Killdozer

Category: Films Comments: No comments

Téléfilm plutôt modeste, Killdozer (1974) est devenu avec le temps, et au fil des citations sur des médias plus modernes comme Beavis and Butt-Head, un petit objet de culte pour les amis des véhicules meurtriers. Mais est-ce qu’en 2019 ce bulldozer rendu fou par sa rencontre avec une météorite mérite toujours que l’on bande pour sa carrosserie ? Disons pour faire simple qu’il ne sera pas nécessaire de s’enfiler une tablette de pilules bleutées, mais qu’on ne triquera pas trop dur non plus.

Read More

Black Devil Doll from Hell

Category: Films Comments: No comments

Les jeux d’enfants meurtriers ne sont pas limités qu’aux seuls studios argentés, et quoiqu’on en pense Chucky le petit rouquemoute n’a pas inventé le genre « de la poupée pas gentille qui balance des jurons quand on lui presse le bide. » Avant ça, le rayon jouets fut garni d’un Black Devil Doll from Hell (1984) encore plus vicieux que le petit pote en plastique de Tom Holland. Le revers de la médaille, c’est que cette version blaxploit’ a pas un rond en poche…

Read More

Happy Birthdead 2 You (Happy Death Day 2U)

Category: Films Comments: No comments

Lorsqu’il s’agit de prendre une part du gâteau, même d’anniversaire, Jason Blum n’oublie jamais de se resservir. Et le voilà déjà en train de rallumer une bougie pour le bien de sa nouvelle franchise Happy Death Day, croisement entre le slasher et Un Jour Sans Fin, ainsi que succès surprise pour sa firme Blumhouse. Mais si le premier apportait un vent de fraîcheur bienvenu, ce second volet déploie déjà une petite odeur de renfermé…

Read More

The Boogens

Category: Films Comments: No comments

Tous les joueurs de Minecraft vous le diront : à creuser trop profond, on finit par déterrer des saletés. Pareil dans The Boogens (1981), délicieuse Série B par trop méconnue dans laquelle quelques mineurs cassent leurs pioches sur de petites créatures tentaculaires, du genre à servir d’animal de compagnie au père Lovecraft.

Read More

Feast

Category: Films Comments: No comments

Si par chez nous la télé-réalité reste principalement l’occasion de sortir de l’anonymat des bimbos plus ou moins stupides, les Américains ont pour leur part bien vite compris qu’il était possible d’utiliser la petite lucarne pour mettre en avant des talents artistiques autre que le marathon de blowjobs dans un jacuzzi. On se souvient ainsi du Battle for Ozzfest de MTV, dans lequel de jeunes metalheads s’affrontaient pour décrocher un contrat discographique. Côté septième art, c’est le Project Greenlight chapeauté par Matt Damon et Ben Affleck qui tire le gros lot en mettant le pied à l’étrier à trois petites personnalités de l’horreur moderne : Patrick Melton, Marcus Dunstan et John Gulager, réunis autour du mal élevé Feast (2005).

Read More

L’Empreinte de Dracula

Category: Films Comments: 2 comments

Gitanes satanistes, sorcières envoyées au bûcher ou à la pendaison, chevalier inquisiteur en guerre contre le Malin, maniaque échappé de son asile hantant les bois et ce bon vieux Waldemar Daninsky, toujours en proie à la terrible malédiction du pentagramme. Yep, on est bien en train de camper dans la sylve de l’ami Paul Naschy, encore une fois parti se coller de la moquette sur les pommettes pour ajouter un chapitre aux aventures du Wolvie Waldy. Et sa recette pas si secrète ne changera guère avec L’Empreinte de Dracula (1973), la bête ne renonçant toujours pas à labourer les jolis minois des vierges paysannes. C’est ce qu’on appelle un relou-garou…

Read More

RIP Franco Garofalo

Category: News Comments: No comments

Franco Garofalo s’est éteint, et l’un des visages les plus marquants du cinéma bis avec lui. Si Garofalo profita d’une jolie petite carrière, le comédien se retrouvant à l’affiche de Crime au Cimetière Etrusque, du Hercules selon Luigi Cozzi, du Arena avec Pam Grier et d’une belle poignée de crime movies transalpins, il restera à jamais l’un des meilleurs faciès utilisés par Bruno Mattei. Au travers de l’excellent L’Autre Enfer bien sûr, dans lequel il se faisait dévorer par une meute de chiens, mais si son nom résonnera longtemps dans les coeurs des fantasticophiles accomplis, c’est évidemment pour sa participation remarquée au légendaire Virus Cannibale. C’est bien simple, Franco Garofalo, alors nommé Frank Garfield, éclipsait tous ses camarades dans le rôle de Zantoro, soldat d’élite auquel il manque une case, peut-être plus effrayant que les zombies qu’il doit combattre, qu’il ne cesse de provoquer dans l’espoir de pouvoir les affronter en face à face. Sorte de Kinski à l’italienne, Garofalo avait un regard à renvoyer les morts dans leurs tombes. De manière ironique, c’était dernièrement par ses cordes vocales qu’il gardait un pied dans le cimetière du bis européen, prêtant sa voix au beau court-métrage Violets Bloom at an Empty Grave de Chris Milewski. En espérant que le bonhomme mettra un aussi gros bordel dans l’au-delà que dans le Virus de Mattei…

Read More

Killing Spree

Category: Films Comments: No comments

Mariage pluvieux mariage heureux, nous dit le proverbe. Avec Killing Spree (1987), ce sera d’ailleurs raining blood puisque le pauvre Tom, sorte de Vercingétorix sous acide, sortira sa boîte à outils à chaque fois qu’il suspectera sa chère et tendre d’écarter les cuisses pour d’autres poilus. De là à dire qu’il en sera plus heureux pour autant…

Read More

L’Appel d’Azathoth

Category: Fanzines Comments: No comments

A L’Appel d’Azathoth, le fantasticophile de base frétille de la saucisse, forcément. Et le sectateur des cultes anciens répond « Sultan des Démons« , connaisseur qu’il est de la cosmogonie lovecraftienne. Allez donc mirer la quatrième de couv’ et vous aurez belle idée de l’entité qui règne au centre de l’univers, et gouverne au destin de ce fanzine…...

Read More

Sting of Death

Category: Films Comments: No comments

Après tout, pourquoi les swinging sixties ne seraient-elles réservées qu’aux ados aux brushing impeccables et dès lors interdites aux hommes-méduses ? Pour William Grefé, spécialiste du cinoche grindhouse pensé pour les drive-in les plus sales, auxquels il offrit Death Curse of Tartu et Mako : The Jaws of Death, il est évident que les monstres doivent être invités à la fête. Même s’ils la font tourner court…

Read More