, ce qu’un message de l’Unicef vient fort justement nous rappeler peu avant le générique de fin. Une prise de conscience bienvenue et n’éclipsant pas la réussite du spectacle ici proposé, certes simple sur le papier, mais rudement bien foutu à l’écran: les CGI de la bête sont impeccables, les plans d’extérieur fabuleux et le montage accompagne de belle manière une réalisation sans fautes. Bref, ce véritable activiste qu’est Melini tape encore une fois juste, et l’on sent encore les griffures du roi lion sur nos pauvres dos… Good job! Si le court n’est pas encore rendu visible au public, il risque fort de l’être dans les temps prochains, donc n’hésitez pas à faire des visites régulières sur le site officiel: http://davidemelini.com/LION/

Lobby Card 1

Read More

The Cannibal Man

Category: Films Comments: No comments

cannibalteaser

En créant une liste des 72 films les plus obscènes et répugnants jamais sortis en VHS sur le territoire anglais, les culs les plus serrés de la Grande-Bretagne se sont surtout fendu d’une liste d’achats bien pratique, à laquelle se réfèrent toujours les goreux lorsque vient le moment de faire chauffer les comptes Paypal. Mais entre les Anthropophagous et Cannibal Ferox, The Cannibal Man, malgré son titre promettant rognons et gencives de porc, ne ressemble-t-il pas un peu trop à une simple salade aux asperges ?

Read More

Bloody Toons (Terror Toons 2)

Category: Films Comments: No comments

bloodytoonteaser

Vous connaissez la rengaine concernant les Looney Tunes : Grosminet pourra tomber de tous les gratte-ciels du monde, il ne s’en sortira jamais qu’avec une petit bosse, tandis que Vil Coyote survivra toujours aux bâtons de dynamites que Bip Bip lui renverra dans les quenottes, tout simplement parce qu’il faut bien que d’autres épisodes suivent derrière. Ben les Terror Toons, c’est pareil, même si pour ce second volet, Joe Castro prend le risque de changer une équipe qui gagne en se passant des services du Dr. Carnage et de Max Assassin.

Read More

Cathodic Overdose 3, c’est tout de suite, c’est maintenant!

Category: News Comments: One comment

cathodi

Un peu comme le La Fraicheur des Cafards numéro 6, dont on rappelle qu’il est en précommande, le troisième Cathodic Overdose s’est sacrément fait attendre: annoncée depuis des mois, la bête tardait à donner de ses nouvelles. Mais l’attente prendra bientôt fin, les précommandes étant désormais lancées sur le site de Sin’art, à hauteur de 6 euros au lieu des 8 qui vous seront demandés si vous tardez trop. Une bonne raison, s’il en fallait encore une, de rentrer dans la tanière de Mighty Matt, qui nous propose 100 pages remplie jusqu’à la gueule de chroniques de films, d’interviews (Zaroff, Charlie Lyne,…), de dossiers (Juan Piquer Simon, la console CD-I, les trois premiers films Tortues Ninjas, les Teen Movies) et autres plaisirs en tous genres. Bref, tout est réuni pour que vos dents du fond baignent dans un bassin de pop-culture gluante… On y fonce donc avec le sourire!

cathodicov

Read More

Le Fils du Pendu

Category: Films Comments: 2 comments

moonriseteaser

Et Artus de continuer sa descente dans le gouffre aux films tombés dans le domaine public ! Et cette fois, c’est le noirâtre Moonrise, alias Le Fils du Pendu, que remonte l’ours du bis, ici comparse d’un jeune homme meurtrier et tourmenté par le triste sort de son paternel…

Read More

Estigma

Category: Films Comments: No comments

estigmateaser

Il y a peu, nous causions de José Ramon Larraz et de cette petite cochonnade qu’était Black Candles. Produit et réalisé dans les mêmes eaux (copyright 1980), Estigma – ou Stigma – sortit aussi en 1982 chez nos amis espagnols, au point que les deux films sont souvent décrétés jumeaux, comme déboulant du même ventre : celui du satanisme basique et de l’érotisme putassier… Il n’en est rien cependant, car Estigma sifflerait plutôt la fin de la récré – drame familial beaucoup plus sérieux, aux antipodes des joyeusetés lascives de Black Candles. Si l’on voulait d’ailleurs résumer, on dirait qu’à l’impudeur visuelle d’un Black Candles répond la sobriété classe d’un Estigma. Manière aussi de montrer que Larraz sut varier les plaisirs et les ambiances dans sa filmographie,plus qu’on ne le dit généralement.

Read More

RIP Ulli Lommel

Category: News Comments: No comments

uliteaser

Quoi de plus désagréable que de commencer la semaine avec une mauvaise nouvelle ? Rien, et c’est bien évidemment pour nous saper le moral qu’Ulli Lommel décida de tirer sa révérence le premier décembre. Certes, le bonhomme n’était pas réellement une pointure du cinéma cryptique que l’on aime tant, et à jamais il restera l’homme d’une seule bobine: The Boogey Man (1980), slasher surnaturel anticipant avec quinze piges d’avance la saga des Destination Finale puisque l’on y croise un tueur invisible jouant les faucheuses par des moyens divers et variés. Son seul méga hit, auquel il donnera une suite 3 ans plus tard (et une autre en 94), une séquelle à la gestation mouvementée (et surtout constituée de scènes tirées du premier film) et à laquelle il ne sera pas crédité. Après et avant cela, une bonne soixantaine de Séries B, quelquefois remarquées, souvent oubliées, Lommel flirtant de plus en plus avec le Z vers la fin de sa carrière, enchaînant les essais « vite faits, pas forcément bien faits » pour gagner sa croute, quelquefois en tant qu’acteur. Citons tout de même Brainwaves (1982) et sa demoiselle sortant du coma avec les souvenirs du meurtre d’une autre, The Devonsville Terror (1983) et sa malédiction fomentée par des sorcières, Strangers in Paradise (1984) et son hypnotiseur nazi jadis cryogénisé s’en prenant aux homosexuels du monde moderne, Revenge of the Stolen Stars (86) et son Klaus Kinski fantomatique, les actioners Overkill (87) et Cold Heat (89), le sexy-thriller sans Nev Campbell Sex Crimes (92), Bloodsuckers (97) et son club vampirique ou encore Alien X Factor (97) et ses conspirations autour du crash d’une navette spatiale. De tous petits budgets, aux sorties ultra limitées dans la plupart des cas, mais quasiment des produits de luxe face aux propositions plus récentes du bonhomme, réduit à surfer sur les tendances du moment pour remplir le frigidaire. On se retrouva donc avec du Zombie Nation, du Uli Lommel’s Zodiac Killer, Curse of the Zodiac, Killer Nurse, Diary of a Cannibal, Dungeon Girl, Son of Sam, Manson Family Cult ou de nouvelles adaptations de Poe (The Raven) ou Lovecraft (The Tomb). Soit autant de tentatives de revenir sur le devant de la scène qui ne seront pas parvenues à lui faire retrouver le succès de Boogey Man, dont il a visiblement tourné un nouvel opus en 2015: Boogey Man: Reincarnation, avec Laurence Harvey des Human Centipede. Pas sûr qu’on puisse voir tout cela de sitôt, mais voilà une belle preuve que l’Allemand a gardé le feu sacré et n’arrêta à aucun moment de verser dans le fantastique ou le petit budget gorgé de tueurs en série.

Read More

Freaks of Nature

Category: Films Comments: No comments

freaksteaser

On le sait tous : les petites perles du cinéma fantastique ont depuis bien longtemps pris le tour de soigneusement éviter les salles obscures, pour mieux se voir presser illico presto en galettes HD. Freaks of Nature viendrait-il compléter une trilogie de petits joyaux honteusement jetés dans la fosse aux DTV, avec Deathgasm et The Final Girls ? Pas tout à fait, mais c’est pas passé loin non plus.

Read More

La Nuit du Loup-garou

Category: Films Comments: No comments

cursewereteaser

Sortez les costumes de maître-chien, les enfants, vous allez devoir parer à quelques morsures avec La Nuit du Loup-Garou, l’un des Hammer Movies bénéficiant du plus de mordant. Et vu qu’Elephant Films le réédite désormais en HD, on quitte notre crypte toxique, on se laisse pousser la barbe et on part hurler sous une lune bien pleine ! Ahoooooouuuuu !

Read More