House 3 – The Horror Show

Category: Films Comments: No comments

Sean S. Cunningham, apôtre du changement et de la redéfinition perpétuelle, ou capitaine privé de sa boussole naviguant à vue ? Dans tous les cas, après deux House tous publics, et dont le sympathique second volet flirtait avec l’enfantin en convoquant une chenille à tête de chien et un mignon ptérodactyle, le producteur braque dès le troisième opus et mise sur la découpe de gosses. Sans doute un reste de ses dernières vacances à Crystal Lake, et a tous les coups une envie de toiser Freddy Krueger sur son propre terrain.

Read More

The Killer Eye

Category: Films Comments: No comments

Promis, on va tenter de ne pas aligner trop de mauvais jeux de mots sur les mirettes alors qu’on se penche sur The Killer Eye (1999), production mal assumée par un Charles Band planqué sous pseudonyme, et réalisée par un David DeCoteau lui aussi caché derrière un nom de guerre. On n’a de toute façon pas envie de rire à la sortie de ce creature feature oculaire, nouvelle évidence que cela ronflait sévère sous la pleine lune du père Band, et ce malgré les déshabillages réguliers qui profitaient de sa lumière.

Read More

L’Homme à la Tête Coupée

Category: Films Comments: 2 comments

Que Paul Naschy n’avait pas la tête bien vissée sur les épaules, on le savait depuis le bon Horror Rises from the Tomb (1973). La même année, on nous informait que la même binette dégringolait à nouveau dans L’Homme à la Tête Coupée, alias Crimson – The Man with the Severed Head, alias aussi Le Viol et l’Enfer des X ! Pourquoi un titre si dépravé ? Parce que c’est Eurociné qui régale, tiens !

Read More

Sortie DVD Thierry Zéno

Category: News Comments: No comments

Amis du bizarre, bonsoir. Et amis des morts se languissant de la Toussaint, la Cinematek et la Cinémathèque Royale de Belgique, et la Cinémathèque de la Fédération Wallonie-Bruxelles pensent à vous et avancent les commémorations des défunts en sortant un double DVD compilant les trois longs-métrages du belge Thierry Zéno, restaurés pour l’occasion. Vase de Noce (1974),le seul réel film du lot, les deux autres étant des documentaires, ou le film expérimental poussé à son paroxysme, pour s’attaquer frontalement à bien des tabous. On y croise un fermier enfermé dans une telle solitude, et de tels troubles mentaux, qu’il en tombe amoureux de sa truie, avec laquelle il finit par avoir des relations sexuelles. Bocaux d’urine, pigeons garnis de têtes de poupées, décapitation de poules et pendaisons de petits cochons : Zéno donne dans le drame âpre, décolore ses champs et coupe le son, usant du film muet et noir et blanc pour plonger dans la détresse amoureuse et mentale, ainsi que dans les liens entre l’homme et la bête. Une date à sa façon, et sans doute pas un film pour tout le monde, tant le choc y est fort. Pas étonnant finalement que le réalisateur se soit intéressé à l’artiste Georges Moinet, résidant d’un hôpital psychiatrique de Namur resté mutique durant 24 années. Une plongée dans un esprit ‘autre’ que ce Bouche sans fond ouverte sur les horizons (1971), bien sûr ajouté au DVD, au même titre que le guère plus gai, Des Morts (1979) qui scrute le trépas à travers un tour du monde on ne peut plus particulier, et s’invite aux enterrements des quatre coins du globe. La compilation sortira le 15 septembre, autant dire que nous y sommes, et sera disponible au prix modique de 21 euros. De quoi fleurir dignement vos collections.

Read More

Muckman

Category: Films Comments: No comments

Même lorsqu’il n’a pas un liard en banque, on peut toujours compter sur Brett Piper (They Bite !, Shock-O-Rama, Drainiac) pour relever le niveau de la Série Z. Muckman (2009) a beau être de son aveu même sa production la plus dépourvue (tout en étant la plus riche de son ami producteur/réalisateur Mark Polonia!), elle n’en enterre pas moins à la seule force du pouce le gros des troupes du low budget. Et tout cela sans même déballer un nibard ou faire pisser une jugulaire.

Read More

Black Lagoon numéro 5, précos ouvertes!

Category: FanzinesNews Comments: No comments

Une petite (ou grande, c’est selon) nous revoilà avec notre cinquième numéro. Un numéro peut-être plus intime puisque, très prolifiques cette année, Jérôme et moi-même l’avons rempli à 97 % à nous seuls. Vous retrouverez l’équipe au grand complet par la suite, mais pour cette fois il faudra vous contenter de nous deux.

Au sommaire :

– Don Dohler, Rencontres du Troisième Type : réalisateur culte de la région de Baltimore, le regretté Don Dohler peut se vanter d’avoir rempli le ciel du Maryland d’OVNI menaçant, et ses terres et bois d’aliens guerriers, de psychopathes sanguinaires et de spectres flottants. The Alien Factor, Nightbeast, Blood Massacre, Fiend… Autant de petits classiques des années VHS, auxquels il faut ajouter les films de sa période Timewarp Films, comme Stakes ou Vampire Sisters. De petits budgets pour une grande aventure humaine, Don s’entourant toujours d’enthousiastes ou de sa propre famille et de ses amis pour tourner à moindre frais ses invasions meurtrières. Une épopée que l’on vous contera de A à Z, et pour laquelle nous avons réuni cinq interviews inédites. Se réuniront dans nos pages George Stover, son acteur fétiche depuis les débuts ; Leanna Chamish, comédienne fidèle des dernières années ; Dick Dyszel, alias le Comte Gore de Vol, horror host qui en profitera pour revenir sur sa carrière télévisée ; Mitch Klein, en charge des effets spéciaux sur plusieurs productions Timewarp ; et enfin Robert Long, ami de Don et spécialiste de l’horreur indépendante, producteur à ses heures. Plus de quarante pages à l’arrivée, histoire de vraiment tout savoir sur le bonhomme.

– Lorenzo Lepori, Underground Madness : qui a dit que le cinéma bis italien était mort ? Pas Lorenzo Lepori, qui s’évertue à le déterrer depuis des années déjà, à grands coups de Flesh Contagium, Notte Nuda et autres Catacomba. Venez assister à la renaissance du gore latin en la présence de son auteur, le jeune réalisateur acceptant, lui aussi, de répondre à nos questions.

– Give me a K.I.L.L. : elles sont mignonnes, elles connaissent leur choré sur le bout de la jupe, et finissent souvent mortes. Les cheerleaders, figure très secondaire du genre mais pourtant omniprésente, vient sautiller dans notre lagon au fil d’un dossier d’une dizaine de pages où nous reviendrons sur les films les plus connus avec des pom pom girls (Satan’s Cheerleaders, All Cheerleaders Die…) comme les plus obscurs (Cheerleader Massacre, Chainsaw Cheerleaders…).

– Twisted Souls, The Curse of Spookies : si Spookies est connu pour une chose, c’est pour ne pas faire grand sens. Et pour cause, produit par un mécène légèrement dingue et à l’égo surdimensionné, le tournage fut des plus animés, avec changement de réalisateur en cours de route. Inutile de préciser que l’on va tout vous dire sur les coulisses de ce film maudit…

– Rot Forever ! Cardiac Arrest : depuis le temps, vous allez finir par savoir que par chez nous, on aime se plier la nuque aux sons les moins doux. Cette année, c’est Cardiac Arrest, bande de furieux de Chicago, qui se voit analysée du bracelet à clous à la tignasse. Pour bien faire les choses, on a même tendu le micro à Adam Scott (guitare/chant), créateur du groupe qui a bien voulu nous révéler ses secrets de fabrication.

Enfin, vous trouverez quelques petites rubriques habituelles (DVD, bouquins, Up from the Sewers), pour 100 pages pile, en couleurs, format A4 comme toujours.
Les précommandes sont donc ouvertes pour ce cinquième numéro et ce jusqu’à la fin du mois. 15 euros frais de port compris, où que vous soyez ! Règlement via paypal à l’adresse jerome.ballay@orange.fr (n’oubliez pas de bien sélectionner « envoi à un proche » sinon paypal va se gaver et de bien NOTER VOTRE ADRESSE, on insiste sur ce point car beaucoup oublient) ou par chèque (contacter nous par mail, nous en parlerons ensemble). Comme d’habitude le tirage se fera en fonction du nombre de précos et le zine devrait être expédié mi-octobre si tout se passe bien avec notre imprimeur. N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions. 😉

PS : A l’exception d’une poignée de numéros 3, les 1, 2 et 4 sont définitivement sold-out.

Merci de votre lecture et fidélité, et à très vite!

Augustin et Jérôme

Read More

The Forest

Category: Films Comments: No comments

Que l’épouvante ricaine court après la japonaise, ce n’est certes pas nouveau, pas plus que l’habitude prise dès les années 2000 par l’Oncle Sam d’aller planter son drapeau au beau milieu des rizières nipponnes (remember le The Grudge de 2004, tourné sur place par Takashi Shimizu). Nous ne sommes donc pas tombés de notre chaise en découvrant que The Forest (2016), production toute yankee, s’en alla aux pieds du Mont Fuji pour enquêter sur Aokigahara, mer d’arbres où vont se donner la mort les âmes désenchantées.

Read More

Ultime Combat / Ultime Combat Final

Category: Films Comments: No comments

Se sentant bien sur la tombe du regretté David A. Prior, décédé en 2015, Bzz Video décide de s’y recueillir encore un moment. Et après avoir fait le plein de camel toes via le rigolo Aerobic Killer, l’éditeur qui bourdonne si bien à nos oreilles s’en va en guerre via le doublé Ultime Combat. Port du casque obligatoire, évidemment.

Read More

Bangin’Vengeance!

Category: Films Comments: No comments

Les poitrines ne sont jamais assez lourdes, c’est bien connu, et l’actrice dont le balconnet déborde de chair laiteuse peut être sûre que sa place de parking est déjà réservée devant chaque studio donnant dans la Série B. C’est pas avec ça qu’elle deviendra la cent-cinquantième petite copine du père Di Caprio, et c’est plutôt dans un star system au rabais que la mamzelle paradera un temps. Mais c’est déjà ça. Et surtout ce à quoi aspire l’héroïne de Bangin’ Vengeance (2011), prête à se faire gonfler les mamelles si cela peut l’aider à se trouver une place dans de petites productions. Mais lorsque l’opération lui écorche les seins plutôt qu’elle les embellit, all hell breaks loose

Read More

Dans les Griffes de la Momie

Category: Films Comments: No comments

Peut-être pour tromper sa routine prise en Transylvanie, la Hammer décidait à intervalles plus ou moins réguliers de quitter les cryptes vampiriques pour aller se dorer la raie à quelques mètres des pyramides. Osiris ne veillait cependant pas toujours sur les Anglais, et pour un La Malédiction des Pharaons immédiatement entré au panthéon de la terreur égyptienne, le studio a ensuite souffert de mummy movies certes jamais détestables, mais jamais ébouriffants non plus. Et du lot, Dans les Griffes de la Momie (1967) est malheureusement le moins intéressant.

Read More